Championnats d'Union soviétique de cyclisme sur route

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Championnats d'Union soviétique de cyclisme sur route ont été disputés pour la première fois en 1924. Un championnat féminin est créé en 1927.

Les origines[modifier | modifier le code]

La mise en place des compétitions routières sous forme d'un championnat d'URSS[1]avait été précédée par un Championnat sur piste, domaine que le climat de la plus grande partie de l'URSS favorisait. Jusqu'à la fin des années 1940, plusieurs facteurs intervenaient, qui limitaient le cyclisme routier. Outre le climat, et l'état des routes, les priorités des plans quinquennaux soviétiques n'incluaient pas la fabrication en masse de bicyclettes. Le cyclisme sur piste, sur de longues distances, en vélodrome, comme celui de Toula, n'est cependant pas structuré en championnats annuels, mais il est lié à la tenue de grandes manifestations du sport ouvrier soviétique, les Spartakiades, déclinées au niveau des Républiques soviétiques dont la République socialiste soviétique fédérative de Russie. L'industrialisation du pays s'accompagne toutefois de progrès tant en matière d’infrastructures routières que de production de biens d'équipement. Dans le domaine du cyclisme soviétique cette évolution se lit dans les grandes compétitions créées en 1936/1937, tel le Tour de l'URSS dont deux éditions ont lieu en 1937 et 1938. La Seconde Guerre mondiale stoppait cette économie, et les usines transférées au-delà des lignes de l'invasion allemande, avaient, comme dans les autres pays alliés contre les hitlériens, une priorité dans le nécessaire armement.

Après 1945[modifier | modifier le code]

Le relèvement du pays après la Victoire alliée, ne permet que lentement la reprise des compétitions cyclistes. Les Championnats cyclistes sur route reprenaient en 1947, année essentielle pour le vélo soviétique. Une usine de fabrication de bicyclette est mise en exploitation à Karkhov. Cependant les compétiteurs soviétiques avaient un terrain d'action limité. Les échanges sportifs internationaux s'étaient effectués pour l'essentiel, avant la Guerre dans le cadre institutionnel du "Sport ouvrier" international. De fait les seules organisations sportives « travaillistes » nationales avaient des relations avec les sportifs soviétiques. La mise en place en 1951 d'un Comité olympique du sport soviétique, et celle de fédérations propre à chaque activité sportive modifie la situation des sportifs. La participation soviétique aux Jeux olympiques dès les Jeux d'Helsinki en 1952 ouvre au sport soviétique et à ses champions un champ de développement dont les idéologues du régime voient les possibilités d'utilisation en termes d'image. Pour le cyclisme, la structuration de l'Union cycliste internationale en deux secteurs, l'un "professionnel", l'autre "amateur", celui auquel se rattache la Section cycliste du Comité olympique soviétique, permet, avant 1989, aux cyclistes soviétiques de pouvoir participer aux Jeux olympiques (qui étaient interdits aux professionnels). Mais les portes des courses de prestige, tels les grands Tours (France, Italie), leur étaient fermées. Les courses dites "open" étaient pour la plupart, l'ouverture aux professionnels des courses amateurs, plutôt que l'inverse[2]. Il est notable que l'ouverture du cyclisme soviétique au professionnalisme, en début de saison 1989, s'effectue bien avant l'implosion du système politique qui l'encadrait. Mais elle venait trop tard pour la génération des Pikkuus, Soukhoroutchenkov, Averine et bien d'autres champions soviétiques.

Les championnats d'Union soviétique de cyclisme sur route[modifier | modifier le code]

Les Championnats d'Union soviétique ont dans ce contexte jusqu'en 1989 statuts de Championnats amateurs. Ils n'ont été professionnels qu'en 1989, et ont eu lieu sous ce statut en 1990 et 1991. Le maillot distinctif étaient aux couleurs de l'URSS.

Les Championnats amateurs[modifier | modifier le code]

Le titre de Champion[3] de l'Union soviétique de cyclisme n'est pas attribué que sur une seule épreuve sur route. Il existe plusieurs épreuves donnant lieu chacune à un titre :

  • une épreuve individuelle de type "classique".
  • une épreuve dite de critérium sur plusieurs "joutes" (3 courses dont le classement attribue un certain nombre de points, dont l'addition permet l'attribution du titre)
  • une épreuve individuelle chronométrée sur environ 50 km
  • une épreuve contre-la-montre comme la précédente mais en duo
  • un titre de Champion de course par étapes[4]
  • une épreuve par équipes, disputée contre-la-montre, sur un parcours de 100 kilomètres, distance de l'épreuve olympique
  • Il y a aussi certaines années un Championnat "de la montagne"

Le podium du championnat "classique"[modifier | modifier le code]

1954-1967[modifier | modifier le code]

Année Champion en ligne Deuxième Troisième
1954 Nikolaï Kolumbet
1955 Anatoli Tcherepovitch
1956 Yuri Koledov Boris Biebienin Nikolaï Kolumbet
1957 Pavel Vostriakov Georg Vinnik Vladimir Kriyutschkov
1958 Viktor Kapitonov Evgeni Klevtzov Antas Vjaravas
1959 Viktor Kapitonov Antas Vjaravas Alexeï Petrov
1960 Alexis Podjazblonski Antas Vjaravas Alexander Pavlov
1961 Youri Melikhov Anatoli Tcherepovitch Gainan Saidschushin
1962
1963 Gainan Saidschushin Adolf Liyuty
1964 Antas Vjaravas[5] Gainan Saidschushin Alexandre Kulibin
1965
1966
1967 Alexeï Petrov

1972-1989[modifier | modifier le code]

Année Champion Deuxième Troisième
1972 Nikolai Krasksov Sergueï Morozov Evgeni Smetanin
1973 Anatoli Starkov Yuri Mikhaïlov Yuri Lavruschkin
1974 Boris Issaiev
1975
VIe Spartakiade
Vitautas Galinauskas Nikolaï Gorelov Boris Issaiev
1976 Alexandre Averine Sergueï Morozov Saïd Gusseïnov
1977 Aavo Pikkuus
1978
1979
VIIe Spartakiade[6]
Alexandre Gussiatnikov
RSFS Russie (Kouibychev)
Drapeau : Italie Gianni Giacomini Alexandre Averine
RSFR Russie (Kouibychev)
1980 Leon Dejits Youri Barinov Ramazan Galaletdinov
1981 Igor Bokov Youri Kachirine Sergei Priblyl
1982 Rikho Suun Vladimir Malakhov Piotr Ugrumov
1983
VIIIe Spartakiade
Sergei Ermatchenkov Rikho Suun Andrei Toporichev
1984 Alexandre Zinoviev Oleg Logvine Djamolidine Abdoujaparov
1985 Sergei Zmievskov Andrei Toporichev Guennadi Tarassov
1986 Piotr Ugrumov Arvid Tammesalu Dimitri Konyshev
1987
IXe Spartakiade
Djamolidine Abdoujaparov Rikho Suun Piotr Ugrumov
1988 Vladimir Goluschko Uldis Ansons Assiat Saitov
1989 Viktor Klimov Konstantin Bankin Vladimir Diadischkin

Le championnat "critérium"[modifier | modifier le code]

Année Champion Deuxième Troisième
1973[7] Valeri Likhatchev Ivan Skosirev Igor Razumenko
1976 Aavo Pikkuus Vitaoutas Galinaouskas Igor Moskalev
1981 Aavo Pikkuus Alexandre Akhov Rikho Suun
1982 Alexandre Akhov Rikho Suun Vladimir Malakhov
1983 Rikho Suun Uldis Ansons Vladimir Malakhov
1984 Vladimir Malakhov Viktor Demidenko Rikho Suun
1985 Ivan Romanov Rikho Suun Tomas Kirsipuu
1986 Uldis Ansons Ivan Romanov Assiat Saitov
1987 Ivan Romanov Assiat Saitov Djamolidine Abdoujaparov
1988 Piotr Ugrumov Uldis Ansons

Le championnat d'URSS "de la montagne"[modifier | modifier le code]

De création tardive, ayant de ce fait connu peu d'éditions[8] ce championnat livre des podiums qui sont confirmés par les résultats obtenus à partir de 1989 par Ivan Ivanov, principalement au Tour d'Espagne, Vladimir Poulnikov surtout au Tour d'Italie et Piotr Ugrumov au Tour de France, au Tour d'Italie.

Année Lieu Champion Deuxième Troisième
1986 Sotchi Ivan Ivanov Piotr Ugrumov Alexandre Kotenko
1987 Soukhoumi Ivan Ivanov Vladimir Poulnikov Dainis Ozols

Le championnat "contre-la-montre"[modifier | modifier le code]

Le Championnat d'URSS contre-la-montre individuel est disputé sur une distance de 40 kilomètres, portée au début de la décennie 80 à 50 kilomètres.

Année Champion Deuxième Troisième
1976 Anatoli Tchoukanov[9] Rinat Charafuline Viktor Panchenkov
1980 Alexandre Kisliak
1981 Piotr Ugrumov[10] Oleg Liadov Alexandre Krivinets
1982 Oleg Liadov[11] Piotr Radschenkov Schvechnikov
1983 Oleg Liadov Nikolai Kossariev
1984 Anatoli Yarkine[12] Nikolai Kossariev Assiat Saitov
1987 Vladimir Poulnikov[13] Assiat Saitov Vasyl Zhdanov
1988 Andrei Teteriouk[14] Piotr Ugrumov

Le championnat contre-la-montre en duo[modifier | modifier le code]

Ce championnat sur route est disputé en trois manches attributives de points qui s'additionnent pour un classement général[15]

Année Champion
Deuxième
Troisième
1981 Viatcheslav Dedenov
Sergei Kadatski
1982 Evgeni Korolkov
Evgeni Schulgui
Youri Kachirine
Oleg Logvine
Oleg Liadov
Mikhaïl Naumov
1983 Oleg Liadov
Tinu Roosmae
I. Stelma
Yuri Kazatchenko
Oleg Logvine
Sergei Uslamin
1987 Vasyl Zhdanov
Viktor Klimov
Yuri Manuylov
Romes Gainetdinov
E. Plazak
A. Sneka
1988 Vasyl Zhdanov
Igor Sumnikov
Assiat Saitov
Yuri Manuylov
Viktor Kutepov
Vladimir Sapronov
1989 Pavel Tonkov
Oleg Polovnikov
Filipov
Anachkin
Abdrachmachov
Vasileivschkin

Le championnat professionnel[modifier | modifier le code]

Année Champion Deuxième Troisième
1989 Ivan Ivanov Dimitri Konyshev Rikho Suun
1990 Dimitri Konyshev Piotr Ugrumov Vladimir Poulnikov
1991 Andreï Tchmil Viatcheslav Ekimov Piotr Ugrumov

Championnats créés après 1991[modifier | modifier le code]

Après la dissolution de l'URSS, d'autres championnats leur ont succédé :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La principale source de cet article est constituée de trois notices, publiées par le site velorider.ru/velosport, en langue russe. (La traduction automatique est exécrable en français) :
    • "Championnats d'URSS de cyclisme"
    • "Championnats du monde, piste et route"
    • "Histoire du cyclisme"
  2. En France, le Tour de l'Avenir, le Circuit de la Sarthe, le Tour du Vaucluse, et bien d'autres en sont l'exemple. À contrario le Tour de Luxembourg est un rare exemple de course pro ouverte aux amateurs.
  3. Le tableau de champions d'URSS présenté ci-dessous est un tableau provisoire où les cases vides sont nombreuses faute de source. Les sources en effet sont les annuaires cyclistes de R. Jacobs, R. Desmet, H. Mahau, dont certaines années ne sont pas renseignées. Le site russe utilisé en 1re partie n'offre que peu de citations sûres (et aucun palmarès du Championnat). Les forums de "Mémoire du cyclisme" sont utilisés, avec la part d'incertitude qu'ils comportent par essence mais beaucoup des renseignements sont eux-mêmes sourcés.
  4. Il semble que ce titre de champion d'URSS de course par étapes soit décerné au vainqueur de l'ancien Tour de l'URSS
  5. Le résultat du championnat d'URSS 1964 paraît dans le N° 49, septembre 1964, de Miroir du cyclisme. C'est la seule fois en 35 ans d'existence (vérification effectuée que ce magazine français publie une telle information dans ses pages "résultats". Vjaravas (orthographié Vyaravos) est 1er de la course longue de 186 km. Ses suivants sont Saidschushin, 2e, Kulibine (orthographié Julibine), 3e, Domozhilov, 4e. Tous même temps. En 5e place, "un peloton de 40 coureurs" avec Kapitonov, Melikhov, Petrov, Olizarenko, etc."
  6. L'épreuve du Championnat de l'URSS sur route se confond avec la course sur route de la VIIe Spartakiade des Peuples de l'Union soviétique. Elle se dispute à Moscou le 29 juillet, sur le circuit qui, l'année suivante servira pour le championnat olympique. Le journal espagnol El Mundo deportivo sous titre le compte-rendu de la course :" El circuito ciclista: mortal y peligroso"... 152 coureurs sont au départ, dont 102 soviétiques. 80 coureurs terminent la course dont 12 coureurs non soviétiques. Alexandre Gussiatnikov, âgé de 29 ans, y remporte un de ses plus prestigieux succès, tant les spartakiades quadriennales sont un enjeu, pas seulement sportif. Chaque République fédérée de l'Union soviétique envoie une délégation "nationale", et tente d'obtenir le maximum de médailles. La Spartakiade cycliste, comme les autres disciplines, invite des sélections étrangères. Celles-ci proviennent majoritairement des pays "de l'Est". En cyclisme, pour l'année 1979, l'Italie, l'Espagne, la Belgique, l'Autriche sont présentes dans le championnat sur route. 22 pays sont représentés. Le leader de la sélection polonaise, Ryszard Szurkowski abandonne sur chute au troisième tour du circuit. Aavo Pikkuus (RRS Estonie) chute et abandonne au 17e tour.
  7. La remarque faite précédemment quant aux sources est réitérée ici : inexistantes sur Internet, les sources sont fragmentaires dans les annuaires Velo de Jacobs. Quant aux diverses revues cyclistes, c'est le néant.
  8. Sous réserve d'une source soviétique fiable, car les annuaires Velo édités par le Het Nieuwsblad, plus informatifs que d'autres sources, sont quand même lacunaires sur les résultats du cyclisme soviétique. Entre 1970 et 1990 de nombreuses années cyclistes ne sont pas renseignées
  9. Annuaire velo 77, René Jacobs, et alii, résultats en URSS, p. 211-212
  10. Annuaire velo 82, Jacobs, Desmet, Mahau, p.168/169
  11. Annuaire velo 83, p. 164
  12. annuaire velo 85, p.180.
  13. Annuaire velo 88, p. 213
  14. Annuaire velo 89, p. 243
  15. Les années non renseignées ne veulent pas "dire" "absence de championnat", mais "manque de sources", comme pour les autres épreuves

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens[modifier | modifier le code]