Chanson paillarde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Chansons paillardes)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Paillard.

Une chanson paillarde est une chanson populaire qui se chante entre amis autour d'un bon plat et dans une ambiance chaleureuse.

En Belgique, l'expression « paillarde » est peu usitée, on parle plus volontiers de chanson estudiantine ou folklorique.

En général, les paroles en sont crues, à caractère érotique ou scatologique, souvent anticlérical, et/ou autour de la fête et de l'alcool.

Exemples de chansons paillardes[modifier | modifier le code]

En français[modifier | modifier le code]

En latin[modifier | modifier le code]

Culture et société[modifier | modifier le code]

Chansons paillardes récentes[modifier | modifier le code]

Les chansons paillardes sont des chansons traditionnelles, issues de plusieurs générations, soumises à de nombreuses variantes. Néanmoins, il existe des chansons récentes écrites dans la veine paillarde.

À titre d'exemple, J'ai la quéquette qui colle est une chanson paillarde de 1999 du groupe Les Mules, composé de Steph et Moustache. Elle a acquis une grande notoriété grâce à sa diffusion sur Internet au début des années 2000[2],[3],[4], après quoi elle est passée sur plusieurs radios et a tourné sur de nombreuses sonneries de téléphone portable.

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Certaines chansons paillardes ont une connotation politique. Le père Dupanloup, Les Filles de Camaret, Cochon de moine, Le Cordonnier Pamphile brocardent le clergé catholique comme étant fondamentalement hypocrite.

Le Duc de Bordeaux évoque la physionomie de celui qui n'est autre que le duc de Chambord, prétendant au trône. Ces chansons ont été écrites à la fin du XIXe siècle, à l'époque où la République française s'oppose violemment au clergé catholique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.youtube.com/watch?v=Ynov11Dg-U4
  2. « Une "quéquette" qui finit en tube », Libération, 8 août 2001
  3. Marie Beloeil, Petites histoires numériques - On connaît la chanson, Le Monde, 10 octobre 2001
  4. J'ai la quéquette qui colle (YouTube)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Marc Robine, Emmanuel Pariselle, Gabriel Yacoub et al., Anthologie de la chanson française. La tradition paillarde : chansons à boire, gaillardes et libertines, EPM musique, 1994, 1CD + 1 brochure
  • Christopharius, 27 chansons paillardes... prises sur le vit, Forlane, 1989, 1CD

Monographies[modifier | modifier le code]

Recueils et anthologies
  • Staub, Théo, L'Enfer érotique de la chanson folklorique française, Plan-de-la-Tour, 1981, 2 t. en 1 vol., 224-343 p.
  • Vignol, Baptiste, Des chansons pour le dire : une anthologie de la chanson qui trouble et qui dérange, Paris, 2005, 380 p.
  • Chansons paillardes, réunies et présentées par Riquet, Besançon, 1998, 127 p.
  • Le Bréviaire du carabin, Paris, 1950, 192 p.
  • « Recueil. Chansons paillardes », 1883-1931, BnF, Collection des Recueils, cote : GrFol WZ 89.
Études sur la chanson paillarde
  • Gauthier, Marie-Véronique, Chanson, sociabilité et grivoiserie au XIXe siècle, Paris, Aubier, 1992 ; 311 p.

Articles de presse[modifier | modifier le code]

  • « Les stars masquées du Net », Le Point, 6 avril 2001.

Sites et répertoires sur Internet[modifier | modifier le code]