Claire Atherton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Claire Atherton
Claire Atherton.jpg
Biographie
Naissance
Nationalités
Formation

Institut National des Langues et Civilisations Orientales, Paris

Institut des Langues Etrangères, Pékin

École Louis-Lumière, Paris
Activité
Montage, conception d'installations vidéo
Fratrie
Autres informations
Distinctions
Vision Award Ticinomoda 2019

Claire Atherton est monteuse[1]. Elle est née en 1963 à San Francisco d'un père américain et d'une mère roumaine. Elle grandit d'abord à New York, puis à Paris. Elle vit et travaille en France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Intéressée par la philosophie taoïste et l'aspect visuel des idéogrammes, elle s'oriente vers des études de langue et de civilisation chinoises. Après un séjour en Chine en 1980 à l'Institut des Langues Étrangères de Pékin, elle intègre l'Institut National des Langues et des Civilisations Orientales à Paris. Elle est parallèlement stagiaire au Centre audiovisuel Simone de Beauvoir où elle travaille comme technicienne vidéo. Puis elle intègre l'École nationale supérieure Louis-Lumière en formation professionnelle dont elle est diplômée en 1986. Elle commence par travailler à l'image et au son, sur des productions du Centre Simone de Beauvoir et divers projets. C'est à partir des années 90 qu'elle se consacre entièrement au montage.

Elle rencontre Chantal Akerman en 1984 à l'occasion de l'adaptation au théâtre de Letters Home: Correspondence 1950–1963 (en) de Sylvia Plath interprétée par Delphine Seyrig au Petit théâtre de Paris, théâtre Gérard Philipe. L'actrice Delphine Seyrig demande alors à Chantal Akerman et Claire Atherton de filmer la représentation. C'est le début d'une collaboration de plus de trente ans entre Akerman et Atherton, d'abord à l'image puis au montage, sur les documentaires, fictions et installations de la cinéaste. Leurs dernières collaborations sont le long métrage No Home Movie[2] et l'installation NOW, présentée à la Biennale de Venise en 2015[3],[4].

Claire Atherton est aujourd'hui responsable de la conception et de la mise en espace des installations de Chantal Akerman lors d'exposition dans le monde entier[5].

Claire Atherton travaille également avec de nombreux réalisateurs et artistes. Parmi eux Luc Decaster, Noëlle Pujol, Emilio Pacull, Andreas Bolm, Emmanuelle Demoris, Elsa Quinette, Christophe Bisson (en), Eric Baudelaire et bien d'autres[1],[6]...

En 2013, la Cinémathèque de Grenoble propose une programmation dédiée à son travail de monteuse[7].

Claire Atherton est souvent invitée à partager son expérience à l'occasion de master classes, séminaires et workshops en France et dans le monde. Elle intervient également dans des écoles d'art ou de cinéma, notamment à la Fémis et à la HEAD Genève. Son texte "L'art du montage" figure dans la publication de la HEAD Montage, une anthologie.[8]

À l'occasion de la 72ème édition du Festival international du film de Locarno, Claire Atherton reçoit le Vision Award Ticinomoda[9]. Elle est la première femme à recevoir ce prix qui récompense, depuis 2013, des personnalités qui "par leur travail en coulisses et leurs créations, ont contribué à élargir l'horizon du cinéma"[10].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Montage[modifier | modifier le code]

