Chariot de supermarché

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chariot de supermarché
Wanzl Concentra.jpg
Type
Caractéristiques
Matériaux
Fonctionnement
Moteur
Énergie humaine (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Utilisation
Usage
Rangées de chariots de supermarché

Un chariot, charrette de supermarché ou encore panier d'épicerie[1], est un chariot, métallique ou en matière plastique, conçu pour faciliter le transport des marchandises achetées dans un supermarché ou d'autres types de magasins.

Historique[modifier | modifier le code]

Chariot en fil d'acier équipé d'un monnayeur à pièce ou jeton.

En 1936, Sylvan N. Goldman (en) conçoit l'ancêtre du chariot de supermarché, pliable, afin de permettre aux clients de sa chaîne de supermarché de faire davantage d'achats[2] ; il permet de poser deux paniers, l'un au-dessus de l'autre[2]. Un exemplaire est depuis conservé à la Smithsonian Institution[2].

En 1946, Orla E. Watson conçoit des prototypes de chariots encastrables horizontalement ; contrairement au chariot de Goldman, les paniers sont cette fois inclus au chariot. Ces chariots, d'une capacité de 40 litres[3], sont par conséquent plus rapides à ranger après emploi ou à sortir de leur rangement en vue de leur utilisation[2].

En 1948, l'entreprise de Goldman commercialise des chariots encastrables semblables à ceux conçus par Watson, à panier unique, plus grand. L'entreprise de Watson engage des poursuites contre celle de Goldman, mais en 1949, Watson accorde à Goldman une licence exclusive (à l'exception de trois licences déjà accordées) d'exploitation du brevet qu'il a déposé[2].

Les Ateliers Réunis, une entreprise fondée en 1929 par Raymond Joseph (décédé en 1984) et ayant son siège à Drusenheim, en Alsace, fabrique également des chariots de manutention, des poussettes de marché, etc.. Caddie détient, dans les années 1980, environ 80 % du marché européen du chariot de supermarché.[réf. nécessaire]

Le premier chariot Caddie est créé dans les années 1960, en Alsace, pour le compte des premières enseignes de supermarchés ; il est composé d'un bâti à roulettes sur lequel on accroche deux paniers métalliques, lesquels sont ensuite remplacés par un panier soudé au bâti, dans sa forme actuelle.[réf. nécessaire]

Pouvant atteindre une capacité de 240 litres, soient 210 kgde charge utile pour le modèle Standard[4], un chariot parcourt en moyenne 28 000 km dans sa durée de vie (maximum 7 ans) à 2 ou 6 km/h, ce qu'il fait qu'il transporte 10 000 fois son poids de marchandises. Il est le plus souvent constitué d'une cage en fil d'acier ou parfois en plastique (ce qui le rend compatible avec la facturation automatique[5] par le moyen d'étiquettes RFID Radio-identification et de portiques dédiés), voire, XXIe siècle, en matériau composite (plus léger), comme le "C21" de Giat industries[3].

Le nom « caddie »[modifier | modifier le code]

Le mot anglais caddie (ou sa variante orthographique « caddy ») peut désigner un garçon (un cadet) chargé de transporter les clubs de golf d'un joueur de golf, soit en portant le sac contenant les clubs, soit en tirant celui-ci sur un petit chariot. C'est ainsi que le « chariot de caddie », puis « caddie » tout court, est entré dans la langue française, et apparaît en 1952 dans le dictionnaire Le Robert sous cette définition : « petit chariot métallique pour transporter les denrées dans les libres-services et les bagages dans les gares ou les aéroports »[6].

En 1987, la société Ateliers Réunis Caddie, qui fabrique entre autres des chariots de supermarché, dépose auprès de l'Institut national de la propriété industrielle la marque commerciale « Caddie »[7],[6]. Elle déposera également le nom « Caddy ». Ces marques sont régulièrement renouvelées depuis[8]. L'utilisation de ces termes est donc soumise aux règles du droit des marques, qui exige qu'un signe conserve son caractère distinctif pour pouvoir prétendre à la protection et ne pas devenir un terme générique (à l'instar de « frigidaire » ou de « kleenex »).

La société Caddie intervient régulièrement pour protester contre les usages impropres de ses marques et s’opposer à ce qu’elles soient utilisées par antonomase comme synonymes de « chariot de supermarché ». Elle a notamment obtenu la condamnation de plusieurs journaux, comme Le Figaro ou Libération, pour avoir fait un tel usage de ce nom[6]. Elle a demandé fin 2009 au Figaro de préciser que le terme « caddie » ne peut être employé comme synonyme de chariot de supermarché[9].

L'utilisation du nom « Caddy » pour la Volkswagen Caddy a été soumise à une autorisation de la part de la société Caddie SA[10].

Adaptations[modifier | modifier le code]

Le chariot de supermarché est généralement conçu pour asseoir un enfant face à la poignée et placer un casier de bouteilles sous le panier.

Il existe aussi des chariots pourvus d'un siège-bébé et d'autres adaptés aux personnes handicapées moteur, ainsi que des chariots de dimension réduite destinés aux enfants et généralement équipés d'un fanion permettant de les repérer à distance.

Art et design[modifier | modifier le code]

Le chariot de supermarché apparaît dans l'art. Citons Supermarket Lady de Duane Hanson (1969-70), le fauteuil "Consumer's rest" de Franck Schreiner dit Stiletto (1983)[11].

Détournements[modifier | modifier le code]

Certains chariots sont détournés de leur utilisation principale comme Babozor qui en transforme un en un siège[12]. Certaines personnes utilisent également ces chariots pour organiser des courses. Évidemment, ces pratiques ludiques sont rarement encadrées[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Grand Dictionnaire Terminologique
  2. a, b, c, d et e [PDF] Catherine Garndclément et Franck Cochoy, « Histoires du chariot de supermarché », sur cairn.info
  3. a et b Nicole Penicaut, « Le Caddie parcourt 28.000 km dans sa vie à 2 ou 6 km/h. Vie et maux des Caddies », sur libération.fr,
  4. [PDF] « Notice d'utilisation », sur caddie.fr (consulté le 22 décembre 2016)
  5. « Polycart - 100% Compatible avec la Facturation Automatique par le Moyen d'Ètiquettes RFID », sur polycartgroup.com
  6. a, b et c « 50000F pour un Caddie. « Libération » est condamné pour avoir utilisé le mot, nom déposé », lire en ligne sur liberation.fr
  7. « Jacques a dit Caddie », lire en ligne sur blogs.lexpress.fr
  8. Par exemple le 11 juin 2007, sous le numéro 1.419.775.
  9. « Précision de la société Caddie », lire en ligne
  10. « ® Le nom Caddy est une marque déposée de la société Caddie S.A. et est utilisé par Volkswagen Commercial Vehicles avec l'aimable autorisation de Caddie ® SA. », dans Le nouveau Caddy
  11. (en) Carol Vogel, « Armchair That Looks Like a Cart », New York Times,‎ (lire en ligne)
  12. (http://www.lagrottedubarbu.com/2010/06/30/lagrottedubarbu-saison-03-episode-00-caddieafesse/)
  13. http://www.feriaaire.fr/%20/course-de-caddie-inter-pena.php

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :