Michael Chang

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Michael Chang
Image illustrative de l’article Michael Chang
Michael Chang au Masters de Cincinnati en 1994.
Carrière professionnelle
1988 – 2003
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance (47 ans)
Hoboken
Taille 1,73 m (5 8)
Prise de raquette Droitier, revers à deux mains
Gains en tournois 19 145 632 $
Hall of Fame Membre depuis 2008
Palmarès
En simple
Titres 34
Finales perdues 24
Meilleur classement 2e (09/09/1996)
En double
Titres 0
Finales perdues 0
Meilleur classement 199e (19/04/1993)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple F(1) V(1) 1/4 F(1)
Titres par équipe nationale
Coupe Davis 1 (1990)
World Team Cup 1 (1993)

Michael Te-Pei Chang, né le à Hoboken dans le New Jersey, est un joueur de tennis américain.

Professionnel de 1988 à 2003, il a remporté trente-quatre titres sur le circuit ATP, dont un titre majeur, le tournoi de Roland-Garros en 1989, ainsi que sept Masters 1000, dont un doublé Indian Wells-Miami réalisé en 1992. Il a remporté la Coupe Davis en 1990. Il a également atteint cinq autres finales de tournois majeurs, à l'Open d'Australie en 1996, Roland-Garros en 1995, l'US Open en 1996, et le Masters en 1995, ainsi que lors de la Coupe du Grand Chelem en 1991 et 1992.

Droitier au formidable jeu de jambes, Michael Chang accède à une renommée mondiale en remportant les Internationaux de France, en 1989, âgé seulement de dix-sept ans, en ayant écarté le favori et numéro un mondial Ivan Lendl en huitième de finale, au terme d'un match haletant et qualifié d'inoubliable[1],[2],[3].

Membre du top dix mondial durant sept saisons, entre 1989 et 1997, il atteint son meilleur classement ATP le , à la seconde place mondiale.

Avec l'équipe des Etats-Unis, il conquiert la Coupe Davis en 1990 et joue une autre finale en 1997.

Joueur iconique des années 1990, Chang fait son entrée au International Tennis Hall of Fame en 2008[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Michael Chang est le fils de deux immigrants chinois ayant grandi à Taïwan bien que n'étant pas nés dans l'île. Son père, Joe, né à Chaozhou, dans la province du Guangdong (sud de la Chine continentale), vivait à Taiwan depuis l'âge de sept ans, tandis que sa mère, Betty (née Tung), est née à Delhi en Inde, où son père Michael Tung exerçait la fonction d'ambassadeur de Chine. Elle s'installa aux États-Unis en 1959, puis son futur époux arriva en 1966.

Débuts très précoces[modifier | modifier le code]

En 1987, Michael Chang devient le plus jeune joueur à gagner un match lors de l'US Open et le 19 octobre 1987 le plus jeune à entrer dans le top 200 : 15 ans 7 mois et 26 jours.

Le 6 juin 1988, il devient le plus jeune joueur à entrer dans le top 100 : 16 ans 3 mois et 13 jours. En septembre, pour sa deuxième participation à l'US Open, il dispute ses premiers huitièmes de finale en grand chelem, face à son futur grand rival, Andre Agassi numéro 4 mondial, contre lequel il s'incline en trois sets (7-5 6-3 6-2).

En 1989, il fait un extraordinaire parcours lors de Roland-Garros. En huitième de finale, il bat Ivan Lendl, numéro un mondial, lors d'un match épique où il lutte contre des crampes et gagne le match après avoir fait craquer psychologiquement Lendl avec notamment son fameux service surprise à la cuillère dans le 5e set, à 4-3[5]. Il remporte le jeu, et dans le suivant, à 5-3, l’Américain se procure une balle de match. Lendl est au service. Il rate sa première balle. Chang va alors se placer à la limite du demi-carré de service concerné. Le Tchèque conteste : il dira avoir été gêné par les rires du public. Déstabilisé par cette action insolite de Chang, Lendl rate sa deuxième balle, concédant la double faute et le match[6].

Chang remporte ensuite la finale contre Stefan Edberg (6-1, 3-6, 4-6, 6-4, 6-2) devenant alors le plus jeune vainqueur du tournoi parisien, à l'âge de dix-sept ans et trois mois, et le plus jeune vainqueur d'un tournoi du Grand Chelem en simple messieurs, record qu'il détient toujours. Le 7 août 1989, il devient le plus jeune joueur à entrer dans le top 5 : 17 ans 5 mois et 14 jours. À partir de cette année et jusqu'en 1997, Chang va parvenir à jouer au moins un quart de finale par an en grand chelem.

L'année suivante, il fait partie de l'équipe victorieuse de la Coupe Davis : il qualifie tout d'abord les États-Unis pour la finale, en remportant le cinquième match décisif face à l'Autrichien Horst Skoff en réussissant l'exploit de remonter un déficit de deux sets à zéro (3-6, 6-7, 6-4, 6-4, 6-3). Victorieux de la finale face à l'Australie, Chang a apporté le premier point contre Darren Cahill (6-2, 7-6, 6-0). Plus tôt dans l'année, il perd son titre à Roland-Garros au stade des quarts de finale, contre Andre Agassi qui le bat en quatre sets (6-2 6-1 4-6 6-2). Quelques mois plus tard, il remporte son premier Masters 1000 à Toronto, en battant sur sa route Andre Agassi en quart de finale (4-6 7-5 7-5) puis Pete Sampras en demi (3-6 7-5 7-6).

