Cathédrale de Bâle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cathédrale Notre-Dame de Bâle
Image illustrative de l'article Cathédrale de Bâle
Présentation
Nom local Basler Münster
Culte Protestant
Début de la construction VIIe siècle (?)
Fin des travaux 1500
Style dominant Roman et gothique
Protection IXe siècle
Géographie
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Région Canton de Bâle-Ville
Ville Bâle
Coordonnées 47° 33′ 23″ Nord 7° 35′ 33″ Est / 47.556389, 7.5925

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Cathédrale Notre-Dame de Bâle

La cathédrale protestante Notre-Dame de Bâle (en allemand Basler Münster) est un bâtiment médiéval reconnu comme l'emblème de la ville suisse. Elle est construite principalement en bloc de grès rose. Les blocs en grès clair correspondent à des phases antérieures de la construction.

Situation géographique de la cathédrale[modifier | modifier le code]

La cathédrale gothique de Bâle se trouve à l'emplacement de l'ancien oppidum des Rauraques sur la colline du Münsterhügel qui surplombe le Rhin. L'édifice est construit sur une terrasse artificielle appelé "Pfalz" soutenue par un mur monumental. Des sondages archéologiques ont révélés que cet endroit est occupé depuis l'âge du Bronze tardif.

Chronologie de l'édifice[modifier | modifier le code]

L'origine exacte de la cathédrale demeure inconnu. Néanmoins, les fouilles archéologiques de la nef viennent donner quelques renseignement quant à la chronologie de l'édifice.

805-823 Cathédrale carolingienne. La cathédrale fait l'objet de modification par l'évêque Hatio.

917 Elle est pillée et saccagée par les Hongrois.

1019 Cathédrale ottonienne. Soutenu par l'empereur Henri II, Adalbéron II alors évêque du diocèse de Bâle, transforme l'édifice en agrandissant la crypte, en construisant des tours de part et d'autre du chœur, et en dotant peut-être ce dernier d'un déambulatoire. Les parties claires de la tour Saint-Georges (celle de gauche flanquant le portail occidental). Consécration d'un nouvel autel.

1185-1230 Cathédrale romane. L'évêque Henri de Hochbourg puis l'évêque Lutold d'Aarbourg adaptent l'architecture aux nouveaux gouts romans en se basant sur le plan de la cathédrale romane. L'élévation interne de la nef et du chœur date de cette période.

1202 Consécration d'un autel marial dans la crypte.

1270/85 Réalisation du portail occidental dans un style gothique rayonnant.

1347 Henri II devient le second patron de la cathédrale, après la Vierge Marie, au moment du transfert de ses reliques et de sa femme Cunégonde depuis la cathédrale de Bamberg vers celle de Bâle.

18 octobre 1356 Un violent séisme ravage la ville. La cathédrale aurait été fortement endommagée. Le portail occidental n'a pas résisté aux secousses contrairement au portail Saint-Gall ouvrant sur le transept méridional, de même que les parties supérieures de la nef et du chœur. Commence alors une longue phase de reconstruction

1356-1500 Cathédrale gothique. L'évêque Jean Senn de Münsingen (1335-1365) fait appel au maître d’œuvre Johannes von Gmünd. Son fils, Michel de Fribourg, reprend les travaux en 1359. Il abandonne le projet de reconstruire les tours qui flanquaient le chœur effondrées lors de l'incident de 1356. La cathédrale lui doit la construction des voûtes dans le déambulatoire.

1363 Consécration d'un nouveau maître autel.

1381 Érection d'un jubé, déplacé au milieu du XIXe siècle dans la partie occidentale de la nef.

1400/20 Reconstruction ou réparation des voûtes de la nef.

1414-1429 Achèvement de la tour Saint-Georges.

1440 Couronnement de l'antipape Félix V sur la place de la cathédrale.

1488-1500 Achèvement de la tour Saint-Martin.

9 février 1529. La réforme s'impose à Bâle. Les parties extérieurs de la cathédrale font l'objet d'actes iconoclastes comparables à ceux de la cathédrale la même année.

1751-1771 Restaurations effectuées par l'ingénieur bâlois Johann Jakob Fechter[1].

L'apport des fouilles archéologiques dans la compréhension de l'édifice[modifier | modifier le code]

La série de sondages archéologiques réalisés dans la cathédrale Notre-Dame s'étalant de 1966 à 1975 ont permis de mieux comprendre la chronologie de l'édifice. Ces opérations ont eu lieu dans une logique préventive afin d'enregistrer des données archéologiques à un moment où le diocèse installa un chauffage sous les dalles de la nef. En 1966, Andreas Theodor Beck, alors architecte en chef de l'édifice, réalisa les premières fouilles dans la crypte et dans la zone de la croisée du transept. Lors des rénovations de l'édifice de 1973 à 1975, le même architecte poursuivit son entreprise archéologique en creusant de multiples sondages au niveau de la nef et du chœur[2].

