Viktor Kapitonov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Viktor Kapitonov
Viktor Kapitonov 1960.jpg
Viktor Kapitonov aux Jeux olympiques d'été de 1960.
Informations
Nom dans la langue maternelle
Виктор Арсеньевич КапитоновVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Viktor Arsenievitch KapitonovVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom court
Виктор КапитоновVoir et modifier les données sur Wikidata
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
MoscouVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Distinctions
Principales victoires

Viktor Arsenievitch Kapitonov (en russe : Виктор Арсеньевич Капитонов ; né le 25 octobre 1933 à Kalinine - mort le 2 mars 2005 à Moscou) était un coureur cycliste soviétique russe, dont la carrière, uniquement chez les amateurs, culmina avec le titre olympique sur route remporté aux Jeux de Rome en 1960.

Biographie[modifier | modifier le code]

Solide coureur soviétique[1], Viktor Kapitonov participe à sept éditions de la Course de la Paix, terminant deuxième en 1961. Il remporte surtout la médaille d'or sur route aux Jeux olympiques d'été de 1960 dans les rues de Rome.

C'est le premier titre olympique acquis par un représentant de l'URSS en cyclisme. Le fait que Viktor Kapitonov soit, à ce moment-là, officier dans l'Armée rouge accoit l'audience de cette victoire au-delà des milieux cyclistes. Elle vient symboliquement en appui de la politique de coexistence pacifique entre l'Est et l'Ouest prônée par le chef de l'Union soviétique, Nikita Khrouchtchev[2]. Pour rester dans le domaine sportif cette victoire est considérée par certains comme "une date de l'histoire cycliste"[3]. Le vainqueur qui n'est que l'un des " 844 000 licenciés " de l'URSS, " Victor Kapitanov, en s'engouffrant dans la brèche ouverte par Schur en 1958 à Reims[4], a signifié que c'est de l'Est qu'arrivait la nouvelle vague du cyclisme mondial". Tout au moins se pose dès 1960 la question de l'unification des cyclismes. On sait qu'il faudra 30 ans pour la résoudre.

Course de la Paix 1961, Viktor Kapitonov, à gauche, Gustav Schur, à droite, deux champions de l'Est européen

Viktor Kapitonov participe également à la conquête de la médaille de bronze olympique par équipe sur route, toujours à Rome. Sa carrière de coureur achevée, il est nommé, avec Anatoli Tchérepovitch, lui aussi ancien coureur, entraîneur de l'équipe nationale soviétique de 1969 à 1988. Le décès de son ami Tchérepovitch dans un accident d'automobile, le laisse seul à la barre. Au printemps 1971 il déclare lors d'un entretien[5] qu'il poursuit ce qu'ils ont entrepris, tous les deux: " un travail de prospection afin de renouveler les effectifs". Ses méthodes et tactiques sont alors parfois contestées mais le titre olympique gagné en 1960, joint à une réussite certaine lui valent durablement un prestige peu contestable. Le palmarès de l'entraîneur puis directeur des équipes de l'Union soviétique, certes avec des champions hors pair, est sans pareil.

Le passage au cyclisme professionnel de plusieurs coureurs soviétiques, se fait alors que Viktor Kapitonov a quitté l'encadrement de l'équipe soviétique. En 1992, il participe à la mise sur pieds d'une équipe professionnelle composée uniquement de jeunes coureurs russes. L'équipe s'appelle Russ. Il en est le directeur technique en chef, assisté par Igor Naumov. L'expérience se prolonge en 1993.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Le nom de Kapitonov est associé à Course de la Paix, qu'il n'a pourtant jamais gagnée, individuellement. Au niveau du challenge collectif son nom, en tant que coureur ou entraîneur est associé à 17 succès de l'équipe d'URSS

Palmarès année par année[modifier | modifier le code]

Ici à gauche de la photo, assis, Viktor Kapitonov avait acquis par sa victoire olympique de 1960 une réputation dans le monde cycliste, que le directeur sportif qu'il devient après 1970 ne fit qu'accroître. Jaugée en termes de médailles olympiques, ce sont 4 des 6 titres olympiques, en cyclisme sur route (hommes) disputés entre 1972 et 1980, qui reviennent à l'URSS.

Places d'honneur[modifier | modifier le code]

Bilan de l'entaîneur chef des équipes soviétiques (1969-1985)[modifier | modifier le code]

(principales victoires et médailles)

Notes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Les renseignements fournis par la fiche des Jeux olympiques (www.sports-reference.com) de Viktor Kapitonov donnent 1,74 m pour 73 kg
  2. Le "Mur" de Berlin, n'est pas construit en 1960.
  3. Miroir du cyclisme, bimestriel N° 6, novembre 1960, article signé par Émile Besson: "Du nouveau chez les amateurs. Bernhard Eckstein, Victor Kapitanov (sic ) ont affirmé la supériorité des coureurs de l'Est". La citation suivante provient de cet article.
  4. Gustav-Adolf Schur, citoyen de la RDA, dite Allemagne de l'Est devient Champion du Monde sur route (amateurs) en 1958. Il réédite cette victoire l'année suivante, et par une course tactique, favorise la victoire de son compatriote Bernhard Eckstein en 1960.
  5. Miroir du cyclisme, N° 141-mai 1971, article d'Émile Besson, sur "la Course de la Paix. Le journaliste constate en sous-titre: "Kapitanov avec une équipe rajeunie".
  6. Site russe,"sport panorama/vélosport", notice "Viktor Kapitonov
  7. Robert Descamps, Miroir du cyclisme-Encyclopédie, notice "Kapitonov", N°207-septembre 1975
  8. Il remporte le classement du Meilleur grimpeur et est maillot jaune une journée.
  9. Il remporte le classement du Meilleur grimpeur, le classement par équipes avec l'équipe d'URSS et est maillot jaune une journée.
  10. Il remporte le classement par équipes avec l'équipe d'URSS.
  11. Paul Beving, le cyclisme, 1959, p.146. Le vainqueur de cette épreuve de 3 jours était l'italien Romeo Venturelli.
  12. Il remporte le classement par équipes avec l'équipe d'URSS.
  13. Il remporte le classement par équipes avec l'équipe d'URSS.
  14. Viktor Kapitonov terminait 2e de l'étape pyrénéenne Capvern-les-Bains - Luchon.

Liens externes[modifier | modifier le code]