  • 1986 : Letters Home de Chantal Akerman
  • 1986 : Rue Mallet-Stevens de Chantal Akerman
  • 1986 : Le Marteau de Chantal Akerman
  • 1989 : Marguerite Paradis de Chantal Akerman
  • 1992 : Igor de Jean-François Gallotte
  • 1992 : Le cinéma est mort vive le cinéma d'Emilio Pacull
  • 1993 : D'Est de Chantal Akerman
  • 1993 : Les Profiteroles, couples mixtes à Cuba d'Emilio Pacull
  • 1994 : Le Gamelan d'Alain Jomy
  • 1994 : Les Colonnes d’Hercule d'Emilio Pacull
  • 1994 : Le Cinéma européen d'Emilio Pacull
  • 1996 : Un divan à New York de Chantal Akerman
  • 1996 : Chantal Akerman par Chantal Akerman, dans Cinéma, de notre temps
  • 1996 : Les Collèges en Seine Saint-Denis d'Emilio Pacull
  • 1997 : Héros désarmés de Béatrice Kordon et Sylvie Ballyot
  • 1997 : Le jour où… de Chantal Akerman
  • 1997 : Ouganda, l'enfance kidnappée d'Emilio Pacull
  • 1997 : L'Épousée de Françoise Grandcolin
  • 1998 : Emma, tribu kanak d’aujourd’hui d'Emilio Pacull
  • 1999 : Sud de Chantal Akerman
  • 1999 : Km 250 d'Anne Faisandier
  • 2000 : La Captive de Chantal Akerman
  • 2001 : Rêve d'usine de Luc Decaster
  • 2001 : Filles de nos mères de Séverine Mathieu
  • 2002 : De l'Autre Côté de Chantal Akerman
  • 2002 : Avec Sonia Wieder-Atherton de Chantal Akerman
  • 2003 : Demain on déménage de Chantal Akerman
  • 2004 : Opération Hollywood d'Emilio Pacull
  • 2004 : Autour d'hier, aujourd'hui et demain de Chantal Akerman
  • 2005 : Là-bas de Chantal Akerman[11]
  • 2005 : Héros fragiles d'Emilio Pacull
  • 2006 : Portrait de Pascale, menuisière de Séverine Mathieu
  • 2006 : Rien n’a été fait de Noëlle Pujol et Ludovic Burel
  • 2006 : Du sucre et des fleurs dans nos moteurs de Jean-Michel Rodrigo
  • 2007 : Entretien avec Babette Mangolte, coffret Chantal Akerman les années 70
  • 2007 : Entretien avec Natalia Akerman, coffret Chantal Akerman les années 70
  • 2007 : Entretien avec Aurore Clément, coffret Chantal Akerman les années 70
  • 2007 : Mafrouza « Cœur » d'Emmanuelle Demoris
  • 2007 : Mafrouza « Oh la nuit » d'Emmanuelle Demoris
  • 2008 : Mr President d'Emilio Pacull
  • 2008 : L'Écume des mères de Séverine Mathieu
  • 2008 : Tous les enfants sauf un de Noëlle Pujol et Andreas Bolm
  • 2008 : Fantaisie pour un château d’eau de Noëlle Pujol
  • 2008 : Décor vidéo de Chantal Akerman pour I am a mistake de Jan Fabre
  • 2008 : A l'Est avec Sonia Wieder-Atherton de Chantal Akerman
  • 2009 : Tombée de nuit sur Shanghai de Chantal Akerman
  • 2009 : Petites Histoires de mères de Séverine Mathieu
  • 2009 : Dieu nous a pas fait naître avec des papiers de Luc Decaster
  • 2009 : Ceux de Primo Levi d'Anne Barbé
  • 2010 : Histoire racontée par Jean Dougnac de Noëlle Pujol
  • 2010 : Sorcières mes sœurs de Camille Ducellier
  • 2010 : Detroit ville sauvage de Florent Tillon
  • 2010 : On est là de Luc Decaster
  • 2011 : La vie est Ailleurs d'Elsa Quinette
  • 2011 : La Folie Almayer de Chantal Akerman
  • 2011 : Les Revenants d'Andreas Bolm
  • 2011 : Avenue Rivadavia de Christine Seghezzi
  • 2012 : Noctambules de Ilham Maad
  • 2012 : Décor vidéo pour La Jungle des villes de Bertolt Brecht (Roger Vontobel)
  • 2012 : Hungry Man de Philippe Martin
  • 2013 : Au monde de Christophe Bisson
  • 2013 : Effacée de Anna Feillou
  • 2013 : Si j’existe je ne suis pas un autre de Marie Violaine Brincard et Olivier Dury
  • 2014 : Qui a tué Ali Ziri ? de Luc Decaster
  • 2014 : Histoires de la plaine de Christine Seghezzi
  • 2015 : No Home Movie de Chantal Akerman
  • 2015 : Aux Capucins d'Anna Feillou
  • 2016 : Jumbo Toto histoires d’un éléphant de Noëlle Pujol
  • 2016 : Le Juge de Andreas Bolm
  • 2016 : Silêncio de Christophe Bisson
  • 2016 : Danse avec l’écume de Luc Decaster
  • 2017 : Also Known As Jihadi de Éric Baudelaire
  • 2018 : Walked the Way Home de Éric Baudelaire
  • 2018 : Altérations / Kô Murobushi de Basile Doganis
  • 2018 : Les Cavaliers Fantômes de Christine Seghezzi
  • 2019 : Un film dramatique de Éric Baudelaire

