Camilla Adami

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Adami.
Camilla Adami
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
MilanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Conjoint

Camilla Adami, née Cantoni Mamiani della Rovere, vers 1935 à Milan (Italie) est une peintre italienne, vivant et travaillant en Italie et en France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Camilla Adami est diplômée de l'Académie des beaux-arts de Brera, à Milan. En 1962, elle épouse le peintre Valerio Adami, et ils s'installent à Arona, au bord du Lac Majeur[1]. Cinq ans plus tard, elle le suit en France, interrompt pendant plusieurs années la peinture, et travaille dans la réalisation de décor de théâtre, notamment pour le Festival de Carpentras, puis pour FR3[2].

Elle se remet à la peinture dans les années 1980 et choisit le figuratif et le grand format. Elle utilise tout d'abord la mine de plomb, pour des portraits, le fusain, puis la peinture à l'huile et à l'acrylique[2].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Camilla Adami a exposé notamment à la Villa Tamaris à La Seyne-sur-Mer, en Italie, au Mexique, en Chine, en Espagne, en Norvège, et dans diverses galeries et lieux d'expositions français. Elle a également exposé avec son époux, le peintre Valerio Adami, à la Maison Elsa Triolet et Aragon.

Jacques Derrida, Michel Onfray, Jacques Dupin, Avital Ronell et d'autres écrivains ont écrit sur son œuvre. Michel Onfray a évoqué le chamanisme de cette artiste, Jacques Derrida son entêtement et son caractère non-domesticable[3],[2]. Roxana Azimi, dans le journal Le Monde, a noté, à propos de son exposition de 2004 à La Seyne-sur-Mer : « Camilla Adami, qui a pris ses distances avec la figuration narrative de son mari, Valerio Adami, présente des portraits à fleur de peau en mars à la Villa Tamaris. »[4]. Hejer Charf, en 2012, écrit sur son exposition de corps, Vertige : « Dessinés dans un atelier au cœur d’un Paris branché, ces corps ont une contenance souterraine, en rupture brutale avec une esthétisation soumise aux diktats de l’air du temps. »[5].

Principales expositions personnelles[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Webographie[modifier | modifier le code]