Bataille de Mahbès (1979)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Mahbès (1979)
Informations générales
Date
Lieu Mahbès (ar), Sahara occidental
Issue Victoire du Polisario
Belligérants
Drapeau du Sahara occidental RASD Drapeau du Maroc Maroc
Commandants
Mohamed Sakka
Forces en présence
1 200 hommes 780 hommes
Pertes
Inconnues Au moins 132 tués
environ 150 blessés
53 prisonniers

Guerre du Sahara occidental

Batailles

1975
Farsia, Dcheira, Haouza et Mahbes · Lagouira (en)

1976
Argoub · Amgala 1 · Amgala 2 · Aousserd · Laâyoune · Tarfaya · Bir Moghreïn 1 · Zouerate · Bir Moghreïn 2 · Bir Moghreïn 3 · Nouakchott

1977-1978
Offensive du Martyr-El-Ouali (Amgala · Tifariti · Zouerate · Nouakchott · Haouza) · Opération Lamantin

1979
Offensive Houari-Boumédiène (Tan-Tan · Tifariti · Assa · Bir Anzarane · Lebouirate · Smara · Lemgat · Mahbès · Boukraa) · Opération Ouhoud

1980
Siège de Zag (Opération Iman) · Boujdour · Akka · Tata · Ras-el-Khanfra · Ras-Lahmira

1981
Guelta Zemmour (mars) · Oum Ghreid · Guelta Zemmour (oct)

1982
Ras-el-Khanfra

1983
Lemsied · Smara

1984-1985
Offensive Grand-Maghreb (Z'Moul Niran · Mahbès)

1987-1991
Mahbès · Farsia · Farsia et Oum Dreyga (en) · Guelta Zemmour · Haouza · Amgala · Offensive de Tifariti (en)

La bataille de Mahbès est livrée le pendant la guerre du Sahara occidental. Le Polisario anéantit un bataillon des forces armées royales marocaines.

Contexte[modifier | modifier le code]

La ville de Mahbès est défendue par un bataillon du 14e régiment d'infanterie motorisée, soit 780 hommes[L 1]. La garnison compte un escadron blindé, avec notamment 8 chars AMX-13 (dont 4 sont présents le jour de l'attaque), une batterie d'artillerie et des missiles anti-chars BGM-71 TOW[1]. Après l'attaque de Smara, les forces du Polisario retraitant vers leurs bases en Algérie décident d'attaquer la garnison de Mahbès[L 2]. Une dizaine d'unités du Polisario participent à l'attaque[2], soit 1 200 hommes[L 1].

Déroulement[modifier | modifier le code]

L'attaque est lancée à h du matin. À midi, toutes les lignes de défense marocaines ont été prises par le Polisario, et les dernières résistances marocaines sont brisées vers 16 h. Pendant la journée du 15, les sahraouis poursuivent les Marocains en fuite[1], et bloquent les renforts marocains[3]. Une partie de la garnison, dont son commandant le capitaine Mohamed Sakka[N 1], parvient à se replier vers Zag[1]. Les deux camps seraient tombés à court de munitions[4].

Bilan et conséquences[modifier | modifier le code]

D'après le Polisario, 767 soldats marocains auraient été tués. Des journalistes venus sur place comptent 132 cadavres marocains[1]. Le Polisario présente également 53 prisonniers à la presse[3]. D'après des rapports marocains, 20% des militaires de la garnison auraient été tués et le nombre de blessés serait encore supérieur[L 3].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le commandant du régiment, le colonel Mohamed Chamsseddin, n'est pas sur place au moment de la bataille.

Sources bibliographiques[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ali, p. 153.
  2. Jensen, p. 44.
  3. Besenyő, p. 123.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (es) Manuel Ostos, « Marruecos perdió un batallón y cuatrocientas toneladas de armamento en la batalla de Mahbes », El País,‎
  2. (es) Haddamin Moulud Said, « Brevísima historia del Ejercito Liberación Popular Saharaui ELPS. Las gestas que conforman una nación »,
  3. a et b « Dans Mahbès conquise par le Polisario », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. (en) James M. Markham, « Moroccans Are Ready For a War of Attrition With Rebels in Sahara; King's Fate May Hang on War », The New York Times,‎ (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]