Image[modifier | modifier le code]

  • 1988 : 1re assistante opérateur sur Histoires d’Amérique de Chantal Akerman
  • 1988 : 1re assistante opérateur sur L’institut du monde Arabe
  • 1988 : Chef opératrice sur Marguerite Paradis de Chantal Akerman
  • 1988 : 1re assistante opérateur sur Notes pour Debussy de Jean-Patrick Lebel
  • 1990 : Chef opératrice sur Igor de Jean-François Gallotte

Installations (montage et mise en espace)[modifier | modifier le code]

  • 1995 : D’Est, au bord de la fiction, installation de Chantal Akerman[12]
  • 1995 : Le 25e écran, installation de Chantal Akerman
  • 1998 : Selfportrait / Autobiography: A Work in Progress, installation de Chantal Akerman[13]
  • 2001 : Woman Sitting After Killing, installation de Chantal Akerman
  • 2002 : From the Other Side, installation de Chantal Akerman
  • 2002 : A voice in the Desert, installation de Chantal Akerman
  • 2003 : From the Other Side, Fragment, installation de Chantal Akerman
  • 2004 : Marcher à côté de ses lacets dans un frigidaire vide, installation de Chantal Akerman
  • 2007 : La Chambre, installation de Chantal Akerman
  • 2007 : Je tu il elle, installation de Chantal Akerman
  • 2007 : In the Mirror, installation de Chantal Akerman
  • 2008 : Femmes d’Anvers en Novembre, installation de Chantal Akerman
  • 2009 : Maniac Summer, installation de Chantal Akerman
  • 2009 : Tombée de nuit sur Shanghai, installation de Chantal Akerman
  • 2012 : Maniac Shadows, installation de Chantal Akerman
  • 2010 : My Mother Laughs, Prelude, installation de Chantal Akerman
  • 2014 : De la mèr(e) au désert installation de Chantal Akerman
  • 2015 : NOW, installation de Chantal Akerman[14]
  • 2019 : Tu peux prendre ton temps d'Éric Baudelaire

