Carlos Ibáñez del Campo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ibáñez.

Carlos Ibáñez del Campo
Illustration.
Fonctions
Président de la République du Chili

(6 ans)
Prédécesseur Gabriel González Videla
Successeur Jorge Alessandri Rodríguez

(4 ans, 2 mois et 16 jours)
Prédécesseur Emiliano Figueroa
Successeur Pedro Opazo
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Linares (Chili)
Date de décès (à 82 ans)
Lieu de décès Santiago (Chili)
Nationalité Chilienne
Parti politique Indépendant
Conjoint Rosa Quiroz de Ávila
Graciela Letelier Velasco († 1969)
Profession Militaire

Signature de Carlos Ibáñez del Campo

Carlos Ibáñez del Campo
Présidents de la République du Chili

Carlos Ibáñez del Campo, né le à Linares, dans la région du Maule et mort le à Santiago, est un officier et homme d'État chilien, président de la République de 1927 à 1931 et, démocratiquement réélu, de 1952 à 1958.

Les coups d'État de 1924 et 1925[modifier | modifier le code]

Militaire de carrière, il entre en 1896 à l’École militaire. Commandant de l’École des carabiniers puis directeur de l’École de cavalerie, il s'associe aux coup d’États de 1924 et de 1925.

Il devient ministre de la Guerre en 1925, puis ministre de l'Intérieur et vice-président en 1927.

Premier mandat présidentiel[modifier | modifier le code]

Devenu président de la République en avril 1927, il s'empare du pouvoir absolu, mettant fin à la contestation parlementaire et à l’opposition politique. Les opposants et les suspects sont arbitrairement emprisonnés ou expulsés du pays, tandis que la presse est placée sous l'autorité du régime[1].

Son régime s'appuie sur l'armée, qui devient une source de dépense significative ; les autorités militaires sont associées à l'administration gouvernementale. Celle-ci réprime toutes les tentatives insurrectionnelles[1].

L'augmentation des prix du cuivre et ses bons rapport avec le capitalisme américain (les banques américaines lui accordent 300 millions de dollars de prêt), lui permettent de financer de nombreux chantiers publics. Le régime est incontestablement favorable aux groupes d'affaires étrangers, mais le capital chilien conserve le contrôle du haut commerce[1]. Il maintient cependant pour l'essentiel les réformes accomplies sous la présidence d'Arturo Alessandri Palma.

La crise économique de 1929 entraine la chute du régime. Les crédits cessent d'affluer des États-Unis et des coupes sévères sont opérées dans le budget de l’État. Peu à peu, la contestation grandit, notamment à l'initiative des mouvements étudiants. Une grève générale oblige le dictateur à se retirer en 1931[1].

Après la présidence[modifier | modifier le code]

Retour à la présidence[modifier | modifier le code]

Retraite[modifier | modifier le code]

Carlos Ibáñez del Campo en 1928

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Leslie Manigat, L'Amérique latine au XXe siècle : 1889-1929, Éditions du Seuil, , p. 356-358

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :