Charles Sainte-Claire Deville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte-Claire Deville.
Charles Sainte-Claire Deville
Sainte-Claire-Deville.jpg

Charles Sainte-Claire Deville

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 62 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinction

Charles Sainte-Claire Deville, né le à Saint Thomas (Îles Vierges américaines) et mort le à Paris, est un géologue et météorologue français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après sa formation à l'École des mines de Paris, dont il démissionne en cours de scolarité, il devient assistant de Léonce Élie de Beaumont, auquel il succède à la chaire de géologie du Collège de France en 1875.

Il conduit des recherches sur les phénoménes volcaniques et particulièrement sur les émanations gazeuses. Il étudie aussi les variations de la température dans l'atmosphére et l'océan. Durant un de ses voyages dans les Antilles, il étudie les effets du tremblement de terre des Petites Antilles de 1843.

En 1857, il est élu membre de l'Académie des sciences en remplacement d'Armand Dufrénoy. Il est promu officier de la Légion d'honneur en 1862. Il fonde, en 1873, l'observatoire météorologique de Montsouris, situé dans le parc Montsouris à Paris.

En 1859, Charles Sainte-Claire Deville réalise la première ascension du Grand Combin (4 314 mètres), sommet des Alpes suisses situé dans le canton du Valais, en compagnie de Daniel Balleys, Emmanuel Balleys, Gaspard Balleys et Basile Dorsaz.

Famille[modifier | modifier le code]

  • Louis-Joseph Sainte-Claire Deville (Saint-Pierre (Martinique), 6 octobre 1779-Paris, 28 février 1825), planteur à Saint-Thomas et à Porto-Rico, marié en 1806 à Saint-Thomas (Antilles danoises) avec Charlotte Duvivier de Fontenay,
    • Louis Joseph Sainte-Claire Deville (1808-1863), négociant à Marseille, marié en 1832 avec Louise Félicité Deville (1811-1847),
      • Marie Claire Félicité Sainte-Claire Deville (1845-1884)
      • Henri Marie Amédée Sainte-Claire Deville (Marseille, 30 juillet 1847-1884)[1], commissaire en chef de la Marine,
    • Marie Louise Félicité Sainte-Claire Deville (1811-1878),
    • Charles Joseph Sainte-Claire Deville (1814-1876), marié à Boulogne-sur-Mer en 1845 avec Caroline Alexandrine Adèle Adam (1825-1906), sœur de Achille Adam-Fontaine,
      • Louis Auguste Edmond Sainte-Claire Deville (1847-1884), marié vers 1875 avec Marie Marguerite Tourraton Deschellerins,
      • Adèle Cécile Blanche Sainte-Claire Deville (1849-1885), mariée en 1869 avec son cousin, Émile Louis Sainte-Claire Deville,
        • Achille Charles Jean Sainte-Claire Deville (1871-1932)[2], lieutenant colonel d'artillerie,
        • Paul Sainte-Claire Deville (1874-1950)[3], directeur technique des mines de la Sarre,
        • Marcelle Sainte-Claire Deville (1885-1976),
    • Henri Sainte-Claire Deville (1818-1881), marié en 1842 avec Cécile Girod de l'Ain (1821-1919)
      • Henry Félix Sainte-Claire Deville (1843-1908)[4], directeur de manufactures de l'État, marié à Adélaïde Henriette Jeanne Delahaye,
        • Félix Paul Sainte-Claire Deville (1874- )[5], militaire,
      • Émile Louis Sainte-Claire Deville (1845-1931)[6], ingénieur de la Compagnie du Gaz, marié en 1869 avec sa cousine Blanche Sainte-Claire Deville,
      • Georges Sainte-Claire Deville (1846-1913)[7], lieutenant colonel d'infanterie,
      • Charles Félix Sainte-Claire Deville (1852-1927)[8], colonel de la cavalerie,
      • Charles Étienne Sainte-Claire Deville (1857-1944)[9], général de division et un des pères du canon de 75 Modèle 1897,
    • Marie Rose Claire Sainte-Claire Deville (1823-1900), mariée en 1845 avec Edmond Théophile Dragon de Gomiécourt (1806-1891)[10], directeur des douanes.

Hommage[modifier | modifier le code]

Le Promontorium Deville, un promontoire sur la Lune, porte son nom.

Distinction[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Études géologiques sur les îles de Ténériffe et de Fogo suivi d'une statistique abrégée des îles du Cap-Vert et d'une notice bibliographique, Paris, Gide, 1848 [lire en ligne]
  • Recherches sur les principaux phénomènes de météorologie et de physique terrestre aux Antilles (1849)
  • Voyage géologique aux Antilles et aux îles de Ténériffe et de fogo (1856-1864)
  • Lettres à Élie de Beaumont sur l'éruption du Vésuve
  • Les Éruptions actuelles du Volcan de Stromboli (1858)
  • Sur les variations périodiques de la température (1866).
  • Coup-d'œil historique sur la géologie et sur les travaux d'Élie de Beaumont : lecons professées au Collége de France (mai-juillet 1875), Paris, G. Masson, (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie et sources[modifier | modifier le code]

  • Jean-Baptiste Dumas, Éloges historiques de Charles et Henri Sainte-Claire-Deville, lus dans la séance publique annuelle de l'Académie des sciences du 5 mai 1884, dans Mémoires de l'Académie des sciences de l'Institut de France, Gauthier-Villars, Paris, 1888, tome 44, p. XXIX-LXV (lire en ligne)
  • Locher, Fabien, Le Savant et la Tempête. Étudier l’atmosphère et prévoir le temps au XIXe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Carnot »,
  • Notice nécrologique publiée dans le numéro 179 du 4 novembre 1876 de la revue La Nature
  • Alfred Lacroix, Notice historique sur le troisième fauteuil de la section de minéralogie, Annales des Mines (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]