Cal Tjader Quartet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Cal Tjader Quartet

Album de Cal Tjader
Sortie 1956
Enregistré le 24 mai 1956
à Hollywood.
Durée 40:50
Genre Jazz West Coast, Latin jazz, bebop
Producteur A. Ward Brill
Label Fantasy Records
Critique

Albums de Cal Tjader

Cal Tjader Quartet est un album studio de la discographie de Cal Tjader enregistré en une seule séance en mai 1956 avec une formation Quartet. Il est sorti en 1956 et contient 9 titres.

Titres[modifier | modifier le code]

• Face A (19:39)[1]

  1. Battle Hymn Of The Republic (A1) - 3:28 ∫ de Julia Ward Howe et William Steffe
  2. It Never Entered My Mind (A2) - 3:38 ∫ de Lorenz Hart et Richard Rodgers
  3. A Light Groove (A3) - 5:11 ∫ de Gerald Wiggins
  4. The Night We Called It A Day (A4) - 3:06 ∫ de Tom Adair et Matt Dennis
  5. Fancy Bea - 4:16 ∫ de Eugene Wright

• Face B (20:11)

  1. A Fifth For Frank (B1) - 4:05 ∫ de Gerald Wiggins
  2. For All We Know (B2) - 4:43 ∫ de John Frederick Coots et Sam M. Lewis
  3. Miss Wiggins (B3) - 5:57 ∫ de Gerald Wiggins
  4. Our Love Is Here To Stay (B4) - 5:26 ∫ de Ira Gershwin et George Gershwin

Single extrait au format 45T (7")[modifier | modifier le code]

  • 1956 : …

Personnel & Enregistrement[modifier | modifier le code]

Cal Tjader choisit ici de réunir une formation quartet dans laquelle on retrouve deux des membres du Gerald Wiggins Trio de 1956 : Gerald Wiggins au piano et Bill Douglass à la batterie. Quant à la contrebasse, elle est tenue de main de maître par Eugene Wright que l'on retrouve sur plusieurs albums de 1956 à 1959 avant son départ pour le Dave Brubeck's Quartet.

  • Enregistrements studio le 24 mai 1956 à Hollywood[2] (Californie). Masters Fantasy Records.
Historique Formation détaillée Discographie associée
Cal Tjader's Quartet
[ IV ]. 1956 [3]
Albums Studio
1956 : Cal Tjader Quartet
Titres de 1 à 9
1. Battle Hymn Of The Republic
2. It Never Entered My Mind
3. A Light Groove
4. The Night We Called It A Day
5. Fancy Bea
6. A Fifth For Frank
7. For All We Know
8. Miss Wiggins
9. Our Love Is Here To Stay

Production & Son[modifier | modifier le code]

Producteur Ingénieur du son Arrangeur et Direction musicale
A. Ward Brill[4]?
? Gerald Wiggins[4]?

Design de Couverture[modifier | modifier le code]

  • Description : Portrait de Cal Tjader avec en arrière-plan ce que l'on devine être la baie de San Francisco (on devine des piles du pont dans le flouté artistique). Cal Tjader, grosses lunettes serties de noir, est proche d'une balustrade en surplomb de la baie, il tourne son regard sur l'épaule gauche Ces couleurs chaudes évoquent le feu, l'ambiance chaleureuse latine jazz et le jazz West Coast. Typographie de titrage : lettres larges en bdc[5] avec patin. En pied de pochette, figurent sur un alignement centré, tous les titres de l'album en petites majuscules. L'album est sobrement intitulé « Cal Tjader Quartet ». (Voir la pochette[6]).

Informations de Sortie[modifier | modifier le code]

Réédition Format LP et CD[modifier | modifier le code]

Réédition en album LP 33T même série 3000[9] sous le titre original « 'Cal Tjader Quartet' ».

  • Références : Fantasy Records F-3307 (Année ?) [10].

Réédition en album LP 33T Série Stéréo Disque[11] sous le titre original « 'Cal Tjader Quartet' ».

  • Références : Fantasy Records F-8083[10] (1962).

Réédition en CD sous le titre original « 'Cal Tjader Quartet' » dans la série « Original Jazz Classic » :

  • Références : Fantasy Original Jazz Classics OJCCD 950 (1992) et OJCCD 950-2[10] (1997) . Remastering des bandes originales de Kirk Felton aux studios Fantasy de Berkeley (Californie).

