Bonneuil-sur-Marne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bonneuil-sur-Marne
Bonneuil-sur-Marne
Le château du Rancy, inscrit aux monuments historiques.
Blason de Bonneuil-sur-Marne
Blason
Bonneuil-sur-Marne
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-de-Marne
Arrondissement Créteil
Intercommunalité Métropole du Grand Paris
EPT Grand Paris Sud Est Avenir
Maire
Mandat
Denis Öztorun
2021-2026
Code postal 94380
Code commune 94011
Démographie
Gentilé Bonneuillois
Population
municipale
18 045 hab. (2018 en augmentation de 8,43 % par rapport à 2013)
Densité 3 275 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 46′ 27″ nord, 2° 29′ 15″ est
Altitude Min. 32 m
Max. 74 m
Superficie 5,51 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Paris
(banlieue)
Aire d'attraction Paris
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Saint-Maur-des-Fossés-2
Législatives 1re circonscription du Val-de-Marne
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Bonneuil-sur-Marne
Géolocalisation sur la carte : Val-de-Marne
Voir sur la carte topographique du Val-de-Marne
City locator 14.svg
Bonneuil-sur-Marne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bonneuil-sur-Marne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bonneuil-sur-Marne
Liens
Site web http://www.ville-bonneuil.fr

Bonneuil-sur-Marne est une commune française située dans le département du Val-de-Marne en région Île-de-France. Ses habitants s'appellent les Bonneuillois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Localisation de Bonneuil-sur-Marne dans le Val-de-Marne

Bonneuil-sur-Marne est une commune de la banlieue sud-est de Paris, desservie par la RN 19 et située à 15 km de Notre-Dame de Paris.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Marne et l'entrée du Port de Bonneuil.

La commune est limitée au nord par la Marne, affluent de la Seine.

Le très important port de Bonneuil, port fluvial doté de deux darses et exploité par HAROPA (ex-Ports de Paris), est implanté entre la rivière et la ville.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la RN 19.

Elle est desservie par 9 lignes de bus[Quand ?] :

Ces lignes de bus permettent de se rendre aux gares des communes voisines, car le RER A, qui passe à quelques mètres du port de Bonneuil, n'a pas de station à Bonneuil-sur-Marne. Ces gares sont les suivantes :

La ligne de la grande ceinture de Paris, qui est une ligne de chemin de fer réservée au trafic de marchandises, passe également dans la communes où elle dispose d'une connexion avec le Port de Bonneuil.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Bonneuil-sur-Marne est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Paris, une agglomération inter-départementale regroupant 411 communes[4] et 10 785 092 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[7],[8].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La commune possède cinq quartiers, République, Place des Libertés, Saint-Exupéry, Fabien et le Vieux Bonneuil.

Logement[modifier | modifier le code]

Bonneuil-sur-Marne est la commune qui possède le plus fort taux de logements sociaux du département du Val-de-Marne avec 76,90% de logements sociaux[9].

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

En latin Bonoïlum ou Bonogilum.

En chartes ou diplomes: Bonailum (616), Bonoilo villa (841, Reg.Imp.I.,1090), Bonogilo (847, Reg.Imp.I.,573)

Histoire[modifier | modifier le code]

L'église, avant la Première Guerre mondiale.
Devant stationne un tramway pour Paris de la CGPT, lointain ancêtre de la RATP.
L'avenue de la Mairie, dans les années 1900.

Bonneuil faisait partie du domaine des rois francs.

En 616, Clotaire II convoqua à Bonailum une assemblée de ses leudes.

Il ne reste aucune trace du palais mérovingien, mais l'église date du XIIIe siècle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs

Antérieurement à la loi du 10 juillet 1964[10], la commune faisait partie du département de la Seine. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département du Val-de-Marne et à son arrondissement de Créteil, après un transfert administratif effectif au .

Elle faisait partie de 1793 à 1893 du canton de Charenton-le-Pont, année où elle intègre le canton de Saint-Maur-des-Fossés de la Seine. Lors de la mise en place du Val-de-Marne, elle devient en 1967 le chef-lieu du canton de Bonneuil-sur-Marne[11]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Saint-Maur-des-Fossés-2

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la première circonscription du Val-de-Marne.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 2016, Bonneuil-sur-Marne n'était membre d'aucun établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre.

