Canton de Charenton-le-Pont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Canton de Charenton-le-Pont
Canton de Charenton-le-Pont
Situation du canton de Charenton-le-Pont dans le département de Val-de-Marne.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-de-Marne
Arrondissement(s) Créteil et
Nogent-sur-Marne
Bureau centralisateur Charenton-le-Pont
Conseillers
départementaux
Chantal Durand
Hervé Gicquel
2015-2021
Code canton 94 05
Histoire de la division
Création 20 juillet 1967
Modification(s) 22 mars 2015
Démographie
Population 64 469 hab. (2016)
Densité 11 554 hab./km2
Géographie
Superficie 5,58 km2
Subdivisions
Communes 3 + fraction Nogent-sur-Marne

Le canton de Charenton-le-Pont est un canton français situé dans le département du Val-de-Marne et la région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Département de la Seine[modifier | modifier le code]

Jules-Ferdinand Baulard, ouvrier en miroiterie (1827-1910), est élu en 1886 au Conseil général de la Seine en tant que représentant du canton de Charenton-le-Pont[1]. Il sera élu député radical et laïc en 1889, 1893 et 1898 dans la 2e circonscription de Sceaux (Seine), qui correspond à une grande partie de l’actuel Val-de-Marne. Il ne se représente pas en 1890[2].

  • Période 1871 - 1919 : ancien canton de Charenton.
Liste des conseillers généraux successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1871 1881 Jules-Auguste Béclard Républicain Médecin, Secrétaire perpétuel de l'Académie de Médecine
1881[3] 1886
(décès)[4]
Pierre-Jules Decorse
(1842-1886)
  Médecin, maire de Saint-Maurice (1876-1886)
1887[5] 1889
(démission)
Jules-Ferdinand Baulard Rad. Ouvrier en miroiterie
Député (1889-1902)
Conseiller municipal de Joinville-le-Pont
1890 1893 M. Lafont Rad. Médecin
1893 1900 Gustave Barrier
(1853-1945)
Républicain
Progressiste
Professeur d'anatomie à l'école vétérinaire d'Alfort
Conseiller municipal de Maisons-Alfort
1900 1909
(démission)[6]
Amédée Chenal Rad. Ouvrier menuisier
Député (1909-1914)
1909[7] 1912 Arthur Dussault[8]
(1851-1929)
Rad. Propriétaire
Maire de Charenton (1891-1912)
1912 1919 Barthélémy Mayéras SFIO Journaliste, député (1914-1919)
Liste des conseillers généraux successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1919 1925 Léon Champion[9]
(1861-1955)
Rad. Propriétaire
Maire de Maisons-Alfort (1901-1935)
1925 1929 Lucien Brenot
(1858-?)
SFIO Employé chimiste puis propriétaire
Maire d'Alfortville (1922-1929)
1929 1935 Charles Thévenin PRS Médecin
Maire de Charenton (1912-1915, 1917-1919 et 1925-1944)
1935 1940
maintenu jusqu'en 1944
Charles Delval
(1894-1966)
PCF
puis POPF
puis PPF
Mécanicien aux chemins de fer, Charenton
1945
Décret du 12 mars 1945
1945 Jules Crapier
(1895-1985)
PCF Garde-frein puis contrôleur des trains
Dirigeant de la Fédération CGT des cheminots
  • Période 1945 - 1953 : Charenton fait partie du secteur de Sceaux-Est.
  • Période 1953 - 1959 : Charenton fait partie du 1er secteur de la Seine. Henri Guérin (indépendant), maire de Charenton de 1947 à 1972, fait partie des 11 élus du secteur.
Liste des conseillers généraux successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1959 44e secteur
Charenton-le-Pont-Saint-Maurice
1967 Henri Guérin
(1901-1972)
Union nationale Maire de Charenton-le-Pont (1947-1972)

Département du Val-de-Marne[modifier | modifier le code]

Le canton de Charenton-le-Pont, regroupant les communes de Charenton-le-Pont et de Saint-Maurice est recréé, lors de la mise en place du département du Val-de-Marne par le décret du 20 juillet 1967 [10].

Un nouveau découpage territorial du Val-de-Marne entré en vigueur à l'occasion des premières élections départementales suivant le décret du 17 février 2014[11]. Les conseillers départementaux sont, à compter de ces élections, élus au scrutin majoritaire binominal mixte. Les électeurs de chaque canton élisent au Conseil départemental, nouvelle appellation du Conseil général, deux membres de sexe différent, qui se présentent en binôme de candidats. Les conseillers départementaux sont élus pour 6 ans au scrutin binominal majoritaire à deux tours, l'accès au second tour nécessitant 12,5 % des inscrits au 1er tour. En outre, la totalité des conseillers départementaux est renouvelée. Ce nouveau mode de scrutin nécessite un redécoupage des cantons dont le nombre est divisé par deux avec arrondi à l'unité impaire supérieure si ce nombre n'est pas entier impair, assorti de conditions de seuils minimaux[12]. Dans le Val-de-Marne le nombre de cantons passe ainsi de 49 à 25[11].

Dans ce cadre, le canton de Charenton-le-Pont est conservé et s'agrandit. Il passe de 2 à 3 communes + une fraction et comprend désormais les communes de Charenton-le-Pont, Joinville-le-Pont, Saint-Maurice, ainsi qu'une fraction de Nogent-sur-Marne[11].