Mais l'après-1989 est globalement difficile pour le jeune Chang. Gagner Roland-Garros si jeune n'est pas si facile à gérer. Il a contre lui son inexpérience, la pression du public et des médias, et son physique totalement atypique. En effet à cette époque, la moyenne taille poids du top 10 de l’ATP est de 1,85 m pour 76 kilos. Michael, avec son petit gabarit trapu semble ne pas être à sa place. Pour pouvoir contrer cet apparent désavantage physique, le clan Chang commence un entraînement intensif pour transformer le jeu de jambes de Michael et lui permettre d'obtenir un jeu davantage fondé sur le contrôle que sur la puissance. Il devient un des modèles du genre.

Gagnant en régularité, en 1991 il rejoint pour la troisième fois consécutive les quarts de finale de Roland-Garros où il s'incline en trois sets face à Boris Becker (6-4 6-4 6-2), après avoir battu l'immense champion Jimmy Connors (4-6 7-5 6-2 4-6 abandon) au troisième tour. Preuve de ses progrès, Chang parvient pour la première fois à battre John Mc Enroe, au troisième tour de l'US Open et en cinq set (6-4 4-6 7-6 2-6 6-3). Enfin, en décembre, lors des demi-finales de la Coupe du grand chelem , il réédite son exploit de Roland-Garros et parvient une nouvelle fois à battre Ivan Lendl après avoir perdu les deux premières manches (victoire 2-6 4-6 6-4 7-6 9-7).

1992 : retour au plus haut niveau[modifier | modifier le code]

Dès 1992, après 2 ans de travail acharné, il redevient crédible sur le court et dit alors : « Je suis un peu plus fort, un peu plus expérimenté, un peu plus âgé et plus intelligent. Je suis enfin sorti de l’adolescence. »

Sur les courts, il est devenu plus agressif : « J’ai énormément fait progresser mon service et ma volée, ce qui me permet d’être plus agressif. Maintenant le jeu est devenu très rapide. On ne peut plus espérer battre un joueur en attendant qu’il fasse la faute de lui-même. Il faut la provoquer. En quelque sorte, maîtriser davantage son propre destin. » Cette année-là, il réussit à remporter, coup sur coup, les Masters 1000 d'Indian Wells et Miami, un doublé très rare dans l'histoire du tennis, en enregistrant au passage des victoires sur des joueurs de premier plan comme Pete Sampras et Jim Courier.

Surtout, lors de l'US Open, il est tout proche d'atteindre une nouvelle finale de Grand Chelem. Après deux matches disputés en cinq sets en huitième de finale (victoire 6-2 2-6 3-6 6-3 6-1 face a MaliVai Washington) puis en quart de finale (victoire sur le fil 7-5 2-6 6-3 6-7 6-1), Chang affronte le no 2 mondial Stefan Edberg en demi-finale. D'un niveau de jeu extraordinaire, il s'agira alors du plus long match de l'histoire de l'US Open qui se conclut sur une victoire de Stefan Edberg, sur le score de 6-7, 7-5, 7-6, 5-7, 6-4 et en 5 h 26. D'un sang-froid à toute épreuve, le suédois doit refaire son retard dans le dernier set, Chang ayant mené 4-2 dans ce set décisif. Un total de 57 victoires pour 23 défaites permet à Chang de finir la saison au 6e rang mondial.

1993 : la confirmation[modifier | modifier le code]

En 1993, Chang confirme les promesses de sa saison 1992 : il réussit à remporter 5 titres sur 7 finales disputées, le plus important étant le Masters de Cincinnati contre Stefan Edberg, no 3 mondial, et en ayant battu au passage Andre Agassi en demi finale (7-5 1-6 7-5). En grand chelem, s'il ne brille qu'à l'US Open, où il atteint les quarts de finale, il est toutefois au bord de l'exploit face au no 2 mondial Pete Sampras, contre qui il mène 7-6 4-2, avant de s'incliner en quatre manches (6-7 7-6 6-1 6-1). Vainqueur quelques jours plus tard du tournoi, Pete Sampras dira : "Le gars le plus dur contre qui j'ai joué, c'est Michael Chang, en quart. J'ai maîtrisé le match, tout simplement, en jouant de la manière la plus basique possible"[1]. Lors de la Masters Cup, en fin d'année, il parvient à battre Jim Courier, no 2 mondial, en phase de poule, mais perd son second match face à Michael Stich, le numéro 3 mondial (4-6 7-6 6-2), et rate de peu la qualification pour les demi-finales en s'inclinant contre Andrei Medvedev (2-6 6-4 6-2). Il termine l'année à la 8e place mondiale avec 66 victoires pour 21 défaites. C'est le début d'une montée en puissance et d'une progression au classement vers la première place mondiale.

1994-1997 : vers la première place mondiale[modifier | modifier le code]

En 1994, Chang remporte 6 titres dont le Masters 1000 de Cincinnati, pour la seconde fois, et atteint pour la première fois les quarts de finale du tournoi de Wimbledon après une victoire sur Sergi Bruguera, le vainqueur de Roland-Garros. En huitième de finale de l'Us Open, il est le seul joueur à pousser Andre Agassi à disputer un cinquième set avant que celui-ci ne gagne le tournoi. Très régulier, il bat au cours de l'année Jim Courier, Boris Becker, Stefan Edberg, Goran Ivanisevic, mais il coince régulièrement face à Sampras. Il termine l'année à la 6e place mondiale avec 66 victoires pour 21 défaites.