Dans le cadre de la mise en œuvre de la volonté gouvernementale de favoriser le développement du centre de l'agglomération parisienne comme pôle mondial est créée, le , la métropole du Grand Paris (MGP), dont la commune est membre[12].

La loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du prévoit également la création de nouvelles structures administratives regroupant les communes membres de la métropole, constituées d'ensembles de plus de 300 000 habitants, et dotées de nombreuses compétences, les établissements publics territoriaux (EPT).

La commune a donc également été intégrée le à l'établissement public territorial Grand Paris Sud Est Avenir par un décret du [13]. L'EPT succède à trois intercommunalités supprimées à l'occasion de sa création.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Lors du premier tour des élections municipales de 2020 dans le Val-de-Marne, la liste menée par le maire sortant Patrick Douet (PCF) a remporté le scrutin, avec 77,28 % des suffrages exprimés, devançant largement la liste menée par Louise Geoffroy ( 22,72 %), l'abstention s'étant élevé à 70,17 %[14].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Quatre maires se sont succédé depuis la Libération de la France :

Liste des maires depuis la Libération de la France
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1971 Henri Arlès[15],[16],[17]
(1898-1995)
PCF Ouvrier puis artisan souffleur de verre
Maire de 1935 à 1939, suspendu par le gouvernement Daladier à la suite de la signature du Pacte germano-soviétique.
1971 10 janvier 2004[18] Bernard Ywanne[19],[20]
(1924-2019[21])
PCF Instituteur
Conseiller général de Bonneuil-sur-Marne (1979 → 1998)
Chevalier de la Légion d'honneur[22]
Démissionnaire
janvier 2004[18] janvier 2021[23],[24] Patrick Douet[25],[26] PCF Agent de la Poste
Conseiller général de Bonneuil-sur-Marne (2011 → 2015)
Démissionnaire
janvier 2021[27] En cours
(au 24 janvier 2021)
Denis Öztorun PCF Vice Président de Sud Est Avenir

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville n'est jumelée avec aucune autre ville[Quand ?][28].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[29],[Note 3]

En 2018, la commune comptait 18 045 habitants[Note 4], en augmentation de 8,43 % par rapport à 2013 (Val-de-Marne : +3,17 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
172251208204255332292310285
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
315364341331417410511535622
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
6747567701 0481 3642 0842 4892 5823 569
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
7 09012 31716 18014 59313 62615 88916 36116 23717 452
2018 - - - - - - - -
18 045--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[30].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune possède 4 écoles publiques, 1 école privée et 1 école publique, ainsi qu'un collège public.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

La commune possède trois écoles publiques possédant chacune un gymnase.

La commune possède une piscine municipale.

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

  • Grandes enseignes implantées sur la commune.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Bonneuil-sur-Marne

Les armes de Bonneuil-sur-Marne se blasonnent ainsi :

De gueules aux trois ancres d'or, au chef d'azur chargé d'un soleil aussi d'or, à la divise ondée d'argent brochant sur le trait du chef[33].

