Bataille d'Aïn Ben Tili (janvier 1976)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bataille d'Aïn Ben Tili (janvier 1976)

Informations générales
Date 19 -
Lieu Aïn Ben Tili, Mauritanie
Issue Victoire du Polisario
Belligérants
Drapeau du Sahara occidental Front PolisarioDrapeau de la Mauritanie Mauritanie
Drapeau du Maroc Maroc
Commandants
Drapeau de la Mauritanie Soueidatt Ould Weddad
Pertes
Drapeau du Sahara occidental
Inconnues
Drapeau de la Mauritanie
Jusqu'à 150 tués
Drapeau du Maroc
1 F-5A abattu
1 pilote tué[1]

Guerre du Sahara occidental

Batailles

Coordonnées 25° 55′ 04″ nord, 9° 35′ 13″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Mauritanie

(Voir situation sur carte : Mauritanie)
Bataille d'Aïn Ben Tili (janvier 1976)

La bataille d'Aïn Ben Tili est livrée entre les 19 et pendant la guerre du Sahara occidental à Aïn Ben Tili. Les combattants du Front Polisario harcèlent les troupes mauritaniennes et les poussent à évacuer la localité.

Contexte[modifier | modifier le code]

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le , les combattants du Front Polisario attaquent la localité d'Aïn Ben Tili, située à l'extrême nord de la Mauritanie en face de la frontière avec le Sahara occidental à quelques kilomètres de Bir Lehlou. Les combats durent plusieurs heures, et le commandant Soueidatt Ould Weddad, officier parachutiste mauritanien, est tué[1]. La garnison mauritanienne est constamment harcelée. L'aviation marocaine intervient pour appuyer les Mauritaniens, et le , un Northrop F-5A marocain est abattu dans le ciel mauritanien par un missile Sam-6, le piloté est tué. Il s'agit du premier avion marocain abattu depuis le début du conflit. L'armée mauritanienne soumise à de multiples assauts depuis une semaine, abandonne finalement la localité le [2].

Bilan et conséquences[modifier | modifier le code]

Le Polisario revendique la mort de plus de 150 soldats mauritaniens, bilan qui semble exagéré. L'incident du F-5A provoque de vives réactions au Maroc. Le ministre de l'information marocain confirme l'incident qui est d'une « extrême gravité ». Rabat juge impossible l'utilisation d'un tel armement par des hommes du Polisario et suspecte des éléments étrangers[2].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Sources bibliographiques[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Mauritanie », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  2. a et b Louis Gravier, « Un F-5 de l'armée de l'air marocaine a été abattu par un missile SAM-6 au-dessus de la Mauritanie Rabat juge l'incident " d'une extrême gravité " », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]