En 1995, il atteint pour la première fois les demi-finales de l'Open d'Australie, vaincu par Pete Sampras en quatre sets (6-7 6-3 6-4 6-4), en ayant réussi 20 aces au cours du match, soit 7 de plus que Sampras ! Grâce à ce résultat, il fait alors partie des rares joueurs ayant réussi à jouer les quarts de finale des quatre tournois du Grand Chelem. Il remporte ensuite le tournoi de Hong-Kong et réalise une très bonne saison sur terre battue avec un titre à Atlanta et une victoire sur Agassi, no 1 mondial, en finale, puis un quart de finale au Masters de Rome, perdu 6-2 6-3 face à l'intouchable Thomas Muster. Il accède à nouveau à la finale de Roland-Garros mais perd contre Thomas Muster (7-5, 6-2, 6-4), malgré un bon départ (Chang a mené 4-1 avec deux balles de 5-1, puis il a servi pour le set à 5-3). L'Autrichien, cette année-là, ne perd qu'un seul match sur terre battue. En demi-finale, Chang s'offre une victoire de prestige sur le double tenant du titre Sergi Bruguera (6-4, 7-6, 7-6). Après une défaite au deuxième tour de Wimbledon, Chang réussit un bon été sur ciment en atteignant la finale du masters de Cincinnati, dont il est double tenant du titre,mais doit s'incliner contre le numéro un mondial André Agassi. Il réussit un nouveau quart de finale à l'US Open où il s'incline en 3 sets et 3 heures (7-6 7-6 7-5) contre un Jim Courrier de retour à un haut niveau. L'américain réussit ensuite une excellente fin de saison en remportant deux titres à Pékin et Tokyo, et en jouant un quart de final au Masters de Paris-Bercy. Il termine cette saison 1995 par sa seule et unique finale en Masters Cup perdue face à Boris Becker en trois sets (7-6, 6-0, 7-6 alors qu'il a servi pour le gain du premier set à 5-3),après des victoires sur Pete Sampras, Jim Courier et Thomas Muster. Ses 65 victoires pour 19 défaites, 4 titres et 5 finales le portent à la 5e place mondiale.

En 1996, Chang aborde la saison en pleine confiance, affirmant qu'il ne craint ni Sampras ni Agassi pour éventuellement s'imposer à l'Open d'Australie. Il y atteint d'ailleurs la finale Open d'Australie sans perdre un seul set, s'offrant au passage une victoire sur le tenant du titre Andre Agassi lors des demies-finales. Mais Boris Becker a raison de lui en finale dans un match de près de 3 heures, plutôt accroché (6-2, 6-4, 2-6, 6-2) où Chang réussit autant d'aces que Becker (11). Après une victoire au premier tour de la Coupe Davis face au Mexique, Chang enchaîne deux demi-finales à Memphis et San José, et s'adjuge en mars son second titre à Indian Wells après celui de 1992. Il bat une nouvelle fois Andre Agassi sur son passage, en quart de finale cette fois. Régulier par la suite avec un quart de finale à Miami et à Tokyo, une finale à Hong Kong, et une demi-finale à Atlanta, Chang perd à la surprise générale au troisième tour de Roland Garros contre Stefan Edberg 4-6 7-5 6-0 7-6. Le suédois,retombé au 45eme rang mondial et qui joue sa dernière saison, prend ainsi une éclatante revanche sur Chang et cette finale de Roland Garros perdue en 1989. Après une défaite au premier tour de Wimbledon, Michael Chang est tout proche d'atteindre la première place mondiale, à la faveur d'un été particulièrement performant où il remporte consécutivement les tournois de Washington et Los Angeles et atteint la finale du Masters 1000 de Cincinnati pour la quatrième année de suite. C'est Agassi qui met fin à la série de 14 victoires de suite de Chang sur le circuit au terme d'un match serré (7-6 6-3).Après un quart de finale perdu au tournoi de New Haven, Chang est désigné tête de série numéro 2 à l'Us Open en récompense de ses résultats alors qu'il est numéro 3 mondial. Il fait alors figure de favori avec Sampras et Agassi. Chang confirme sa grande forme en passant plutôt facilement les premiers tours avant un match compliqué contre son compatriote Vince Spadea qui sert pour le gain de la partie en seizième de finale (victoire de Chang 6-4 5-7 2-6 7-5 6-3). Chang progresse rapidement dans le tournoi et prend sa revanche sur Andre Agassi qu'il balaie 6-3 6-2 6-2 en demi-finale, en moins de deux heures. Chang s'incline néanmoins en finale contre le tenant du titre Pete Sampras (6-1, 6-4, 7-6), malgré une balle de set manquée à 6-5 au troisième set sur le service de Sampras. S'il gagnait cette finale, Michael Chang serait devenu numéro un mondial. À l'issue du tournoi, il atteint son meilleur classement, no 2 mondial avec un bilan de 23 victoires pour 3 défaites au cours de cet été fabuleux. Il enchaîne ensuite avec une finale au tournoi de Singapour et une demie-finale au tournoi de Stuttgart. Il perd en phases de poules au Masters mais compile 65 victoires pour 19 défaites. Son bilan est exceptionnel : de juin 1995 à septembre 1996, il aura donc joué 4 finales majeures (Roland-Garros 1995, Masters Cup 1995, Open d'Australie et US Open 1996) sur 8. Seul Wimbledon lui résiste.