Représentation[modifier | modifier le code]

Représentation avant 2015[modifier | modifier le code]

Liste des conseillers généraux successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1967 1972
(décès)
Henri Guérin DVD Médecin
Maire de Charenton-le-Pont (1947-1972)
1973 1998 Louis Manchon[13] RI puis UDF Industriel
Officier de la Légion d'honneur[14]
Maire de Saint-Maurice (1967 → 1989)
1998 2015[15] Jean-Marie Brétillon UDF-DL puis UMP Chef d'entreprise
Maire de Charenton-le-Pont (2001 → )

Représentation à partir de 2015[modifier | modifier le code]

Conseillers départementaux successifs
Période élective Mandat Identité Nuance Qualité
2015 2021 2015 en cours Chantal Durand   LR Cadre retraitée
Maire-adjointe de Joinville-le-Pont
2015 en cours Hervé Gicquel   LR Directeur territorial dans une institution financière publique
1er maire-adjoint (2001 → 2016) puis maire (2016 → ) de Charenton-le-Pont

À l'issue du 1er tour des élections départementales de 2015, deux binômes sont en ballotage : Chantal Durand et Hervé Gicquel (Union de la Droite, 45,36 %) et Jean François Clair et Alison Uddin (Union de la Gauche, 18,51 %). Le taux de participation est de 46,37 % (18 779 votants sur 40 498 inscrits)[16] contre 44,44 % au niveau départemental[17] et 50,17 % au niveau national[18]. Au second tour, Chantal Durand et Hervé Gicquel (Union de la Droite) sont élus avec 64,02 % des suffrages exprimés et un taux de participation de 42,76 % (10 511 voix pour 17 315 votants et 40 498 inscrits)[19].

Composition[modifier | modifier le code]

Période 1967 - 2015[modifier | modifier le code]

Le canton était constitué de deux communes :

Communes Population
(2012)
Code
postal
Code
Insee
Charenton-le-Pont 26 582 94220 94018
Saint-Maurice 12 748 94410 94069

Depuis 2015[modifier | modifier le code]

Liste des communes du canton
Nom Code
Insee
Intercommunalité Population
(dernière pop. légale)
Charenton-le-Pont
(bureau centralisateur)
94018 Métropole du Grand Paris 30 774 (2014)
Nogent-sur-Marne 94052 Métropole du Grand Paris Fraction : 4 482 (2014)
Commune : 31 292 (2014)
Saint-Maurice 94069 Métropole du Grand Paris 14 874 (2014)
Joinville-le-Pont 94042 Métropole du Grand Paris 18 410 (2014)

Le canton de Charenton-le-Pont est désormais constitué de[11] :

  1. trois communes entières,
  2. la partie de la commune de Nogent-sur-Marne située à l’ouest d’une ligne définie par l’axe des voies et limites suivantes : depuis la limite territoriale de la commune de Paris, avenue des Merisiers, à l’angle de l’avenue des Merisiers et de l’avenue de Joinville, ligne perpendiculaire à l’avenue de Joinville, avenue Charles-V, avenue de Neptune, prolongement de l’avenue de Neptune jusqu’à la limite territoriale de la commune de Joinville-le-Pont.

Démographie[modifier | modifier le code]

Composition antérieure à 2015[modifier | modifier le code]

1962 1968 1975 1982 1990 1999 2009
32 87432 77729 68929 92033 02939 330-
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes.
Population municipale à partir de 2006
(Sources : INSEE et Cassini)

Composition de 2015[modifier | modifier le code]

En 2014, la population municipale du nouveau canton était de 68 540 habitants[20].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Voix des communes, hebdomadaire, 05/09/1886
  2. Jean Marie Mayeur, Arlette Schweitz : Les parlementaires de la Seine sous la Troisième République, Volume 1, Publications de la Sorbonne, 2001
  3. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6222557c/f1.item.r=canton.zoom
  4. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6447996f/f2.item.r=canton.zoom
  5. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62725585/f3.item.r=canton.zoom
  6. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6456734m/f1.item.r=canton.zoom
  7. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6456757m/f19.item.r=canton.zoom
  8. http://www.culture.gouv.fr/LH/LH058/PG/FRDAFAN83_OL0877078v001.htm
  9. http://www.culture.gouv.fr/LH/LH117/PG/FRDAFAN84_O19800035v0299189.htm
  10. « Décret n°67-592 du 20 juillet 1967 portant création et délimitation des cantons des nouveaux départements de la région parisienne - Val-de-Marne », Journal officiel de la République française,‎ , p. 7360-7361 (lire en ligne [PDF]).
  11. a b c et d Décret no 2014-171 du 17 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Val-de-Marne.
  12. Article 4 de la loi du 17 mai 2013 modifiant l'article L. 191-1 du code électoral.
  13. Agnès Vives avec Alexandra Vieira, « Saint-Maurice : l’ancien maire Louis Manchon est mort », Le Parisien, édition du Val-de-Marne,‎ (lire en ligne).
  14. Décret du 14 avril 2006 portant promotion et nomination.
  15. « Jean-Marie Brétillon cède son fauteuil au conseil général », Le Parisien, édition du Val-de-Marne,‎ (lire en ligne).
  16. « Résultats du premier tour pour le canton de Charenton-le-Pont », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 27 mars 2015)
  17. « Résultats du premier tour pour le département du Val-de-Marne », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 27 mars 2015)
  18. « Résultats du 1er tour pour la France entière », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 23 mars 2015)
  19. « Résultats du second tour pour le canton de Charenton-le-Pont », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 1er avril 2015)
  20. Populations légales 2012 des cantons - découpage 2015, sur le site de l'Insee

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]