José Joaquín Prieto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la politique image illustrant le Chili
Cet article est une ébauche concernant la politique et le Chili.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

José Joaquín Prieto
Image illustrative de l'article José Joaquín Prieto
Fonctions
Président de la République du Chili

(10 ans)
Prédécesseur Fernando Errázuriz (provisoire)
Successeur Manuel Bulnes
Biographie
Nom de naissance José Joaquín Prieto Vial
Date de naissance
Lieu de naissance Concepción
Date de décès (à 68 ans)
Lieu de décès Santiago
Nationalité Chilien
Parti politique Conservateur
Conjoint Manuela Warnes

José Joaquín Prieto
Présidents de la République du Chili

José Joaquín Prieto Vial né a Concepción (20 août, 1786- 22 novembre, 1854) était un militaire chilien et une figure politique. Il a été deux fois président du Chili entre 1831 et 1841. José Joaquín Prieto était d'origine espagnole et basque[1].

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Prieto a été l'un des cinq fils d'un officier créole de Concepción. Après avoir terminé l'école, il a rejoint la garnison de cavalerie dans sa ville natale. En 1810, il rejoint la lutte pour l'indépendance chilienne contre la volonté de son père. Il a rencontré Manuela Warnes García de Zúñiga à Buenos Aires et l'a épousée en 1812. Pendant la Guerre d'indépendance du Chili, il a servi en tant que capitaine. Dans le différend entre Bernardo O'Higgins et José Miguel Carrera, il a pris le côté de O'Higgins, qui l'a ensuite fait Intendant général de l'armée du sud.

Après la défaite à la Bataille de Rancagua, Prieto a fui à Mendoza, en Argentine pour construire l'Armée de libération des Andes. Après la victoire des Chiliens dans la Bataille de Chacabuco en 1817, il a été nommé commandant général de Santiago, où il s’est occupé des stratégies de défense et des questions militaires. Puis, il dirigea son attention vers le Pérou, afin de soutenir sa lutte pour l'indépendance.

Ses réalisations militaires - en particulier dans le sud du pays - lui ont valu le respect des milieux conservateurs-centralistes, qui l'ont encouragé à entamer une carrière politique; ce qu’il a fait en 1823; cette même année il a été élu à la Chambre des députés du Chili et nommé en Conseil d'Etat. Dans cette position, il a plaidé pour un gouvernement central fort et influent et a combattu les ambitions d'indépendance fédéralistes des régionalistes. En 1828, il a été élu vice-président du Chili.

Carrière politique et guerre civile de 1829[modifier | modifier le code]

La carrière militaire de Prieto a continué à progresser. En 1828, il a été promu général et commandant de l'armée dans le sud. En 1829 lors des élections présidentielles, ni lui, ni son adversaire libéral fédéraliste Joaquín Vicuña n’ont reçu la majorité absolue. La majorité libérale du Congrès a nommé le président du sénat Francisco Ramón Vicuña, vice-président. Les conservateurs considéraient cette initiative inconstitutionnelle ce qui a enclenché une guerre civile.

En tant que commandant de l'armée du sud, Prieto marcha sur Santiago. Le 14 décembre 1829, lui et ses troupes ont rencontré l'armée libérale dirigée par Francisco de la Lastra et les a vaincus à la bataille de Ochagavía. Puis, en 1830, un accord a finalement été trouvé après la défaite de Ramón Freire à la Bataille du Lircay.

Administration[modifier | modifier le code]

Après la mort du président de transition José Tomás Ovalle, Fernando Errázuriz est devenu président provisoire du 8 mars au 31 mars 1831. Il fut rapidement remplacé par Prieto lui-même le 10 avril . Le 18 septembre 1831, Prieto a finalement été en mesure de reprendre le travail en tant que président élu pour un premier mandat de cinq ans.

Son principal objectif fut de rétablir la loi et l'ordre; il comptait sur son ministre Diego Portales, pour maintenir la stabilité politique nécessaire au pays afin de se remettre de la décennie d'anarchie. Il a également chargé Manuel Bulnes de bannir les bandits commandés par les frères Pablo et José Antonio Pincheira qui avaient fait de la zone avoisinant Concepción une zone dangereuse. Le 25 mai 1833 une nouvelle constitution a été adoptée, qui - avec quelques modifications - restera valable jusqu'en 1925. Il prévoit un long terme de 5 ans du mandat du président, qui pourrait être réélu une seule fois.

Au cours de sa longue présidence de 10 ans, Prieto a élargi le pouvoir gouvernemental et a établi les bases d'une administration publique au Chili. Les premiers établissements d'enseignement comme l'Instituto Nacional ont été fondés en 1837 et les ministères de la justice et de l'éducation nationale ont été créés. La politique étrangère de Prieto a été dominée par la Guerre de la Confédération avec le Pérou entre 1836 et 1839. L'armée chilienne dirigée par Manuel Blanco Encalada avait subi de lourdes pertes, lors du Traité de Paucarpata, Si bien que que Manuel Bulnes prit la direction de l'armée et la conduite à la victoire lors de la bataille de Yungay

Les dernières années[modifier | modifier le code]

En 1841, le héros victorieux Bulnes a été élu comme successeur de Prieto. Après sa démission de la présidence Prieto a servi comme sénateur jusqu'en 1852 et même a pris le commandement de l'infanterie et de la marine de Valparaíso jusqu'en 1846. En 1846, il s’est établi à Santiago du Chili, où il est mort le 22 novembre 1854 à l'âge de 68 ans[2],[3],[4].

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]