Betty Robinson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Robinson.
Betty Robinson
Betty Robinson 2.jpg
Betty Robinson dans les années 1920.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
Denver, Colorado
Nom de naissance
Elizabeth Robinson
Pseudonyme
Betty Robinson
Nationalité
Formation
Thornton Township High School, Université Northwestern
Activités
Autres informations
Taille
1,67 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Masse
57 kgVoir et modifier les données sur Wikidata
Discipline sportive
Équipe
Illinois Athletic Club
Distinctions

Médaille d'or Médaille d'or sur 100 m, Jeux olympiques d'été de 1928

Médaille d'argent Médaille d'argent en relais 4 × 100 m, Jeux olympiques d'été de 1928

Médaille d'or Médaille d'or en relais 4 × 100 m, Jeux olympiques d'été de 1936

Elizabeth « Betty » Robinson, également connue comme Elizabeth R. Schwartz (22 août 1911, Riverdale - 18 mai 1999, Denver), est une athlète américaine. En 1928, elle devient la première championne olympique sur 100 m, et marque ainsi l'histoire de l'athlétisme féminin[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire de l'Illinois, Elizabeth Robinson est élève à la Thornton Township High School lorsque son professeur de biologie remarque ses talents de sprinteuse. Il lui propose de la chronométrer dans les couloirs de l'établissement, avant de lui permettre de s'entraîner aux côtés de l'équipe de sprint masculine[2]. À l'Université Northwestern, elle est membre de la sororité Kappa Kappa Gamma (KKG)[3].

Le 30 mars 1928, Elizabeth Robinson participe à sa première compétition officielle sous la bannière de l'Illinois Athletic Club. Âgée de 16 ans, elle termine son premier 100 m en seconde position, derrière Helen Kilkey, détentrice du record des États-Unis[4],[5]. Lors de sa deuxième compétition, elle égale le record du monde sur cette même distance (12'02"), même si son temps n'a pas été reconnu, en raison d'un vent trop favorable[2],[6].

Betty Robinson cesse la compétition après les jeux d'olympique d'été de 1936. Elle reste impliquée dans l'athlétisme comme officielle[1].

Betty Robinson décède à l'âge de 87 ans souffrant de la maladie d'Alzheimer et d'un cancer[6].

Carrière sportive[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques d'été de 1928[modifier | modifier le code]

Aux Jeux olympiques d'été de 1928 à Amsterdam, pour sa troisième compétition, Betty Robinson est la seule sprinteuse de l'équipe américaine à se qualifier pour la finale. L'athlète, qui porte le dossard 879, décroche la première médaille d'olympique sur 100 m de l'histoire, car auparavant l'athlétisme féminin n'était pas inscrit au programme officiel. Elle reste également l'athlète la plus jeune à avoir remporté cette épreuve. Elle remporte enfin l'argent sur le 4 × 100 m avec le relais américain[6].

À la suite de cette compétition, le Comité international olympique (CIO) revient sur sa décision et décide de ne pas maintenir les épreuves d'athlétisme féminin lors des prochains Jeux Olympiques d'été de 1932. Seule la menace d'un boycott américain les amène à revenir sur leur décision. Les États-Unis souhaitent assister à une nouvelle performance de Betty Robinson à Los Angeles[7].

L'accident d'avion[modifier | modifier le code]

Le 28 juin 1931, elle est impliquée dans un accident d'avion de tourisme alors qu'elle prépare les Jeux olympiques d'été de 1932 à Los Angeles. À 600 m d'altitude, le moteur du biplan piloté par son cousin cale, et l'appareil s'écrase dans la banlieue de Chicago. Considérée comme morte, son corps est déposé dans un coffre de voiture afin d'être transporté à la morgue, où le médecin légiste découvre qu'elle est encore vivante[2].

Betty Robinson est transférée à la Oak Forest Infirmary. Avec une jambe cassée, une commotion cérébrale et un bras blessé, elle reste dans le coma pendant plusieurs semaines. L'athlète ressort en fauteuil roulant avec une jambe plus courte et l'impossibilité de pouvoir s’agenouiller. Le corps médical est réservé sur sa capacité à remarcher un jour[2]. Sa convalescence dure environ deux ans[7].

Jeux olympiques d'été de 1936[modifier | modifier le code]

De nouveau apte à la compétition, Betty Robinson commence à s’entraîner pour les Jeux olympiques d'été de 1936 à Berlin[6]. Il lui faut cependant trouver les financements nécessaires à son voyage jusqu'à Berlin. En pleine Grande Dépression, la Fédération américaine d'athlétisme décide de ne payer le déplacement qu'à sa délégation masculine. Elle vend alors ses trophées et économise sa paie de secrétaire[2].

Toujours incapable de s'agenouiller pour prendre un départ de 100 m, Betty Robinson participe comme relayeuse à la course du 4 × 100 m, aux côtés de Harriet Bland, Helen Stephens et Annette Rogers. Elle est en pleine course derrière les Allemandes, favorites de la compétition, lorsqu'elle transmet le témoin à Helen Stephens. Les Allemandes Marie Dollinger et Ilse Dörffeldt laissent alors s'échapper leur témoin. Les Américaines profitent de l'abandon des Allemandes et Betty Robinson remporte son second titre olympique[6].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques d'été[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • First Lady of Olympic Track: The Life and Times of Betty Robinson, Joe Gergen, Northwestern University Press, 2014, (ISBN 0810129582)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Betty Robinson Bio, Stats, and Results », sur Olympics at Sports-Reference.com (consulté le 2 février 2019)
  2. a b c d et e Chrystelle Bonnet, Anne-Sophie Bourdet (ill. Pénélope Bagieu), « A Contre-Courant - Super-Héroïnes : Les vies méconnues et extraordinaires des pionnières du sport », L'Equipe,‎ , p. 22-34
  3. (en) « Schwartz, Elizabeth Robinson - Kappa Kappa Gamma », sur KAPPA KAPPA GAMMA (consulté le 2 février 2019)
  4. (en) Eric L. Cowe, Early Women's Athletics: Statistics and History, Volume Two, Privately printed, , p. 69
  5. « Track and Field Statistics », sur trackfield.brinkster.net (consulté le 2 février 2019)
  6. a b c d et e (en) Joe Gergen, First Lady of Olympic Track: The Life and Times of Betty Robinson, Northwestern University Press, (ISBN 0810129582)
  7. a et b (en-GB) Andy Bull, « Joy of Six: great Olympic moments », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 2 février 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]