En 1997, no 2 mondial pendant la majeure partie de la saison, il atteint les demi-finales de l'Open d'Australie pour la troisième fois consécutive, mais s'incline à la surprise générale contre la révélation du tournoi, le jeune espagnol Carlos Moya, en trois sets (7-5 6-2 6-4). Toujours très régulier, il affiche même, au 27 mars, le meilleur bilan de la saison, avec 28 victoires pour seulement 3 défaites et 4 titres, dont son septième et dernier Masters 1000 à Indian Wells. Sur ces trois premiers mois de la saison, Chang enregistre des victoires sur des joueurs de premier plan comme Thomas Muster, Marcelo Rios, Goran Ivanisevic et Patrick Rafter. Favori pour le titre à Roland-Garros, il perd en huitième de finale après avoir mené un set et un break contre Sergi Bruguera (3-6 6-4 6-3 6-4), de retour à son meilleur niveau après de nombreuses blessures. Si le début de saison sur gazon s'avère prometteur avec une demie-finale au tournoi de Bois-le-duc, Chang perd d'entrée à Wimbledon (7-6 3-6 6-2 3-6 8-6) face à Todd Woodbridge qui atteindra ensuite les demi-finales. De retour sur le ciment américain, Chang passe encore une fois tout près de la première place mondiale grâce à un nouvel été performant. Il remporte d'abord son cinquième titre de la saison à Washington, puis atteint les demi-finales des Masters 1000 de Montréal et Cincinnati et enfin les quarts de finale de Long Island. Très bien préparé pour l'US Open, tête de série numéro 2, il commence ce tournoi par des premiers tours plutôt faciles, avant de remporter deux matchs consécutifs en cinq sets, d'abord contre Cédric Pioline qui sert pour le match en huitième de finale (victoire 6-3 0-6 5-7 7-5 6-1), puis contre Marcelo Rios (7-5 6-2 4-6 4-6 6-3). Deux victoires difficiles qui vont laisser des traces. La quasi totalité du top 10 ayant été battu avant les quarts de finale, et alors qu'il ne reste plus que deux têtes de série en demi-finale (Michael Chang, no 2 et Patrick Rafter, no 13), l'Américain apparaît comme le grandissime favori pour le titre, ayant un bilan victoire/défaite positif face aux 3 autres joueurs encore en course (Patrick Rafter, Greg Rusedski et Jonas Björkman). En cas de victoire finale dans cet US Open, Michael Chang peut devenir numéro un mondial. Pourtant, l'américain perd sèchement sa demi-finale contre un grand Rafter (6-3, 6-3, 6-4). La déception est grande pour Chang et le public américain. Carl Chang, frère et coach de Michael, reste d'ailleurs plusieurs heures seul, le regard dans le vide dans les gradins du stade après le match. Cruel, John McEnroe dira que pour Chang, "c'était l'année où jamais". La suite des évènements lui donnera raison.

Une confiance en berne[modifier | modifier le code]

Fin septembre, Michael Chang permet pourtant aux États-Unis de se qualifier pour la finale de la Coupe Davis en remportant ses deux matches, contre Patrick Rafter (6-4 1-6 6-3 6-4), prenant au passage sa revanche de l'US Open, et Mark Philippoussis. Mais ce sera son dernier fait d'armes de l'année. Semblant toujours très affecté moralement et psychologiquement par cette occasion manquée à l'US Open, Chang perd au premier tour des trois tournois auxquels il participe ensuite (Singapour, Stuttgart et Bercy). Qualifié pour la Masters Cup en tant que no 2 mondial, il remporte de manière convaincante son premier match de poule face à Sergi Bruguera no 8 (7-6 6-2), mais s'incline ensuite lourdement contre le no 6 Yevgeny Kafelnikov (6-3 6-0) et rate les demi-finales en s'inclinant pour la première fois face au nouveau no 4 mondial Jonas Bjorkman (6-4 7-5). Redescendu à la troisième place mondiale, Chang compte alors sur la finale de la Coupe Davis face à la Suède pour bien terminer son année. Chang mène 5-7 6-1 3-1 et balle de 4-2 lors du match d'ouverture contre Bjorkman, avant de s'incliner en quatre manches (7-5 1-6 6-3 6-3). Déçu, à court de confiance, il déclare : "Je n'ai pas été capable de gagner les points importants[7]; "J'ai connu des déceptions au cours de ma carrière, aujourd'hui, sur ce court, c'en est une grande. Il n'est jamais facile de passer par là. Chaque jour devient difficile pour se rétablir, se reprendre, continuer et travailler durement. Quand vous travaillez beaucoup et que vous arrivez encore un peu juste sur le court, échouant encore, ça peut devenir compliqué [8]. Le cauchemar continue puisqu'il perd également son deuxième match, les États-Unis s'inclinant même 5-0 en y ajoutant l'abandon de Pete Sampras, blessé lors du deuxième simple. Depuis sa défaite en demi-finale de l'US Open contre Rafter, Chang n'aura gagné que trois matches sur dix disputés. Il termine l'année à la troisième place mondiale, juste derrière Rafter, en étant alors le seul joueur, avec Pete Sampras, à finir la saison dans le top 10 pour la sixième année consécutive. Il aura au total remporté un peu moins de matches que lors des précédentes saisons (57 victoires pour 21 défaites). Chang avoue qu'avoir été doublé in extremis par Rafter au classement provoque en lui "le désir de s'entraîner encore plus durement pendant l'inter-saison pour faire de 1998 la meilleure saison de ma carrière et atteindre la première place mondiale [9]". Ainsi, Chang ne se repose que quatre jours en tout et pour tout après cette saison harassante et se lance, avec son frère et entraîneur Carl, dans un programme d'entrainement intense : pendant 5 semaines et ce 6 jours par semaine et dès 6 heures du matin, l'américain enchaîne footing, musculation et séances de karaté pour être "plus fort" ce qui s'avèrera être une grave erreur de la part du clan Chang [9].Les blessures vont en effet s'enchaîner en 1998.