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 2015 : Chantal Akerman : NOW, Ambika P3, Londres, 30 octobre - 6 novembre 2015[15].
  • 2016 : «  Imagine Europe: In search of New Narratives », BOZAR, Bruxelles, 13 avril - 29 mai 2016 (Chantal Akerman : D'Est)[16].
  • 2016 : Chantal Akerman : Maniac Shadows, la Ferme du Buisson, Noisiel, 19 novembre 2016 - 19 février 2017[17].
  • 2017 : Chantal Akerman : NOW et In The Mirror, Galerie Marian Goodman, Paris, 14 septembre - 21 novembre 2017[18].
  • 2018 : « Scenes from the Collection, Constellations », Jewish Museum, New York, 21 janvier - 31 juillet 2018 (Chantal Akerman : NOW, 2015)[19].
  • 2018 : « Pedro Costa: Company », musée d’art contemporain de Serralves, Porto, 19 octobre 2018 - 29 janvier 2019 (Chantal Akerman : Femmes d’Anvers en Novembre, 2008)[20].
  • 2018 : Chantal Akerman : « Tempo Expandido / Expanded Time », Oi Futuro, Rio, 26 novembre 2018 - 27 janvier 2019[21].
  • 2018 : Exposition de Chantal Akerman, MOCA, Toronto, 14 février - 12 mai 2019[22].
  • 2019 : « Defiant Muses: Delphine Seyrig and the Feminist Video Collectives in France (1970s-1980s) », Musée Reina Sofía, Madrid, 25 septembre - 23 mars 2019 (Chantal Akerman : Woman Sitting After Killing, 2001)[23].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles et publications[modifier | modifier le code]

  • 2004 : « Une œuvre classique », Autoportrait en cinéaste, Cahiers du cinéma, Paris / Ed. du Centre Pompidou, Paris, 2004[24].
  • 2014 : « Plus que de raison », entretien avec Claire Atherton par J.S. Chauvin, Chantal Akerman, Monographie, Bobigny, Ciné-Festivals, Magic Cinéma, 2014.
  • 2015 : « Hommage à Chantal Akerman », texte écrit et lu par Claire Atherton à la Cinémathèque Française à Paris, le 16 novembre 2015, à l’occasion de la projection du film No Home Movie. Traduction « Tribute to Chantal Akerman » publiée sur Sense of Cinema (web) et dans Camera Obscrura : Feminism, Culture and Media Studies, Duke University Press, 2019[25],[26],[27].
  • 2015 : « Elle faisait confiance à la vie », entretien avec Claire Atherton par Jean-Sébastien Chauvin, dans le dossier « Hommage à Chantal Akerman », Les Cahiers du Cinéma, novembre 2015, n° 716[28].
  • 2015 : Article de Claire Atherton à propos du film Qui a tué Ali Ziri de Luc Decaster.
  • 2016 : Entretien avec Tina Poglajen, Film Comment[29].
  • 2017 : « Chantal Akerman par sa monteuse Claire Atherton », entretien avec Quentin Grosset, Trois Couleurs[30].
  • 2017 : «  Our Way of Working: A Conversation with Claire Atherton about Chantal Akerman », entretien avec Ivone Margulies, Camera Obscura n°100, pp 13-28[31].
  • 2018 : « Pouvons-nous être en relation avec ce qui est ? / Can we be in touch with what is? », Qu'est-ce que le réel ? Des cinéastes prennent position, dir. Andréa Picard, Post-édition / Cinéma du Réel, 2018, pp. 13-16.
  • 2018 : « A conversation with Claire Atherton », par Roger Crittenden, Fine Cuts: Interview on the Practice of European Film Editing, New-York: Routledge, 2018.
  • 2018 : Montage. Une anthologie (1913 - 2018), contribution[32].
  • 2018 : « L’art du montage », Vacarme n°82, hiver 2018, pp 92-98[33].
  • 2018 : Entretien avec Luísa Pécora à l'occasion de l'exposition "Tempo Expandido/Expanded Time" présentée à Oi Futuro, Rio[34].
  • 2019 : « Living Matter », Bomb n°148[35].
  • 2019 : « On Chantal Akerman », News From Home: The Films of Chantal Akerman (catalogue publié à l’occasion de la rétrospective de la réalisatrice organisée dans le cadre du Toronto International Film Festival)[36].
  • 2019 : « About D'Est. Editing Chantal Akerman’s Film », Versopolis, nov. 4, 2019[37].
  • 2019 : « The Art of Living », entretien avec Yaniya Lee, canadianart, 1er mars 2019 (web)[38].