L'analyse stratigraphique de Hans Rudolf Sennhauser, spécialiste de l'architecture religieuse pré-romane, a mis en relief l'ancienneté du bâtiment reculant la date de fondation du bâtiment qui était alors établie à 1019. Il s'avère que la cathédrale recouvre un grand édifice en pierre construit à la fin de la période romaine qui lui-même occupait l'emplacement d'un édifice en bois antérieur datant du Ier siècle apr. J.-C. Une cathédrale pré-romane précède l'édifice actuel. Elle se trouvait en retrait par rapport au portail occidental de celui-ci. La nef était dotée d'un vaisseau unique. L'entrée était flanquée par deux tours circulaires, rappelant la configuration de l'église Saint-Pantaléon de Cologne, un des rares exemple de bâtiment carolingien encore en élévation de nos jours. La séparation entre les profanes - dans la nef - et les clercs - dans le chœur - était très nette; elle se matérialisait par un chancel dont deux soubassements subsistent toujours. L'arrière du chœur donnait accès à une crypte aujourd'hui disparue mais dont un pan de mur subsiste; c'est à ce jour le plus vieux vestige de la cathédrale. Cette configuration architecturale est bien antérieure aux grands travaux de la période ottonienne mené sous le règne de l'empereur Henri II. Il n'est pas encore possible de donner une date exacte quant à la pose de la première pierre de la cathédrale[3].

Ces recherches archéologiques confirment certaines données littéraires. Une copie d'un manuscrit carolingien conservé à l'abbaye de Reichenau nous informe que l'évêque Haito de Basala (ancien nom de Bâle) contemporain du règne de Louis le Pieux, fit reconstruire l'ancienne cathédrale naguère dans un état vétuste. Ces rénovations eurent lieu probablement dans les années 820 avant que Haito soit nommé abbé de la Reichenau en 823. L'auteur de ce manuscrit, composé de deux poèmes, demeurent inconnus. Christian Wilsdorf émet l'hypothèse d'un certain Walahfrid Strabon, alors le plus grand poète de l'île de la Reichenau[4].

Bâtiment[modifier | modifier le code]

La vieille cathédrale commencée en style roman fut partiellement détruite pendant le tremblement de terre de Bâle de 1356. Plus tard, elle fut achevée selon le style gothique. Les architectes principaux qui contribuèrent à sa réalisation sont Johnannes Gmünd, Ulrich von Ensingen (qui travailla aux projets des tours des cathédrales d'Ulm et de Strasbourg) ainsi que Hans von Nussdorf, Ruman Rémy Faesch et Paul Faesch.

Un élément de grande valeur pour l'église est sans doute la porte de Saint-Gall, située au nord, une des œuvres de sculpture romane les plus importantes en Suisse. De plus, la cathédrale se distingue pour les motifs géométriques donnés par la disposition des tuiles multicolores et pour l'asymétrie créée par les deux flèches différentes qui couronnent le bâtiment (avec ses 67 m, la tour du nord est légèrement plus haute que celle du sud).

La façade présente les sculptures de Saint Georges terrassant le dragon d'une part, et Saint Martin sur son cheval de l'autre. La statue de La Vierge Marie, auquel l'édifice était au départ dédié, se dresse sur le fronton principal et domine ainsi l'ensemble. Les vitraux du chœur qui existaient à l'origine sont actuellement conservés au musée Kleines Klingental. Ils ont été remplacés au XIXe siècle par des œuvres de Franz Xavier Eggert pour la partie haute et de Johann Caspar Gsell pour le déambulatoire. Le chœur possède quatre colonnes romanes dont les chapiteaux historiés évoquent des thèmes de l'histoire biblique, mais également ceux des mythologies grecque et germanique.

Des bas-reliefs de style roman, comme le bas-relief au maitre d'œuvre, ou celui de Saint Vincent, offrent de remarquables exemples de sculpture sur des sujets assez rares. En effet, pour le premier, il s'agit de la représentation d'un maître d'œuvre et d'un maître de chantier vers 1200, sujet profane très rare dans une église, tandis que la représentation du bas-relief de la vie de Saint Vincent est l'une des premières connues de ce saint.

La chaire de style gothique flamboyant est placée autour de l'un des piliers principaux de la nef. Datant de 1486, elle est richement et finement sculptée de motifs et d'entrelacs. La crypte comporte des fresques dédiées au culte marial illustrant l'Annonciation, la Nativité, la visite des Rois Mages et la Fuite en Égypte. Le sarcophage d'un évêque de Bâle, probablement Rodolphe II, est conservé à l'intérieur de cette crypte. Il s'agit du plus ancien sarcophage de la cathédrale.

La cathédrale dans l'histoire[modifier | modifier le code]

L'église fut aussi le centre du concile de Bâle. À cette occasion, sur la place de la cathédrale, le duc de Savoie Amédée VIII fut élu comme antipape sous le nom de Félix V (24 juillet 1440). Même si à l'origine elle était siège épiscopal, la cathédrale de Bâle est aujourd'hui une église protestante connue pour la tombe d'Érasme.

Trésor de la cathédrale Notre-Dame[modifier | modifier le code]

Une partie du trésor de la cathédrale fut vendue au XIXe siècle (1833). Quelques pièces, telles la célèbre rose d'or ou le devant en or sur bois de chêne de l'autel majeur[5], se trouvent au musée de Cluny à Paris. L'autre partie est conservée de nos jours à Bâle au Musée d'art et d'histoire : citons entre autres l'extraordinaire buste reliquaire en or de Sainte Ursule.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dorothea Schwinn Schürmann, La cathédrale de Bâle, Berne, Guides d'art et d'histoire de la Suisse, (ISBN 978-3-03797-086-7)
  2. Dorothea Schwinn Schürmann, La cathédrale de Bâle, Berne, Guides d'art et d'histoire de la Suisse, , page 54
  3. Christian Wilsdorf, Bulletin monumental. tome 133, n°2, , Pages 183-184 p.
  4. « L'évêque Haito reconstructeur de la cathédrale de Bâle », sur persée.fr
  5. musee-moyenage