Bataille de Merckem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Merckem
Informations générales
Date 17 avril 1918
Lieu Merkem, Belgique
Issue victoire belge
Belligérants
Drapeau de la Belgique Belgique Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
Commandants
Drapeau de la Belgique Général Jacques et Général Michel Drapeau de l'Allemagne
Forces en présence
13e et 19e régiments de ligne
10e régiment d'artillerie
2 divisions

Première Guerre mondiale

Batailles

Front d'Europe de l’Ouest
Liège (8-1914) · Frontières (8-1914) · Anvers (9-1914) · Grande Retraite (9-1914) · Marne (9-1914) · Course à la mer (9-1914) · Yser (10-1914) · Messines (10-1914) · Ypres (10-1914) · Givenchy (12-1914) · 1re Champagne (12-1914) · Hartmannswillerkopf (1-1915) · Neuve-Chapelle (3-1915) · 2e Ypres (4-1915) · Artois (5-1915) · Festubert (5-1915) · Linge (7-1915) · 2e Artois (9-1915) · 2e Champagne (9-1915) · Loos (9-1915) · Verdun (2-1916) · Hulluch (4-1916) · 1re Somme (7-1916) · Fromelles (7-1916) · Arras (4-1917) · Vimy (4-1917) · Chemin des Dames (4-1917) · 3e Champagne (4-1917) · 2e Messines (6-1917) · Passchendaele (7-1917) · Cote 70 (8-1917) · 2e Verdun (8-1917) · Malmaison (10-1917) · Cambrai (11-1917) · Offensive du printemps (3-1918) · Lys (4-1918) · Aisne (5-1918) · Bois Belleau (6-1918) · 2e Marne (7-1918) · 4e Champagne (7-1918) · Château-Thierry (7-1918) · Le Hamel (7-1918) · Amiens (8-1918) · Cent-Jours (8-1918) · 2e Somme (9-1918) · Bataille de la ligne Hindenburg · Meuse-Argonne (10-1918) · Cambrai (10-1918)


Front italien


Front d'Europe de l’Est


Front du Moyen-Orient


Front africain


Bataille de l'Atlantique
Coordonnées 50° 57′ 00″ nord, 2° 51′ 00″ est

La Bataille de Merckem (néerlandais : Slag om Merkem ou aussi néerlandais : Slag bij De Kippe) fut une bataille de la Première Guerre mondiale qui eut lieu près du village belge de Merkem. Elle opposa les troupes belges aux troupes allemandes le après quatre ans de conflit. Le but de l'attaque allemande était de reprendre aux Belges le village de Merkem. L'attaque fut repoussée par les Belges et à la fin de la journée et bien que les positions d'avant l'assaut furent conservées, ce succès fut important pour le moral des troupes belges.

Contexte[modifier | modifier le code]

Après l'invasion des troupes allemandes en Belgique le , il fallut deux mois avant que les combats atteignent Merkem. Au début du mois de , arrivent les premiers réfugiés au village. Apparaissent également les premiers éclaireurs à cheval allemands, ceux que l'on surnomme à l'époque les uhlans. L'afflux de réfugiés croit et après la chute d'Anvers le , un grand nombre de soldats belges et français arrivent au village. Les Belges prennent position à Drie Grachten (nl), un des hameaux et les français restent occuper le village. Le , les Belges, Français et Britanniques lancent une grande offensive à partir de leurs positions sur l'Yser mais ils doivent vite reculer.

Prise de Merkem par les troupes allemandes[modifier | modifier le code]

Le , les Allemands atteignent Merkem. Les Français avaient entretemps creusé des tranchées à Drie Grachten. Les Belges se trouvaient sur leur flanc à hauteur du pont de Knokke. Les Allemands auraient pu atteindre le hameau de Luigem (nl), défendu par le 1er régiment de zouaves, mais à la suite de l'inondation de la vallée de l'Yser et aux marécages de Merkem, ils durent se retirer rapidement.

Après une série d'attaques allemandes, les Belges durent abandonner leur poste de Drie Grachten le . Jusqu'en 1917, la ligne de front resta inchangée et les Allemands fortifièrent leur position de Drie Grachten. Les Allemands ne s'attendaient pas à une forte opposition de la part des Belges et firent garder le poste par des soldats âgés ou fatigués.

Reprise par les troupes belges et françaises[modifier | modifier le code]

Le , les Français reprennent les positions des Belges près de Merkem. D' à , au début de la troisième bataille d'Ypres, les Français lancent plusieurs attaques pour reprendre Merkem. Les Britanniques et les Français voulaient pendant cette bataille faire une percée. Ils espéraient, à partir de Merkem, reprendre les hauteurs de Klerken et le bois de Houthulst et, de là, rejoindre la côte belge occupée. Bien qu'ils ne purent jamais atteindre le bois d'Houthulst, les Français purent pénétrer dans Drie Grachten le . Fin , le village de Merkem fut également repris. L'hiver 1917-1918 fut dur et éprouvant pour les Belges qui comptèrent de nombreuses pertes à la suite des attaques continuelles des Allemands.

Bataille de Merkem[modifier | modifier le code]

Le à h du matin, un quartier de Merkem, De Kippe, fut pris par les Allemands supérieurs en nombre et après une courte préparation d'artillerie. Les Belges se replièrent sur la Ferme des aviateurs et la Ferme Guêpe. Vers 10 h, les Belges lancèrent une contre-attaque et, à 13 h 30, De Kippe était repris. Les postes des hameaux d'Aschoop, Jezuïtengoed et Verte étaient entretemps également pris par les Allemands. Les Belges furent contraints de se retirer sur Langewaede et le Corverbeek. Dans l'après-midi, les Belges reprennent progressivement le dessus et font 789 prisonniers. Vers 21 h 30, les Allemands battent retraite signifiant par la même occasion la fin des combats. Bien qu'au final chacun conserva ses positions, la défense de Merkem fut une victoire importante pour les Belges. Jamais auparavant, ils n'avaient battu aussi clairement les Allemands.

Après la bataille[modifier | modifier le code]

Après l'affrontement du , les troupes belges reprennent l'initiative des combats et commencent à lancer des attaques sur les positions allemandes. Succès après succès, les Belges semblent reprendre la main les et . Le , l'artillerie belge pilonne les positions allemandes trois heures durant puis l'infanterie s'avance et reprend quelques heures plus tard le bois d'Houtulst.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]