Master class[modifier | modifier le code]

  • 2013 : « En montage avec Claire Atherton », programmation de films dédiés à Claire Atherton, Cinémathèque et École d'art de Grenoble[39].
  • 2014 : Bobigny, Festival Bande(s) à part - Leçon de Cinéma avec Claire Atherton - discussion modérée par Jean-Sébastien Chauvin[40].
  • 2016 : « Editing, A Composition », Jihlava International Film Festival[41],[42].
  • 2016 : « Ecouter les images », Télé Lacan, avec Ariane Chottin[43].
  • 2016 : Festival Traces de vie Clermont Ferrand - Leçon de cinéma avec Arnaud Hée[44].
  • 2016 : « L’art du montage » : Masterclass de Claire Atherton à l’occasion de Visions du Réel - Festival international de Cinéma de Nyon[45].
  • 2016 : « The Art of Editing » : Tel Aviv International Student Films Festival[46].
  • 2016 : Leçon de Cinéma avec Arnaud Hée, Festival Traces de Vie à Clermont-Ferrand[47].
  • 2018 : « À propos de Chantal Akerman - Dialogue avec Claire Atherton », Cinémathèque Française, Paris[48].
  • 2018 : Rencontre avec Claire Atherton, dans le cadre de la 2ème édition du festival "Histoires du Cinéma", Cinémathèque de Toulouse[49].
  • 2018 : Université de Francfort : Masterclass et présentation D'est, de Chantal Akerman[50],[51].
  • 2019 : Conversation avec Claire Atherton, modérée par Antoine Thirion et Nicholas Elliott à l'occasion de la 72ème édition du Festival International du film de Locarno[52].
  • 2019 : Leçon de montage avec Claire Atherton au cinéma moderne à Montréal[53].

Interventions radiophoniques[modifier | modifier le code]