1998 : les blessures et la chute au classement[modifier | modifier le code]

Surentrainé, Chang apparaît certes plus musclé mais moins rapide qu'auparavant. Alors no 3 mondial, il doit participer au tournoi exhibition de Kooyong pour lancer sa saison mais se blesse aux abdominaux lors d'une session d'entrainement, ce qui entraîne son forfait. Il perd ensuite au deuxième tour de l'Open d'Australie, toujours handicapé par cette blessure, face au Français Guillaume Raoux. L'Américain déclare alors :" Je pense qu'il n'y a rien de mauvais dans mon jeu ces temps-ci. Il est vrai que, durant les derniers mois, en termes de tennis, j'ai eu beaucoup de difficultés. Dans mon cœur, la motivation et l'envie sont toujours là. Le feu brûle encore, ça n'est pas qu'une étincelle [10]. Il est alors 7e mondial et alterne le bon et le moins bon : demi-finaliste au tournoi de San Jose puis finaliste à Memphis avant deux défaites précoces à Hong Kong et Tokyo, son bilan de 9 victoires pour 4 défaites en 5 tournois est loin de ses standards habituels. En mars, il glisse malencontreusement sur un court lors d'un entraînement avec Andrei Medvedev et se tord partiellement un ligament du genou droit, ce qui le contraint au forfait pour les Masters 1000 d'Indian Wells et Miami; il sort donc du top 10 pour la première fois depuis 1993. Mal remis de sa blessure, il revient à la compétition beaucoup trop tôt , dès le mois d'avril avec des résultats en demie teinte : une finale au tournoi d'Orlando et un quart de finale à Rome avec une victoire sur Pete Sampras mais 3 défaites précoces dans les autres tournois et une sortie au troisième tour de Roland-Garros, blessé. Il souffre alors d'une tendinite récurrente au poignet gauche.11e mondial, il avoue alors "Je suis beaucoup plus déçu par ma condition physique que par autre chose. Peut être suis-je revenu trop vite de ma blessure au genou pour jouer quelques matches[11]". Handicapé par son poignet, Chang perd au deuxième tour de Wimbledon, puis doit déclarer forfait alors qu'il atteint les demi-finales du tournoi de Washington dont il est tenant du titre, la douleur étant trop forte. Le clan Chang se rend alors compte de l'erreur commise pendant l'intersaison 1997-1998 : avec un entrainement trop intense et peu de repos, le corps de Michael Chang s'est fragilisé. L'américain reconnaît alors : "Personne ne m'a forcé à travailler physiquement aussi durement que je l'ai fait. Je pensais que travailler mon corps aussi durement était le prix a payer pour atteindre mon but de gagner des Grands Chelems et devenir no 1 mondial. Grave erreur"[9]. "Après une défaite au deuxième tour du tournoi de Cincinnati contre Kafelnikov, il remporte enfin son premier titre depuis un an à Boston, face à Paul Haarhuis. Chang est alors 20e mondial. Non tête de série à l'US Open, il est proche de l'exploit au deuxième tour face à Carlos Moyà, 10e mondial et récent vainqueur de Roland-Garros, contre qui il mène deux sets à zéro et obtient plusieurs balles de match dans le troisième set avant de s'incliner 3-6, 1-6, 7-6, 6-4, 6-3. C'est seulement la seconde fois dans sa carrière que Chang perd un match après avoir remporté les deux premiers sets. Il se souviendra de ce match comme l'un des plus frustrants de toute sa carrière[9]. Malgré la déception, il remporte en octobre son deuxième titre de l'année à Shanghai face à Goran Ivanisevic. Il termine l'année au 29e rang mondial, son plus mauvais classement depuis 1988 et n'enregistre que 37 victoires pour 17 défaites. Chang confie dans son journal l'analyse de sa plus mauvaise saison : "Quand je reviens sur l'inter-saison de l'année dernière, au moment où je me suis entraîné 5 semaines de suite, je me rend compte que ce que j'ai fait était vraiment mauvais. C'est une faute de ne pas s'être reposé. C'est une faute de ne s'être même pas relaxé, [9] ". C'est le début de la fin pour l'américain qui, freiné dans son élan, ne retrouvera plus jamais son niveau de jeu et ne dépassera plus le troisième tour en Grand Chelem.

1999-2003 : un lent déclin malgré quelques performances et des records[modifier | modifier le code]

Michael Chang en 2009.

En 1999, malgré une bonne intersaison et un bon entraînement, il termine à la 51e place avec 27 victoires pour 22 défaites mais avec quelques exploits à son actif : un quart de finale au Masters de Cincinnati avec des victoires sur Àlex Corretja et Cédric Pioline et surtout une demi-finale à Paris-Bercy où grâce à un excellent niveau de jeu il est tout proche de battre le jeune et talentueux Marat Safin (6-7, 7-6, 6-4) après des victoires sur Marcelo Rios ou encore Cédric Pioline. Il manque de chance en grand chelem où il n'est plus tête de série. À l'Open d'Australie, il s'incline au deuxième tour au bout d'un long combat face à Mark Philippoussis no 14 mondial, sur le score de 7-6, 2-6, 6-3, 5-7, 7-5. En mai, il résiste vaillamment au numéro 1 mondial Ievgueni Kafelnikov contre lequel il obtient plusieurs balles pour jouer un cinquième set au premier tour de Roland-Garros (défaite de Chang 6-2, 5-7, 6-0, 7-66). Chang semble donc par moments très proche de retrouver son niveau. Mais surtout, il s'agit de la première saison, depuis 1987, où il ne remporte pas le moindre tournoi.

