De profundis morpionibus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

De profundis morpionibus est une chanson paillarde. Elle s'est d'abord intitulée La mort, l'apparition et les obsèques du capitaine Morpion, titre sous lequel elle a été publiée pour la première fois en 1864 par Auguste Poulet-Malassis, dans le Parnasse satyrique du XIXe siècle.

Paroles[modifier | modifier le code]

La version publiée en 1866 dans le Nouveau Parnasse satyrique du XIXe siècle comporte 13 couplets. Son texte, selon une note prudente, est seulement « attribué à Théophile Gautier » : celui-ci, qui présenta l'année suivante et pour la deuxième fois sa candidature à l'Académie française[1], avait à l'avance pris soin d'indiquer par lettre à Poulet-Malassis qu'il désavouerait tout texte signé de son nom publié dans ce recueil[2].

Malassis tiendra plus ou moins compte de cette promesse en republiant ce texte en 1873 dans un autre recueil, Poésies de Th. Gautier qui ne figureront pas dans ses œuvres[2].

Musique[modifier | modifier le code]

La musique est tirée d'une marche funèbre composée par Ernest Reyer pour les obsèques du maréchal Gérard[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Véronique Magnol-Malhache, Théophile Gautier dans son cadre, Somogy Éditions d'Art, , 229 p. (ISBN 9782757201466, lire en ligne), p. 75
  2. a, b et c Xavier Hubaut, « De profundis morpionibus », sur Chansons paillardes de France et d'ailleurs (consulté le 12 juillet 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nouveau Parnasse satyrique du XIXe siècle, 1866, p. 80-82 (lire en ligne)
  • Poésies de Th. Gautier qui ne figureront pas dans ses œuvres, 1873 (lire sur Gallica), p. 38-39
  • L'Œuvre libertine des poètes du XIXe siècle
  • Les Fleurs du mâle
  • Le Petit Bitu

Liens externes[modifier | modifier le code]