Bill Davis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bill Davis (homonymie) et Davis.
William Grenville Davis
Illustration.
Fonctions
18e Premier ministre de l'Ontario
Prédécesseur John Robarts
Successeur Frank Stuart Miller
Biographie
Date de naissance (88 ans)
Lieu de naissance Brampton, (Ontario)
Parti politique Parti progressiste-conservateur de l'Ontario

William Grenville (Bill) Davis (né le 30 juillet 1929 à Brampton, en Ontario) est un homme politique ontarien (canadien). Il est l'ancien Premier ministre de l'Ontario sous la bannière du Parti progressiste-conservateur de l'Ontario de 1971 à 1985.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Né le 30 juillet 1929 à la Toronto General Hospital, il est le fils de Vera (Hewetson) et d'Albert Grenville Davis, un avocat de la région de Brampton. Il a reçu un diplôme de l'Université de Toronto en 1951 et fréquente également l'école de droit d'Osgoode Hall de l'Université d'York. Durant son parcours académique, Davis était un joueur de football et comptait parmi ses coéquipiers Roy McMurtry et Thomas Leonard qui serviront plus tard dans son cabinet.

Carrière politique précoce[modifier | modifier le code]

Élu pour la première fois à l'Assemblée législative de l'Ontario à l'élection provinciale de 1959, il représente la circonscription méridionale de Peel. Bien que Peel soit considéré comme un siège acquis d'emblée aux conservateurs, la majorité qu'obtenu Davis lors de cette élection était étonnamment étroite. Ce dernier ayant gagné par seulement 1 203 voix, s'expliquant par la décision impopulaire du gouvernement conservateur de John Diefenbaker d'annuler le programme Avro CF-105 Arrow dont bon nombre de travailleurs du programme étaient résidents de Peel.

Après avoir servi pendant deux ans en tant que député d'arrière-ban dans le gouvernement de Leslie Frost, Davis devient l'organisateur en chef de la campagne de Robert Macaulay à la chefferie du parti et également au poste de premier ministre. Macaulay est cependant éliminé à l'avant-dernier tour du scrutin et, avec Davis, soutiennent John Robarts entraînant la défaite de Kelso Roberts.

Ministre de l'éducation[modifier | modifier le code]

Nommé ministre de l'éducation dans le cabinet Robarts le 25 octobre, 1962, il est facilement réélu lors de l'élection provinciale de 1963.

Il acquiert rapidement une réputation de ministre fortement interventionniste et doit gérer une augmentation importante des dépenses en éducation tout au long des années 60, celles-ci ayant progresser de 454 % entre 1962 et 1971. L'arrivée des Baby boomers ayant nécessité la construction de nombreuses nouvelles écoles, généralement dans les endroits fortement urbaniser pour répondre aux besoins du plus grand nombre.

Davis a également créé des nouvelles d'universités, incluant l'Université de Trent et l'Université de Brock, en plus d'établir vingt-deux nouveaux collèges post-secondaires dès 1966. TVOntario, le réseau éducatif de télévision, apparaît aussi durant son mandat en 1970.

Peu de temps après la convention, Davis a invité l'équipe de la campagne de Lawrence de joindre son cercle intérieur des conseillers. Ce groupe est devenu notoire en tant que Grande machine bleue, et resté la force d'organisation dominante dans le parti progressiste-conservateur jusqu'aux années 1980.

Premier ministre[modifier | modifier le code]

Peu de temps après prendre le bureau comme premier ministre, Davis a annoncé que son gouvernement ne permettrait pas la construction du proposée de l'Autoroute urbaine de Spadina à Toronto au centre (une initiative qui avait été inpopulaire auprès de plusieurs des résidants du secteur). L'équipe de Davis a couru une campagne professionnelle à l'élection ontarienne de 1971, et a été récompensé avec un gouvernement accru de majorité.

La première pleine limite de Davis comme premier ministre était près la plupart des comptes son moins réussi, avec la confiance publique que son gouvernement affaibli par une série de scandales. En 1973, on l'a indiqué que l'ami de Davis que Gerhard Moog avait reçu un objet de valeur untendered le contrat pour la construction de Énergie hydraulique de l'Ontario du nouveau siège social et des projets relatifs. Le gouvernement était s'est dégagé de l'inexactitude dans tous les cas, mais son appui populaire a néanmoins diminué. Les progressiste-conservateurs ont perdu quatre élections partielles principales en 1973 et en 1974.

Le gouvernement a été également forcé pour décommander un impôt sur l'énergie prévu de 7 % en 1973 pour les protestations suivantes du backbench progressiste-conservateur. Dans l'habillage à l'élection provinciale de 1975, Davis a imposé un gel de quatre-vingt-dix-jour aux prix de l'énergie, temporairement réduits la taxe de vente provincial de 7 % à 5 %, et des contrôles des loyers annoncés pour la province.

Gouvernement minoritaire[modifier | modifier le code]

La campagne de 1975 était le plus amère bien que cela de 1971, avec Davis et le chef du Parti libéral Robert Nixon insultes personnelles à une des autres à plusieurs reprises de lancement. Les scrutins pris peu avant l'élection ont eu les libéraux dans le fil. Les progressiste-conservateurs ont gagné seulement 51 sièges sur 125, mais pouvaient rester dans la puissance avec un Gouvernement minoritaire. Le Nouveau Parti démocratique de l'Ontario (NDPO) gagne 38 sièges sous la conduite de Stephen Lewis, alors que les libéraux de Nixon finissaient troisièmement avec 36. Peu après l'élection, Davis a loué Hugh Segal en tant que son secrétaire législatif.

Droit-wingers désigné par Davis Frank Stuart Miller et James Taylor verrouiller des brochures de coffret après l'élection, mais s'est retiré d'un programme d'austérité proposé suivant une réponse publique négative.

Cette période du gouvernement de Davis était une expansion pour la santé publique de la province et les systèmes de l'éducation, et Davis a tenu un intérêt particulier en s'assurant que les universités de communauté de la province sont restées productives. Le gouvernement a également augmenté les dispositions du code de droits de l'homme de l'Ontario, et a augmenté des services bilingues sans présenter le bilinguisme officiel à la province.

Retour au Gouvernement majoritaire[modifier | modifier le code]

Les progressiste-conservateurs ont été retournés avec un gouvernement majoritaire à l'élection provinciale de 1981, la plupart du temps aux dépens du NDP. Le rôle de Davis dans les négociations constitutionnelles de 1981 étaient pivotaux en réalisant un compromis qui a eu comme conséquence du passage de la Constitution de 1982. Il a également annoncé que l'Ontario achèterait une part de 25 % à la société d'énergie Suncor, en dépit de l'opposition de son propre comité.

Davis a décidé de ne pas faire ainsi quand il s'est rendu compte qu'il ne recevrait pas des approbations du Canada occidental en raison de son soutien du patriation de constitution et Programme national d'énergie. Sa candidature avait été fortement opposée près de Peter Lougheed, Premier ministre de l'Alberta.

Il a été retiré quelques mois avant l'élection ontarienne de 1985, avec lui et son gouvernement jaillissez toujours en avant dans les scrutins contre le chef du Parti libéral de l'Ontario David Peterson et le chef du NPD Ontarienne Bob Rae. Un de ses derniers principaux agir comme le premier ministre était de renverser sa décision en 1971 contre le plein placement des écoles catholiques, et annonce qu'un tel placement serait fourni à l'extrémité de la catégorie treize.

Retraite[modifier | modifier le code]

Davis a été remplacé par Frank Miller, élu chef en février 1985 (largement considéré le successeur de Davis au sein de la ‘’Grande machine bleue’’). Bien que Miller ait été plus conservateur que Davis, les Progressistes-conservateurs tenaient toujours un avantage significatif par rapport à l'opposition quand l'élection a été déclenchée. Cependant, après une pauvre campagne et un scandale en lien avec financement des écoles catholiques, le PPCO a été réduit à un gouvernement minoritaire et ont perdu le vote populaire au profit du Parti libéral lors de l'élection provinciale de 1985. Rapidement, une coalition libérale-NPD dépose une motion de non-confiance entraînant la fin du règne de 42 ans du parti au gouvernement de la province.

Décoré compagnon de l'Ordre du Canada en 1985, Davis a servi sur de nombreux conseils d’administration depuis sa retraite de la vie politique.

La réputation de Davis auprès des progressistes-conservateurs a été malmenée durant les années 1990 en raison de la droitisation du parti sous la gouverne de Mike Harris. Plusieurs parlementaires progressiste-conservateurs étant critiquent des politiques de dépensières de Davis durant son passage comme premier ministre, ceux-ci ont fréquemment illustrés les différences entre les politiques menées par Davis et celles de Harris. D’avis redevient par la suite fréquentable au sein du PPCO.

Depuis 2003, Davis a joué un rôle dans les négociations réussies pour fusionner les progressiste-conservateurs fédéraux avec l'Alliance canadienne, et créez le nouveau Parti conservateur du Canada. Stephen Harper favorablement William Bill Davis pendant la campagne, et dit qu'il a appris beaucoup du modèle de Davis de régir. Les conservateurs pouvaient défaire les libéraux fédéraux pour former le gouvernement.

Dans toute sa carrière politique, Davis a souvent remarqué sur l'influence durable de sa ville natale de Brampton, Ontario. Il est connu, principalement par Bramptonians, en tant que « Brampton Billy ».

Le 24 octobre 2006, Davis a reçu Université de Sénèque' degré honorifique de son premier où il a été présenté avec un licencié honorifique en études appliquées. « Il va que la facture Davis reçoit le premier degré honorifique de Sénèque, » dit le Médecin Rick, président de l'université de Sénèque. « En tant qu'un des architectes du système d'université de l'Ontario, il est responsable d'un environnement post-secondaire dynamique d'éducation qui continue à être un pilier de l'économie de notre province. ».

Davantage de lecture[modifier | modifier le code]

  • Manthorpe, Jonathan. (1974) La puissance et les Tories. Toronto : Macmillan du Canada.
  • Speirs, Rosemary. (1986) Hors du bleu : L'automne de la dynastie du Progressiste-conservateur de l'Ontario. Toronto : Macmillan du Canada.