Malgré une bonne année 2000 où il gagne 42 matchs pour 26 défaites, il ne dépasse pas le 22e rang mondial. À l'Open d'Australie, il s'incline au premier tour contre Roger Federer, classé 62e mondial, qui remporte alors son premier match en Grand Chelem. À Roland-Garros, il réussit néanmoins un grand match au troisième tour face au no 5 mondial, Gustavo Kuerten, futur vainqueur du tournoi cette année-là, mais doit s'incliner 6-3, 6-7, 6-1, 6-4 en 3 heures de jeu. Impressionné, Kuerten dira après match : « C'était une grande bataille car nous avons tous les deux gagné ici et chacun avait envie de faire de son mieux. Chang n'a jamais lâché un point et, même si je suis encore loin de gagner le tournoi, je pense avoir maintenant une bonne chance et je me battrai sur chaque match »[12]. Cette même saison, Chang parvient quatre fois en demi-finale de tournoi, cinq fois en quart de finale, il joue une finale à Auckland et remporte son dernier titre à Los Angeles, devenant l'un des rares joueurs (avec Andre Agassi et Marc Rosset) à remporter des titres sur trois décennies différentes (années 1980, 1990 et 2000). À Stuttgart, en octobre, il atteint pour la 11e saison consécutive un quart de finale dans un Masters 1000 : un record pour l'époque, codétenu avec Pete Sampras qui l'améliora l'année suivante (ce record a ensuite été dépassé par Roger Federer, Rafael Nadal, Novak Djokovic et Andy Murray).

À partir de 2001, il perd plus de matchs qu'il n'en remporte, glissant jusqu'au 124e rang mondial en 2002. Dans un match de haut niveau, Chang fait toutefois trembler le numéro un mondial Lleyton Hewitt au premier tour du tournoi de Bois-le-Duc sur gazon en 2002, avant de s'incliner finalement en deux tie-breaks. 15 jours plus tard, l'Australien remporte Wimbledon. Enfin, au cœur de l'été, il bat le numéro 3 mondial Tommy Haas (6-3, 6-2) au premier tour du Masters 1000 de Cincinnati et ne s'incline que contre le futur vainqueur du tournoi Carlos Moyà en huitième de finale. Ce seront ses derniers faits d'armes. Chang est régulièrement battu dans les premiers tours des tournois du Grand Chelem par la nouvelle génération montante : Roger Federer à l'Open d'Australie et à l'US Open, Andy Roddick à Roland-Garros.

Il arrête sa carrière en 2003 après avoir effectué une tournée d'adieu où il participe aux tournois qui comptent le plus pour lui. Chang s'incline deux fois contre son vieux rival Agassi à Scottsdale puis Miami (6-4 6-2). Pour son dernier Roland Garros, l'américain est battu au premier tour par le français Fabrice Santoro après avoir régalé le public dans une première manche de haut niveau (7-5 6-1 6-1). L'organisation du tournoi rend hommage à Chang lors d'une cérémonie sur le court que l'americain, ému, quitte en pleurs sur une dernière ovation. Il joue son ultime match à l'Us Open où il perd en quatre sets acharnés au premier tour face au chilien Fernando Gonzalez, tête de série numéro 15 et quart de finaliste l'année précédente. C'est sur cette défaite honorable que Chang termine sa carrière.

Après carrière[modifier | modifier le code]

Appelé en renfort par la fédération chinoise de tennis en vue des Jeux olympiques de Pékin 2008, il prend en charge l'entraînement de Peng Shuai. Malgré des résultats concluants, il arrête cette collaboration en cours d'année afin de se consacrer à son académie de tennis en Chine[13].

En 2013, il intègre l'équipe du joueur japonais Kei Nishikori, en tant que conseiller avant de devenir officiellement son entraîneur.

Il est membre du International Tennis Hall of Fame depuis le .


Tableau ATP en fin de saison

Année 1988 1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003
Rang en simple 30 en augmentation 5 en diminution 15 en stagnation 15 en augmentation 6 en diminution 8 en augmentation 6 en augmentation 5 en augmentation 2 en diminution 3 en diminution 29 en diminution 50 en augmentation 32 en diminution 94 en diminution 126 en diminution 376
Rang en double 264 en diminution 287 715 en diminution 1672


Palmarès[modifier | modifier le code]

En simple messieurs[modifier | modifier le code]

Parcours dans les tournois du Grand Chelem[modifier | modifier le code]