  • 2016 : France Culture, Ping-Pong : « Claire Atherton & Dominique Leborne - Adieux à la mère et la mer dans le sang », Claire Atherton invitée à l'occasion de la sortie du film documentaire de Chantal Akerman No Home Movie[54].
  • 2017 : France Culture, Plan Large : « Chantal Akerman, à vous de voir », avec Claire Atherton, Corinne Rondeau et Mathieu Macheret[55].
  • 2018 : France Culture, « Nuit Chantal Akerman, par Albane Penaranda », avec Claire Atherton, Vincent Dieutre[56].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 2007 : « Là-bas ou ailleurs - Entretien avec Chantal Akerman », Vacarme n° 38, pp. 4-10.
  • 2011 : Entretien avec Claire Atherton par Céline Guénot - Journal du FID 2011.
  • 2017 : « Éric Baudelaire : « Face au terrorisme, je regarde les structures et le contexte », entretien de Ludovic Lament avec Éric Baudelaire et Claire Atherton, Médiapart, 28 août 2017 (web)[57].
  • 2019 : Laura Davis, « Un film dramatique », Filmexplorer (web)[58].
  • 2019 : Laura Davis, « Listening to Images: A conversation with Editor Claire Atherton », Mubi notebook (web)[59].
  • 2019 : Elisabeth Lebovici, « Une exposition qui [me] tient à coeur. Defiant Muses (Reina Sofia) » Le-beau-vice (web)[60].
  • 2019 : Justine Smith, « “Not Knowing Where You’re Going”: How Claire Atherton Edits Movies », Hypperallergic (web)[61].
  • 2019 : Lorenzo Buccella, « Life needs editing », News from the Locarno Festival (web)[62].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « FIDMarseille - Festival international de cinéma - International film festival », sur www.fidmarseille.org (consulté le 22 février 2016)
  2. « No Home Movie », sur www.locarnofestival.ch (consulté le 17 décembre 2019)
  3. « “Now”, le présent éternel de Chantal Akerman », sur Télérama.fr (consulté le 17 décembre 2019)
  4. « Claire Atherton », sur FIDMarseille (consulté le 17 décembre 2019)
  5. (en-US) Yaniya Lee, « The Art of Living », sur Canadian Art (consulté le 17 décembre 2019)
  6. « Claire Atherton », sur IMDb (consulté le 14 mars 2016)
  7. « claire atherton », sur noellepujol.free.fr (consulté le 17 décembre 2019)
  8. « L'enregistrement de la table ronde "Montage. Une anthologie (1913-2018)" au Centre culturel suisse - Département Cinéma / cinéma du réel - HEAD Genève », sur head.hesge.ch (consulté le 17 décembre 2019)
  9. « One Vision » (consulté le 17 décembre 2019)
  10. « Vision Award Ticinomoda », sur www.locarnofestival.ch (consulté le 17 décembre 2019)
  11. Là-bas ou ailleurs, entretien avec Chantal Akerman, Vacarme n°39, 20 avril 2007.
  12. « Claire Atherton : à propos de Chantal Akerman », sur Cinéma du réel, (consulté le 5 décembre 2019)
  13. (en) Frith Street Gallery, « Chantal Akerman: Selfportrait / Autobiography: A Work In Progress - Exhibitions », sur Frith Street Gallery (consulté le 5 décembre 2019)
  14. (it) « Chantal Akerman “Now” at Ambika P3, London • », sur Mousse Magazine, (consulté le 5 décembre 2019)
  15. « P3 exhibitions / Past / 2015 », sur www.p3exhibitions.com (consulté le 12 février 2020)
  16. « IMAGINE EUROPE », sur BOZAR (consulté le 13 février 2020)
  17. La Ferme du Buisson | Scène nationale-Centre d'art - Cinéma, « Chantal Akerman - Programme - La Ferme du Buisson | Scène nationale - Centre d'art - Cinéma », sur La Ferme du Buisson | Scène nationale - Centre d'art - Cinéma (consulté le 12 février 2020)
  18. (en) « Chantal Akerman | NOW », sur Marian Goodman (consulté le 12 février 2020)
  19. « The Jewish Museum », sur thejewishmuseum.org (consulté le 12 février 2020)
  20. (nl) « Pedro Costa: Company | Sabzian », sur www.sabzian.be (consulté le 12 février 2020)
  21. (en) « Chantal Akerman | Oi Futuro », sur Marian Goodman (consulté le 12 février 2020)
  22. (en-US) « Chantal Akerman - Programs - 2019 », sur Museum of Contemporary Art Toronto Canada (consulté le 12 février 2020)
  23. (en) « Defiant Muses | Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía », sur www.museoreinasofia.es (consulté le 12 février 2020)
  24. « Chantal Akerman : autoportrait en cinéaste - C.Akerman - Librairie Eyrolles », sur www.eyrolles.com (consulté le 20 décembre 2019)
  25. « Hommage à Chantal Akerman par Claire Atherton - La Cinémathèque française », sur www.cinematheque.fr (consulté le 7 janvier 2020)
