Canton de Créteil-Nord

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ancien
canton de Créteil-Nord
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-de-Marne
Arrondissement(s) Arrondissement de Créteil
Chef-lieu Créteil
Code canton 94 10
Histoire de la division
Création 20 janvier 1976
Modification(s) 24 décembre 1984
Disparition 22 mars 2015
Démographie
Population 23 676 hab. (2010)
Subdivisions
Communes 1 fraction

Le canton de Créteil-Nord est une ancienne division administrative française située dans le département du Val-de-Marne et la région Île-de-France.

À la suite du redécoupage cantonal de 2014, le canton est supprimé à l'occasion de la création des cantons de Créteil-1 et Créteil-2.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Les cantons de Créteil-Nord et de Créteil-Sud sont créés par la scission de l'ancien canton de Créteil par le décret du 20 janvier 1976 [1].

Ces deux cantons sont supprimés par le décret du 24 décembre 1984, qui les rescinde en trois cantons, Créteil-Nord, Créteil-Ouest et Créteil-Sud[2].

Un nouveau découpage territorial du Val-de-Marne entré en vigueur à l'occasion des premières élections départementales suivant le décret du 17 février 2014[3]. Les conseillers départementaux sont, à compter de ces élections, élus au scrutin majoritaire binominal mixte. Les électeurs de chaque canton élisent au Conseil départemental, nouvelle appellation du Conseil général, deux membres de sexe différent, qui se présentent en binôme de candidats. Les conseillers départementaux sont élus pour 6 ans au scrutin binominal majoritaire à deux tours, l'accès au second tour nécessitant 12,5 % des inscrits au 1er tour. En outre, la totalité des conseillers départementaux est renouvelée. Ce nouveau mode de scrutin nécessite un redécoupage des cantons dont le nombre est divisé par deux avec arrondi à l'unité impaire supérieure si ce nombre n'est pas entier impair, assorti de conditions de seuils minimaux[4]. Dans le Val-de-Marne le nombre de cantons passe ainsi de 49 à 25[3].

Dans ce cadre, les trois cantons de Créteil créés en 1984 sont supprimés afin de créer les nouveaux cantons de Créteil-1 et Créteil-2[3].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des conseillers généraux successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1976 1982 Serge Lagauche PS Président de la MNEF
Adjoint au Maire de Créteil
1982 1983
(annulation)
M. Valade RPR  
1983 1988 Michel Guillou RPR Physicien
Président de l'Université Paris-Val-de-Marne
puis chargé de mission auprès de Michel Aurillac
1988 1994 André Maurin[5] PS Adjoint au Maire de Créteil
1994 2001 Henri Plagnol UDF Maître de conférences
Député du Val-de-Marne(1997 → 2002 et 2007 → )
Conseiller municipal de Saint-Maur-des-Fossés (1989 → 1995 et 2001 → )
Conseiller municipal de Créteil (1995 → 1999)
2001 2008 Pierre-Louis Fagniez DVD puis UMP Chirurgien et professeur des universités
Député du Val-de-Marne (2002[6] → 2007)
Conseiller municipal de Créteil (1995 → 2001)
Chevalier de la Légion d'honneur[7]
2008 2015 Brigitte Jeanvoine App. PS Adjointe au Maire de Créteil
8e Vice-Présidente du Conseil Général[Quand ?]
Conseillère départementale de Créteil-2 (2015 → )

Composition[modifier | modifier le code]

Période 1976 - 1984[modifier | modifier le code]

Selon la toponymie du décret de 1976, « le canton: de Créteil-Nord comprend la partie de la ville de Créteil située au Nord d'une ligne définie par l'axe des voies ci-après : avenue de Pompadour, route de Choisy, rue des Mèches, rue de Mesly, rue Gabriel-Péri, rue du Général-Leclerc jusqu'à la limite de Bonneuil-sur-Marne[1] ».

Période 1984 - 2015[modifier | modifier le code]

Le canton de Créteil-Nord recouvrait le nord-est de la commune de Créteil, c'est-à-dire, selon la toponymie du décret de 1984, « la portion de territoire de la commune de Créteil délimitée par les !imites territoriales des communes de Maisons-Alfort, Saint-Maur-des-Fossés et Bonneuil-sur-Marne, par l'axe des voies ci-après : rue du Général-Leclerc (à partir de la limite de la commune de Bonneuil-sur-Marne), avenue du Docteur-Paul-Casalis, rue des Clavisis, rue de Brie, rue H.-Martret, rue du Petit-Bois, rue Madeleine-Pingot, rue Juliette-Savar, rue Henri-Matisse (jusqu'à la voie ferrée R.A.T.P. n° 8 place Balard - Créteil-Préfecture), par la voie ferrée R.A.T.P. n°8 place Balard Créteil-Préfecture (jusqu'à la rue Maurice-Deménitroux) et par l'axe des voies ci-après : rue Maurice-Deménitroux, avenue J.-B.-Champeval, rue de Normandie, rue Saint-Simon, rue Gustave-Eiffel, avenue du Maréchal-de-Lattre-de- Tassigny, avenue Laferrière et rue Chéret (jusqu'à la limite de la commune de Maisons-Alfort)[2] ».

Les 2 autres cantons de Créteil étaient le canton de Créteil-Ouest et le canton de Créteil-Sud.

Communes Population
(2012)
Code
postal
Code
Insee
Créteil, commune entière 82 154 94 000 94 028

Démographie[modifier | modifier le code]

1962 1968 1975 1982 1990 1999 2009
- - - - 21 041 21 404 -
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes.
Population municipale à partir de 2006
(Sources : INSEE et cassini)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Décret n°76-77 du 20 janvier 1976 portant modification et création de cantons dans le département du Val-de-Marne », Journal officiel de la République française,‎ , p. 723-724 (lire en ligne [PDF]).
  2. a et b « Décret n°84-1242 du 24 décembre 1984 portant modification et création de cantons dans le département du Val-de-Marne », Journal officiel de la République française,‎ , p. 4144-4155 (lire en ligne [PDF]).
  3. a, b et c Décret no 2014-171 du 17 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Val-de-Marne.
  4. Article 4 de la loi du 17 mai 2013 modifiant l'article L. 191-1 du code électoral.
  5. « Hommage à André Maurin : C’était une figure emblématique de Créteil : André Maurin nous a quittés à l’âge de 64 ans. “Il incarnait le bouillonnement de la vie”, a déclaré Laurent Cathala dans le vibrant hommage qu’il lui a rendu le jeudi 9 janvier, en l’église Saint-Christophe, et dont nous publions ci-dessous quelques extraits. », sur http://www.ville-creteil.fr, (consulté le 15 mai 2015).
  6. « Pierre-Louis Fagniez à l'Assemblée », Le Parisien, édition du Val de Marne,‎ (lire en ligne).
  7. « Légion d'honneur promotions et nominations aux grades d'officier et de chevalier », Le Monde,‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]