Château de Comborn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Comborn
image illustrative de l’article Château de Comborn
L'entrée du château en 2016.
Type Château
Début construction XIe siècle
Fin construction XVIIIe siècle
Propriétaire initial Famille de Comborn
Destination initiale château fort
Propriétaire actuel Famille Bernard
Destination actuelle Propriété privée
Protection  Inscrit MH (1985)
Coordonnées 45° 19′ 23″ nord, 1° 28′ 26″ est
Pays Drapeau de la France France
Région administrative Nouvelle-Aquitaine
Département Corrèze
Commune Orgnac-sur-Vézère

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Comborn

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

(Voir situation sur carte : Corrèze)
Château de Comborn

Le château de Comborn est un château français implanté sur la commune d'Orgnac-sur-Vézère dans le département de la Corrèze, en région Nouvelle-Aquitaine. Ses parties les plus anciennes remontent au XIe siècle.

Il fait l'objet d'une protection au titre des monuments historiques.

Généralités[modifier | modifier le code]

Établi sur une hauteur, le château de Comborn se situe dans l'ouest du département de la Corrèze, sur la commune d'Orgnac-sur-Vézère, dans un méandre de la Vézère, qu'il domine d'environ 70 mètres.

Le château, véritable forteresse médiévale dont il ne reste que des vestiges, date des XIe, XIVe et XVe siècles[1]. Le logis subsistant date du XVIIIe siècle[1] (1753).

Il est inscrit au titre des monuments historiques le pour l'ensemble des vestiges médiévaux, ainsi que pour les façades et toitures du logis du XVIIIe siècle[1].

C'est une propriété privée.

Histoire et architecture[modifier | modifier le code]

Les vestiges de la forteresse médiévale.

Établi dans un cingle de la Vézère, le site de Comborn est occupé depuis l'Antiquité comme cela a été révélé par des fouilles en 2002[2].

Le château de Comborn[3], est un ancien oppidum au IXe siècle, berceau de la vicomté de Comborn — l'une des quatre vicomtés du Bas-Limousin — au Xe siècle, et des vicomtes de Limoges aux XIIe et XIIIe siècles.

Avant l'an mil, le château en bois, dont quelques vestiges ont été retrouvés, va subir le cheminement architectural classique des forteresses féodales du Limousin[2].

Au XIe siècle s'effectue la première construction en pierre de la tour maîtresse à quatre niveaux — dont seul le premier subsiste — ainsi que trois salles souterraines dès le XIIe siècle. Le château est détruit aux XIIIe et XIVe siècles, pendant la guerre de Cent Ans. À partir de 1436, Jean Ier, vicomte de Comborn et seigneur de Treignac, fait reconstruire un logis important, ainsi qu'une chapelle consacrée en 1455 à sainte Madeleine. Leurs vestiges sont encore très présents.

Au début du XVIe siècle, la seigneurie passe par héritage aux Pompadour, puis aux seigneurs de Pierre Buffière et dès 1649, au marquis du Saillant.

Au milieu du XVIIe siècle, un incendie détruit le château. Un logis est reconstruit en 1753 par le marquis du Saillant, alors propriétaire.

Dans un style XVIIIe rustique limousin, cette demeure possède toutes les caractéristiques d'un château noble avec ses grands et ses petits appartements, son fournil et son pigeonnier, comme le prouvent les différents inventaires retrouvés.

Depuis, hormis quelques saccages au XIXe siècle, il n'y a pas eu de nouvelle construction. Une restauration est en cours[Quand ?].

Le château et le site de Comborn, relativement méconnus, possèdent une histoire riche. Les personnages qui y ont vécu, l'ancienneté de l'occupation et l'importance de la vicomté de Comborn montrent qu'il s'agit d'un des sites majeurs de l'histoire du Limousin.

Personnalités liées au château[modifier | modifier le code]

Portrait de Mirabeau, par Joseph Boze.

Le château de Comborn a reçu des hôtes illustres.

Honoré-Gabriel Riqueti, comte de Mirabeau (1749-1791), célèbre orateur pendant la Révolution réside à Comborn quand il rend visite à sa sœur, marquise du Saillant, alors propriétaire du château.

Jean-Baptiste Sirey (1762-1845), célèbre jurisconsulte français dont le nom reste attaché au recueil des lois et arrêts. En 1800, Joséphine de Lasteyrie du Saillant, nièce de Mirabeau, l'épouse et lui apporte Comborn en dot. La famille Sirey garde le château jusqu'en l'an 2000.

Philippe-Auguste Jeanron (1809-1877), peintre, graveur et essayiste, est mort au château de Comborn. La famille Jeanron est inhumée à Orgnac.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Château de Comborn », notice no PA00099824, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 2 septembre 2016.
  2. a et b Campagne de fouilles juillet-août 2002 Pays d’art et d'histoire Vézère-Ardoise.
  3. La Corrèze : Le château forteresse de Comborn sur lacorreze.com, consulté le 3 septembre 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]