Bill Scanlon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bill Scanlon
Carrière professionnelle
1976 – 1989
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance
Dallas
Décès (à 64 ans)
Park City
Taille 1,85 m (6 1)
Prise de raquette Droitier
Entraîneur Warren Jacques
Gains en tournois 1 427 007 $
Palmarès
En simple
Titres 7
Finales perdues 8
Meilleur classement 9e (09/01/1984)
En double
Titres 3
Finales perdues 5
Meilleur classement 132e (13/07/1987)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple 1/4 1/32 1/4 1/2
Double 1/8 1/16 1/16 1/16
Mixte - 1/16 1/32 1/2

Bill Scanlon, né le à Dallas et mort le à Park City dans l'Utah[1], est un joueur américain de tennis.

Carrière[modifier | modifier le code]

Bill Scanlon a fait ses classes à la Trinity University de San Antonio au Texas[2]. Il est champion NCAA 1976, battant Peter Fleming en finale[1].

Lauréat de sept titres en simple, il a remporté son premier succès à Maui en 1978. Convaincu par un ami de disputer les qualifications, il perd au dernier tour mais est repêché pour le tableau principal en tant que lucky loser[2]. Sa victoire la plus marquante a eu lieu sur la moquette du WCT de Zurich en 1982. Il bat deux top 10 au cours de ce tournoi dont Vitas Gerulaitis en finale.

Sur le circuit principal masculin, il est le seul joueur à avoir réussi un « set d'or », c'est-à-dire gagner un set en marquant 24 points consécutifs. Il l'a réalisé le au tournoi de Delray Beach en Floride. Alors classé 71e mondial, il bat au premier tour le Brésilien Marcos Hocevar, 37e mondial (6-2, 6-0), remportant par ailleurs 36 des 38 derniers points. Le jour du match, il devait utiliser une nouvelle raquette de son équipementier Wilson mais en manque de sensations, il décide finalement de jouer avec ses raquettes en bois[3].

En Grand Chelem, il reste principalement connu pour avoir battu John McEnroe, alors n°1 mondial, en huitièmes de finale de l'US Open 1983 (7-6, 7-6, 4-6, 6-3) à l'issue d'un match assez tendu en raison d'une forte rivalité entre les deux joueurs[4]. Il perd ensuite en demi-finale contre Jimmy Connors (6-2, 6-3, 6-2). Il comptait alors deux victoires sur des n°1 mondiaux ayant battu Björn Borg à Tokyo en 1980 et McEnroe à San Francisco en 1981.

Bill Scanlon a servi au conseil d'administration de l'ATP et à la Southern California Tennis Association. Après sa carrière, il devient conseiller en placements financiers puis crée sa propre société à Los Angeles[1].

Palmarès[modifier | modifier le code]

En simple messieurs[modifier | modifier le code]

En double messieurs[modifier | modifier le code]

Parcours dans les tournois du Grand Chelem[modifier | modifier le code]

En simple[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Internationaux de France Wimbledon US Open Open d'Australie
1976 3e tour (1/16) J. Velasco n.o.
1977 2e tour (1/32) P. Elter 1er tour (1/64) R. Simpson 1er tour (1/64) C. Barazzutti 1/8 de finale J. Alexander
1978 n.o. 1er tour (1/64) B. Gottfried 1er tour (1/64) G. Masters 2e tour (1/32) G. Vilas
1979 n.o. 2e tour (1/32) H. Gildemeister 1/4 de finale J. Connors 1er tour (1/64) T. Šmíd
1980 n.o. 1er tour (1/64) R. Krishnan 2e tour (1/32) P. McNamara 1/4 de finale K. Warwick
1981 n.o. 2e tour (1/32) J. Fitzgerald 1er tour (1/64) B. Teacher
1982 n.o. 1er tour (1/64) S. Simonsson 1er tour (1/64) M. Wilander
1983 n.o. 1/8 de finale J. McEnroe 1/2 finale J. Connors
1984 n.o. 1/8 de finale J. McEnroe 3e tour (1/16) M. Wilander 2e tour (1/32) I. Lendl
1985 n.o. 2e tour (1/32) I. Lendl 1er tour (1/64) D. Visser
1986 n.o. 1er tour (1/64) A. Järryd 1er tour (1/64) E. Teltscher n.o.
1987 2e tour (1/32) P. Doohan 1er tour (1/64) J. Arias 2e tour (1/32) A. Volkov 1er tour (1/64) M. Woodforde n.o.
1988 1er tour (1/64) P. McNamee 1er tour (1/64) J. Frana n.o.
1989 1er tour (1/64) M. Chang n.o.

N.B. : à droite du résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.

En double[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Internationaux de France Wimbledon US Open Open d'Australie
1976 2e tour (1/16)
H. Pfister
D. Stockton
R. Tanner
n.o.
1977 1er tour (1/32)
R. Moore
Ž. Franulović
N. Pilić
1er tour (1/32)
R. Moore
B. Hewitt
F. McMillan
1er tour (1/32)
T. Giammalva
M. Riessen
T. Okker
1/8 de finale
J. Marks
C. Dibley
C. Kachel
1978 n.o. 1er tour (1/32)
G. Hardie
M. Orantes
J. Higueras
1er tour (1/32)
B. Martin
G. Masters
R. Case
1979 n.o. 2e tour (1/16)
N. Saviano
R. Carmichael
B. Teacher
2e tour (1/16)
N. Saviano
C. Dibley
B. Drewett
1980 n.o. 2e tour (1/16)
D. Stockton
Ti. Gullikson
To. Gullikson
1er tour (1/16)
I. Lendl
M. Estep
P. Kronk
1981 n.o. 1er tour (1/32)
S. Menon
I. El Shafei
J. Feaver
2e tour (1/16)
M. Estep
K. Curren
S. Denton
1982 n.o. 1er tour (1/32)
B. Gottfried
M. Edmondson
K. Warwick
1983 n.o. 2e tour (1/16)
S. Denton
R. Harmon
M. Purcell
1984 n.o.
1985 n.o.
1986 n.o. n.o.
1987 2e tour (1/16)
C.-U. Steeb
H. Gildemeister
A. Gómez
1er tour (1/32)
E. Jelen
S. Edberg
A. Järryd
n.o.
1988 2e tour (1/16)
A. Maurer
G. Forget
S. Živojinović
n.o.

N.B. : le nom du ou de la partenaire se trouve sous le résultat ; le nom des ultimes adversaires se trouve à droite.

Publications[modifier | modifier le code]

  • (en) Bill Scanlon, Sonny Long et Cathy Long, Bad News For McEnroe : Blood, Sweat, And Backhands With John, Jimmy, Ilie, Ivan, Bjorn, And Vitas, St Martin's Press, , 240 p. (ISBN 0312332807).
  • (en) Bill Scanlon et Joseph Parent, Zen Tennis : Playing in the Zone, CreateSpace, , 174 p. (ISBN 1512346772).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) James Buddell, « Bill Scanlon, 1983 US Open Semi-finalist & Winner Of A 'Golden Set', Dies Aged 64 », sur atptour.com, .
  2. a et b Roy S. Johnson, « Scanlon Is Keeping Vow to Try Harder », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  3. Victor Le Grand, « Bill Scanlon, le faux père originel du golden set », sur Wearetennis, .
  4. Dave Anderson, « Sports of the Times John McEnroe and his Monster », The New York Times,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]