Sa devise est : Labor Pax Libertas, c'est-à-dire travail, paix, liberté[33]. Cette devise a été imaginée par Henri Arlès, élu maire de la ville en 1935, elle fait référence à un slogan communiste de l'époque, une version un peu différente : "le pain, la paix, la liberté" sera d'ailleurs l'un des slogans plus célèbres du Front populaire l'année suivante.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Unité urbaine 2020 de Paris », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. « taux de logements sociaux par ville du Val-de-Marne », sur 94.Citoyens, (consulté le ).
  10. Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, JORF no 162 du 12 juillet 1964, p. 6204–6209, fac-similé sur Légifrance.
  11. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Décret n° 2015-1212 du 30 septembre 2015 constatant le périmètre, fixant le siège et désignant le comptable public de la métropole du Grand Paris, sur Légifrance
  13. Décret n° 2015-1664 du 11 décembre 2015 relatif à la métropole du Grand Paris et fixant le périmètre de l'établissement public territorial dont le siège est à Créteil sur Légifrance.
  14. Florent Bascoul, « Patrick Douet réélu maire de Bonneuil-sur-Marne », 94.Citoyens.com,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. « Henri Arles (1935-1939 1944-1971) », Les maires qui ont dessiné Bonneuil, Bonneuil en mémoires, (consulté le ).
  16. « Henri Arles », Les maires, Bonneuil en mémoires (consulté le ).
  17. Claude Pennetier, Annie Pennetier, Françoise Strauss, « ARLÈS Henri, Aimé : Né le 4 mai 1898 à Levallois-Perret (Seine, Hauts-de-Seine), mort le 28 août 1995 à Créteil (Val-de-Marne) ; ouvrier puis artisan souffleur de verre ; militant communiste ; maire de Bonneuil-sur-Marne (Seine, Val-de-Marne) de 1935 à 1939 et de 1944 à 1971 », Le Maitron en ligne, (consulté le ).
  18. a et b Vincent Vérier, « Bernard Ywanne a cédé son fauteuil de maire à Patrick Douet : « Ils me chahutent même pour mon dernier jour de maire ». Ému mais un rien boute-en-train, Bernard Ywanne, maire de Bonneuil depuis trente-trois ans, a présidé samedi matin son dernier conseil municipal. Un conseil extraordinaire au cours duquel le communiste Patrick Douet a été élu sans surprise maire de Bonneuil et donc successeur de Bernard Ywanne par 27 voix contre 6 au candidat de l'opposition Alain Sarembaud », Le Parisien, édition du Val-de-Marne,‎ (lire en ligne).
  19. Claude Pennetier, « YWANNE Bernard, Léon : Né le 27 décembre 1924 à Mandres-les-Roses (Seine-et-Oise, Val-de-Marne), mort le 22 février 2019 ; instituteur ; militant communiste ; maire de Bonneuil-sur-Marne (Val-de-Marne) de 1971 à 2004, conseiller général de 1979 à 1998 », Le Maitron en ligne, (consulté le ).
  20. « Bernard Iwane (1971-2004) est né en 1924 à Mandres-les-Roses, où ses parents tenaient un café », Album photo, Bonneuil en mémoires (consulté le ).
  21. « Les habitants de Bonneuil et ses camarades rendent hommage à Bernard Ywanne », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  22. « Légion d'honneur », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  23. Denis Courtine, « Bonneuil-sur-Marne : le maire va céder son écharpe à son premier adjoint : Après plus de 16 ans à la tête de la ville, Patrick Douet (PCF) démissionnera en janvier. Il propose déjà Denis Oztorun (PCF) pour le remplacer », Le Parisien, édition du Val-de-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. Agnès Vives, « Bonneuil-sur-Marne : «Patoche» Douet se prépare à quitter sa mairie : A près de 65 ans, le maire PCF passera ce dimanche les commandes de la ville qu’il dirige depuis 2004 à son premier adjoint, Denis Oztorun », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  25. « Votre maire, Patrick Douet », Vos élus, sur http://www.ville-bonneuil.fr, (consulté le ).
  26. Denis Courtine, « Bonneuil : le maire en route vers un nouveau mandat : Patrick Douet a été élu vendredi soir candidat du PCF pour les municipales dans cette ville sans réelle opposition politique », Le Parisien, édition du Val-de-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Ce sera son dernier mandat. « Je le souhaite », nous confiait-il ce jeudi après-midi, très ému quelques heures après la mort de son copain Jean-Louis Godin. Patrick Douet, maire (PCF) de Bonneuil, est candidat à sa successio ».
  27. Agnès Vives avec M.L., « Bonneuil : Denis Oztorun, un nouveau maire à la République chevillée au cœur : Le premier adjoint (PCF) a succédé ce dimanche à Patrick Douet, qui était aux commandes de la ville depuis 2004 et s’est retiré pour raisons de santé. Portait. », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  28. Mairies de France
  29. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  30. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  31. Église Saint Paul de la Plaine - 94380 BONNEUIL SUR MARNE
  32. Saint Martin de Bonneuil - 94380 BONNEUIL SUR MARNE
  33. a et b Banque du Blason