Notes de présentation de la réédition sous le label Original Jazz Classics[modifier | modifier le code]

Travailler[12], jouer sur une section rythmique faite de piano, de contrebasse et de batterie, était un format d'expression de choix pour des vibraphonistes en 1956, comme le confirme à cette époque les succès de Milt Jackson dans le Modern Jazz Quartet.

Pour Cal Tjader, cependant, ce fut un changement significatif en matière de formation et de musique, lui qui avait basé sa musique sur des percussions latines puissantes et très présentes, surtout quand on sait que le style Latin jazz a fait de lui, une star du vibraphone[13].

Tjader se saisit de l'occasion pour rendre un hommage appuié et s'acquitter de sa dette vibraphonistique envers Milt Jackson, particulièrement sur le blues "Miss Wiggins," où l'élégante économie de phrasé du pianiste Gerald Wiggins rend l'évocation du style MJQ[14] encore plus manifeste. De plus, notre vibraphoniste Cal Tjader et ses associés établissent une approche rythmique incluant une conception sobre et claire de leur propre chef, conférant ainsi à chacun une note personnelle distinctive sur cette session.

Le jeu et l'écriture tant de Gerald Wiggins que du bassiste Gene Wright contribuent aussi de manière significative à faire de cet album, un récital de jazz dans lequel Tjader nous fait comprendre que ses récents succès de mambo[15] n'ont pas entamé son potentiel de talent de jazzman.

Avec Gerald Wiggins, Gene Wright, Bill Douglass[16].

Observations[modifier | modifier le code]

Cet album explore 4 nouvelles compositions dont 3 de Gerald Wiggins et une du contrebassiste Eugene Wright. On trouvera aussi 4 reprises de standards remodelées par Cal Tjader et une surprise qui assure la « mise en oreille[17] » de cet album.

L'ouverture de cet album se fait donc sur une version jazz west coast d'un chant patriotique « Battle Hymn Of The Republic » composé pendant la guerre de Sécession[18] au XIXe siècle, que l'on peut considérer avec égard et respect pour son auteure poétesse, comme un chant traditionnel américain[19].

  • « It Never Entered My Mind » est un titre extrait du spectacle musical «  Higher and Higher[20] » (1940) écrit par le duo célèbre Richard Rodgers (compositeur) et Lorenz Hart (parolier), et qui fut introduit sur scène par Shirley Ross. Élevé rapidement au rang de standard de jazz, il a été réorchestré à maintes reprises pour figurer au répertoire notamment de Frank Sinatra, Bud Powell, Miles Davis, Ella Fitzgerald, Coleman Hawkins et Ben Webster, Stan Getz, June Christy… et plus près de nous, par le Keith Jarrett Trio sur l'album « Standards » de 1983.
  • « The Night We Called It A Day » écrite en 1941, fut enregistré la première fois par le Tommy Dorsey Orchestra. Son statut de standard de jazz lui a valu être enregistré par plusieurs grands noms du jazz : notamment Frank Sinatra (3 enregistrements différents), Doris Day, Chet Baker, Chris Connor, June Christy et plus récemment par Diana Krall.
  • « For All We Know » écrite en 1934[21], a été interprété pour la première fois par Hal Kemp et deviendra rapidement N°3 des charts US. On ne compte plus la liste talentueuse et innombrable d'interprètes pour ce classique du jazz[22] dont Cal nous livre ici sa version instrumentale jazz.
  • « Our Love Is Here to Stay », titre qui clôture cette session d'enregistrement est un standard de jazz composé par George Gershwin, sur des textes d'Ira Gershwin, pour le film « The Goldwyn Follies[23] » (1938). Il fut enregistré juste après la mort de George Gershwin pour le film par Kenny Baker. "Our Love Is Here to Stay" apparait aussi dans la bande son du film de 1951 de la MGM An American in Paris[24] dont il constitue le thème principal. L'éclairage musical apporté Cal Tjader à ce titre, dépouillé de ses paroles originales, arrive donc après une série d'interprétations à succès.

Avis critiques de cet album[modifier | modifier le code]

Selon Scott Yanow[25] de All Music Guide, le vibraphonist Cal Tjader a pris de brèves vacances avec le jazz afro-cubain[26] pour enregistrer cette excellente sélection de titres dans la droite ligne du style Bebop.

La réédition en format CD de 1997 met en valeur des talents musicaux réunis pour l'occasion : Cal Tjader, accompagné de Gerald Wiggins, pianiste sous-estimé mais toujours swinguant, de Eugene Wright, contrebassiste (2 ans avant qu'il n'ait rejoint le Dave Brubeck's Quartet) et de Bill Douglass, batteur.

Toujours selon lui, ils exécutent quatre originaux basiques (3 de Wiggins[27] et 1 Wright) et cinq standards[28] dont le swingueur « Battle Hymn of the Republic » et « Our Love Is Here to Stay ».

Et Scott Yanow de conclure[29] : «Sur cette session, Cal Tjader affiche délibérèment sa dette, son tribut au style empreinté de Milt Jackson».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Données de temps du disque LP issus du site « Allmusic.com ». La version remasterisée CD du label Original Jazz Classics donnent des durées légèrement différentes, notamment le titre « Fancy Bea » qui était en fin de Face A du LP et qui gagne 29 secondes (0:29).
  2. Sources : www.jazzdisco.org
  3. Cal Tjader's Quartet : Formation alignée le 24 mai 1956 à Hollywood (Californie).
  4. a et b (Auteur à valider et mention à compléter)
  5. bdc : bas-de-casse ou minuscule d'imprimerie, langage d'imprimerie.
  6. Cf. Pochette de 1997 Série avec logo OJC (Original Jazz Classics).
  7. Selon les premières règles d'attribution de numéro de disque en vigueur chez Fantasy Records à cette époque, il faut rajouter un tiret après le 3, soit F 3-227.
  8. Cf. Cal Tjader Quartet sur le site Answers.com.
  9. Voir Fantasy Records. Information générales Série 3000.
  10. a b et c (Pressage épuisé). Réédition avec une indexation des titres identiques.
  11. Information figurant sur les liner-notes au bas « 8000 series denotes Stereo discs ».
  12. Traduction intégrale de la notice de présentation de l'album sur le site de Concord Music Group, actuel détenteur des droits de réédition de l'album.
  13. N.B. : N'oublions cependant pas qu'il fait ses débuts avec le Dave Brubeck Octet et Dave Brubeck Trio, suivi d'un passage éclair dans l'orchestre de George Shearing ; et qu'à ces débuts, il a commencé par jouer de la batterie dans ces formations. Ce style de musique là, n'est donc pas totalement nouveau pour lui, mais plutôt un retour aux sources et un prolongement de son exploration musicale autour du jazz dans la baie de San Francisco : avec une approche de style jazz West Coast
  14. Abréviation de The Modern Jazz Quartet.
  15. Début de carrière en tant que leader de formation de 1954 à 1956, avec un style plus mambo, qui a fait sa marque de fabrique Latin jazz.
  16. Voir la notice originale de présentation de l'album sur le site de Concord Music Group, actuel détenteur des droits de réédition de l'album.
  17. Equivalent musical de la "mise en bouche"…
  18. La guerre de Sécession ou guerre civile américaine (généralement appelée simplement « Civil War » aux États-Unis) est une guerre civile survenue entre 1861 et 1865 impliquant les États-Unis (« l'Union ») et les États confédérés d'Amérique, dirigés par Jefferson Davis, rassemblant onze États esclavagistes du Sud qui avaient fait sécession des États-Unis.
  19. (N.B. : la notion de tradition et le terme traditionnel aux États-Unis étant rattachés à une histoire relativement courte, exception faite des populations amérindiennes).
  20. Cf. Le spectacle musical « Higher and Higher ».
  21. À ne pas confondre avec le titre écrit par The Carpenters en 1970 For All We Know (1970 song).
  22. Cf. La chanson « For All We Know » (1934)
  23. Cf. The Goldwyn Follies.
  24. Cf. Le Film Un américain à Paris.
  25. ~ Traduit. Voir l'article original de Scott Yanow, All Music Guide (en) Cal Tjader Quartet (en).
  26. Également appelé ici Latin jazz ou jazz latin.
  27. N.B. : L'original de la critique attribue par erreur 2 titres à Wiggins et 2 à Wright, ce qui est faux, comme le confirme le détail des titres et des auteurs ci-dessus.
  28. Cette critique considère à tort le titre « Battle Hymn of the Republic » comme un standard alors qu'il s'agit d'un chant patriotique américain, élevé au rang de traditionnel après la guerre de Sécession.
  29. Propos librement traduits.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]