En simple[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Internationaux de France Wimbledon US Open
1987 2e tour (1/32) Drapeau : Nigeria N. Odizor
1988 3e tour (1/16) Drapeau : États-Unis J. McEnroe 2e tour (1/32) Drapeau : France H. Leconte 1/8 de finale Drapeau : États-Unis A. Agassi
1989 Victoire Drapeau : Suède S. Edberg 1/8 de finale Drapeau : États-Unis T. Mayotte 1/8 de finale Drapeau : États-Unis T. Mayotte
1990 1/4 de finale Drapeau : États-Unis A. Agassi 1/8 de finale Drapeau : Suède S. Edberg 3e tour (1/16) Drapeau : URSS A. Cherkasov
1991 1/4 de finale Drapeau : Allemagne Bo. Becker 1er tour (1/64) Drapeau : États-Unis T. Mayotte 1/8 de finale Drapeau : Suède S. Edberg
1992 3e tour (1/16) Drapeau : Pays-Bas R. Krajicek 3e tour (1/16) Drapeau : Suède N. Kulti 1er tour (1/64) Drapeau : Royaume-Uni J. Bates 1/2 finale Drapeau : Suède S. Edberg
1993 2e tour (1/32) Drapeau : États-Unis D. Wheaton 2e tour (1/32) Drapeau : Allemagne B. Karbacher 3e tour (1/16) Drapeau : États-Unis D. Wheaton 1/4 de finale Drapeau : États-Unis P. Sampras
1994 3e tour (1/16) Drapeau : Pérou J. Yzaga 1/4 de finale Drapeau : États-Unis P. Sampras 1/8 de finale Drapeau : États-Unis A. Agassi
1995 1/2 finale Drapeau : États-Unis P. Sampras Finale Drapeau : Autriche T. Muster 2e tour (1/32) Drapeau : République tchèque P. Korda 1/4 de finale Drapeau : États-Unis J. Courier
1996 Finale Drapeau : Allemagne Bo. Becker 3e tour (1/16) Drapeau : Suède S. Edberg 1er tour (1/64) Drapeau : Espagne A. Costa Finale Drapeau : États-Unis P. Sampras
1997 1/2 finale Drapeau : Espagne C. Moyà 1/8 de finale Drapeau : Espagne S. Bruguera 1er tour (1/64) Drapeau : Australie T. Woodbridge 1/2 finale Drapeau : Australie P. Rafter
1998 2e tour (1/32) Drapeau : France G. Raoux 3e tour (1/16) Drapeau : Espagne F. Clavet 2e tour (1/32) Drapeau : Suède M. Gustafsson 2e tour (1/32) Drapeau : Espagne C. Moyà
1999 2e tour (1/32) Drapeau : Australie M. Philippoussis 1er tour (1/64) Drapeau : Russie I. Kafelnikov 2e tour (1/32) Drapeau : France A. Clément
2000 1er tour (1/64) Drapeau : Suisse R. Federer 3e tour (1/16) Drapeau : Brésil G. Kuerten 2e tour (1/32) Drapeau : Allemagne A. Popp 2e tour (1/32) Drapeau : États-Unis T. Martin
2001 1er tour (1/64) Drapeau : France F. Santoro 2e tour (1/32) Drapeau : États-Unis A. Roddick 2e tour (1/32) Drapeau : Suède J. Björkman 1er tour (1/64) Drapeau : Équateur N. Lapentti
2002 1er tour (1/64) Drapeau : Suisse R. Federer 1er tour (1/64) Drapeau : France S. de Chaunac 2e tour (1/32) Drapeau : Pays-Bas S. Schalken 2e tour (1/32) Drapeau : Suisse R. Federer
2003 1er tour (1/64) Drapeau : France F. Santoro 1er tour (1/64) Drapeau : Chili F. González

N.B. : à droite du résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.

Parcours dans les Masters 1000[modifier | modifier le code]