  26. (en-US) Claire Atherton, « Tribute to Chantal Akerman by Claire Atherton », sur Senses of Cinema, (consulté le 20 décembre 2019)
  27. « Volume 34 Issue 1 (100) | Camera Obscura: Feminism, Culture, and Media Studies | Duke University Press », sur read.dukeupress.edu (consulté le 20 décembre 2019)
  28. « Novembre 2015 – n°716 | Cahiers du Cinéma » (consulté le 7 janvier 2020)
  29. (en) « Interview: Claire Atherton », sur Film Comment, (consulté le 25 février 2020)
  30. « Chantal Akerman par sa monteuse Claire Atherton », sur TROISCOULEURS, (consulté le 7 janvier 2020)
  31. « Volume 34 Issue 1 (100) | Camera Obscura: Feminism, Culture, and Media Studies | Duke University Press », sur read.dukeupress.edu (consulté le 7 janvier 2020)
  32. « Sortie de "Montage. Une anthologie (1913-2018)" coéditée par la HEAD-Genève et le MAMCO | HEAD », sur www.hesge.ch (consulté le 20 décembre 2019)
  33. « l’art du montage - Vacarme », sur vacarme.org (consulté le 20 décembre 2019)
  34. (pt-BR) Luísa Pécora -, « Claire Atherton sobre Chantal Akerman: "Ela pertence a todos os lugares" », sur Mulher no Cinema, (consulté le 12 février 2020)
  35. « Living Matter by Claire Atherton - BOMB Magazine », sur bombmagazine.org (consulté le 20 décembre 2019)
  36. (en) « News from Home: The Films of Chantal Akerman », sur TIFF (consulté le 20 décembre 2019)
  37. (en-GB) Production: Beletrina, « About D’Est | Versopolis », sur www.versopolis.com (consulté le 20 décembre 2019)
  38. (en-US) Yaniya Lee, « The Art of Living », sur Canadian Art (consulté le 7 janvier 2020)
  39. « claire atherton », sur noellepujol.free.fr (consulté le 20 décembre 2019)
  40. « Festival Bande(s) à part - Leçon de cinéma avec Claire Atherton » (consulté le 20 décembre 2019)
  41. « Masterclass: Claire Atherton | DOK.REVUE », sur www.dokrevue.cz (consulté le 7 janvier 2020)
  42. « MASTERCLASS: Claire Atherton (in English) | Ji.hlava IDFF 2016 » (consulté le 7 janvier 2020)
  43. « Claire Atherton : « Écouter les images » » (consulté le 7 janvier 2020)
  44. « Claire ATHERTON – Festival Traces de Vies – Clermont Ferrand » (consulté le 7 janvier 2020)
  45. « Masterclass Claire Atherton | Visions du Réel 2016 » (consulté le 20 décembre 2019)
  46. « Claire Atherton - The Art of Editing 11.6.16 » (consulté le 20 décembre 2019)
  47. « Claire ATHERTON – Festival Traces de Vies » (consulté le 12 février 2020)
  48. « À propos de Chantal Akerman. Dialogue avec Claire Atherton - La Cinémathèque française », sur www.cinematheque.fr (consulté le 12 février 2020)
  49. « Rencontre avec Claire Atherton », sur France Culture, (consulté le 12 février 2020)
  50. (de) « Claire Atherton. Filme schneiden mit Chantal Akerman – Chantal Akerman – Lecture & Film » (consulté le 12 février 2020)
  51. « Filme schneiden mit Chantal Akerman », sur www.normativeorders.net (consulté le 12 février 2020)
  52. « SPAZIO CINEMA: Vision Award Ticinomoda to Claire Atherton » (consulté le 12 février 2020)
  53. « Leçon de montage - Claire Atherton », sur 24 images (consulté le 12 février 2020)
  54. « Claire Atherton & Dominique Leborne - Adieux à la mère et la mer dans le sang », sur France Culture (consulté le 12 février 2020)
  55. « Chantal Akerman, à vous de voir », sur France Culture (consulté le 12 février 2020)
  56. « Nuit Chantal Akerman, Par Albane Penaranda », sur France Culture (consulté le 12 février 2020)
  57. Ludovic Lamant, « Eric Baudelaire: «Face au terrorisme, je regarde les structures et le contexte» », sur Mediapart (consulté le 20 décembre 2019)
  58. (en) « Un film dramatique », sur filmexplorer.ch (consulté le 20 décembre 2019)
  59. « Listening to Images: A Conversation with Editor Claire Atherton on Notebook », sur MUBI (consulté le 20 décembre 2019)
  60. (en) « Une exposition qui [me] tient à coeur. Defiant Muses (Reina Sofia, Madrid) » (consulté le 20 décembre 2019)
  61. (en-US) « "Not Knowing Where You're Going": How Claire Atherton Edits Movies », sur Hyperallergic, (consulté le 20 décembre 2019)
  62. « Life needs editing », sur www.locarnofestival.ch (consulté le 20 décembre 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]