Année Indian Wells Miami Monte-Carlo Rome Hambourg[14] Canada Cincinnati Stockholm puis Essen puis Stuttgart puis Madrid[15] Paris
1990 1er tour
Drapeau : Suède J. Gunnarsson
2e tour
Drapeau : Espagne J. Aguilera
Victoire
Drapeau : États-Unis J. Berger
1/4 de finale
Drapeau : Suède S. Edberg
1/8 de finale
Drapeau : États-Unis D. Wheaton
2e tour
Drapeau : Suisse M. Rosset
1991 1/4 de finale
Drapeau : Suède S. Edberg
1/8 de finale
Drapeau : Espagne E. Sánchez
2e tour
Drapeau : Italie S. Pescosolido
1/8 de finale
Drapeau : États-Unis J. Courier
1/2 finale
Drapeau : États-Unis P. Sampras
1992 Victoire
Drapeau : Russie A. Chesnokov
Victoire
Drapeau : Argentine A. Mancini
1/4 de finale
Drapeau : Allemagne C.-U. Steeb
1/8 de finale
Drapeau : Pays-Bas P. Haarhuis
1/2 finale
Drapeau : États-Unis I. Lendl
2e tour
Drapeau : États-Unis D. Wheaton
1993 1/2 finale
Drapeau : États-Unis J. Courier
2e tour
Drapeau : Afrique du Sud M. Ondruska
1/2 finale
Drapeau : États-Unis J. Courier
2e tour
Drapeau : Allemagne M.-K. Goellner
1/8 de finale
Drapeau : États-Unis A. Agassi
Victoire
Drapeau : Suède S. Edberg
1/8 de finale
Drapeau : Croatie G. Ivanišević
1994 1/8 de finale
Drapeau : Russie A. Volkov
1/8 de finale
Drapeau : Australie P. Rafter
2e tour
Drapeau : Pays-Bas J. Eltingh
1/8 de finale
Drapeau : États-Unis Washington
Victoire
Drapeau : Suède S. Edberg
2e tour
Drapeau : Suède M. Larsson
1/2 finale
Drapeau : Suisse M. Rosset
1995 1/8 de finale
Drapeau : Autriche T. Muster
3e tour
Drapeau : Pays-Bas J. Siemerink
1/4 de finale
Drapeau : Autriche T. Muster
1/4 de finale
Drapeau : Suède T. Enqvist
Finale
Drapeau : États-Unis A. Agassi
2e tour
Drapeau : République tchèque D. Vacek
1/4 de finale
Drapeau : États-Unis J. Courier
1996 Victoire
Drapeau : Pays-Bas P. Haarhuis
1/4 de finale
Drapeau : Croatie G. Ivanišević
2e tour
Drapeau : Espagne C. Costa
Finale
Drapeau : États-Unis A. Agassi
1/2 finale
Drapeau : Allemagne Bo. Becker
1/8 de finale
Drapeau : France A. Boetsch
1997 Victoire
Drapeau : République tchèque B. Ulihrach
3e tour
Drapeau : Espagne S. Bruguera
1er tour
Drapeau : Argentine H. Gumy
1/2 finale
Drapeau : Brésil G. Kuerten
1/2 finale
Drapeau : Autriche T. Muster
2e tour
Drapeau : France C. Pioline
2e tour
Drapeau : Suède M. Gustafsson
1998 1/4 de finale
Drapeau : Espagne A. Costa
2e tour
Drapeau : Espagne F. Clavet
2e tour
Drapeau : Russie I. Kafelnikov
1er tour
Drapeau : France G. Raoux
1er tour
Drapeau : Suède M. Gustafsson
1999 1er tour
Drapeau : Pays-Bas J. Siemerink
1er tour
Drapeau : Costa Rica J. A. Marín
2e tour
Drapeau : Slovaquie K. Kučera
1er tour
Drapeau : Pays-Bas S. Schalken
1/8 de finale
Drapeau : États-Unis A. Agassi
1/4 de finale
Drapeau : Australie P. Rafter
2e tour
Drapeau : Suède T. Enqvist
1/2 finale
Drapeau : Russie M. Safin
2000 2e tour
Drapeau : Suède M. Norman
2e tour
Drapeau : Chili M. Ríos
1er tour
Drapeau : France J. Boutter
2e tour
Drapeau : Suède T. Enqvist
1er tour
Drapeau : États-Unis J.-M. Gambill
2e tour
Drapeau : Pays-Bas R. Krajicek
1er tour
Drapeau : Pays-Bas S. Schalken
1/4 de finale
Drapeau : France S. Grosjean
1/8 de finale
Drapeau : Allemagne D. Prinosil
2001 1er tour
Drapeau : Espagne C. Moyà
2e tour
Drapeau : Australie Philippoussis
1er tour
Drapeau : Suisse R. Federer
2e tour
Drapeau : Brésil G. Kuerten
2e tour
Drapeau : Argentine F. Squillari
1er tour
Drapeau : Espagne A. Martín
2e tour
Drapeau : Argentine G. Cañas
2002 1er tour
Drapeau : Thaïlande P. Srichaphan
1er tour
Drapeau : Thaïlande P. Srichaphan
1/8 de finale
Drapeau : Espagne C. Moyà
2003 1er tour
Drapeau : Espagne C. Moyà
2e tour
Drapeau : États-Unis A. Agassi
1er tour
Drapeau : Maroc H. Arazi

N.B. : sous le résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le service à la cuillère et l'intox de Chang contre Lendl (Roland-Garros 1989) », sur Tennis : Points, Highlights, Vidéos, Histoire | Blog tennis légendaire, (consulté le 9 mai 2019)
  2. « Dans le rétro - Chang / Lendl, 1989 », sur www.welovetennis.fr (consulté le 9 mai 2019)
  3. « Roland-Garros : il y a vingt-cinq ans, la folle épopée de Michael Chang », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 9 mai 2019)
  4. « International Tennis Hall of Fame », sur www.tennisfame.com (consulté le 9 mai 2019)
  5. « Michael Chang servant à la cuillère » [vidéo], sur ina.fr
  6. « Balle de Match contre Lendl » [vidéo], sur ina.fr
  7. « Bjorkman Beats Chang at Davis Cup », sur www.apnewsarchive.com (consulté le 22 octobre 2016)
  8. « Sports | Tennis -- Davis Cup All But Lost For U.S. Team -- Sampras' Calf Injury Gives Sweden A Leg Up | Seattle Times Newspaper », sur community.seattletimes.nwsource.com (consulté le 22 octobre 2016)
  9. a b c d et e (en) Michael Chang, Holding Serve: Persevering On and Off the Court, Thomas Nelson Inc, (ISBN 9781418565305, lire en ligne)
  10. (en-US) JULIE CART, « Chang Doesn't Have It in Upset Loss to Raoux », Los Angeles Times,‎ (ISSN 0458-3035, lire en ligne, consulté le 20 octobre 2016)
  11. (en) « American Men Bid Adieu To Paris With Chang's Loss », Orlando Sentinel,‎ (lire en ligne, consulté le 20 octobre 2016)
  12. « Kuerten retrouve l'ambition », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 21 octobre 2016)
  13. (fr) « LIVE Cornet-Li » sur le site du Figaro, 2 février 2008.
  14. L'ordre chronologique des Masters 1000 de Rome et de Hambourg a changé au cours des ans.
  15. Les Masters 1000 de Stockholm (1990-1994), d'Essen (1995), de Stuttgart (1996-2001) et de Madrid (2002-2008) se sont succédé.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Pamela Dell, Michael Chang: Tennis Champion, (ISBN 0-516-04185-1)
  • (en) Michael Chang et Mike Yorkey, Holding Serve Persevering On And Off The Court, (ISBN 0-7852-6656-9)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :