Bataille de Dupplin Moor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Dupplin Moor
Informations générales
Date 10 - 11 août 1332
Lieu Près de Berwick
Issue Victoire décisive des « déshérités »
Belligérants
Royal Arms of the Kingdom of Scotland.svg Loyalistes Royal Arms of the Kingdom of Scotland.svg Déshérités
Commandants
Blason Comtes de Mar.svg Donald II de Mar Royal Arms of the Kingdom of Scotland.svg Édouard Balliol
Arms of Beaumont (Baron Beaumont, 1309).svg Henri de Beaumont
Forces en présence
10 à 15 000 hommes 2 à 3 000 hommes

Deuxième guerre d’indépendance de l'Écosse

Batailles

Wester Kinghorn · Dupplin Moor · Annan · Dornock · Halidon Hill · Boroughmuir · Culblean · Neville's Cross · Nesbit Moor
Coordonnées 56° 25′ 19″ nord, 3° 24′ 00″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Écosse

(Voir situation sur carte : Écosse)
Bataille de Dupplin Moor

À la bataille de Dupplin Moor le 11 août 1332, l’armée du prétendant Édouard Balliol et des « déshérités » (en anglais : disinherited)[note 1], dirigée par Henri de Beaumont, vainc les forces écossaises, pourtant plus nombreuses.

Contexte[modifier | modifier le code]

Robert Bruce meurt en 1329 laissant à son fils David âgé de cinq ans la couronne d'Écosse. Profitant de cette minorité, Édouard Balliol, fils et héritier de Jean d'Écosse, prédécesseur de Robert Bruce sur le trône d'Écosse, regroupe les nobles écossais exilés qui veulent récupérer leurs biens confisqués après la Bataille de Bannockburn qui mettait fin à la première guerre d'indépendance de l'Écosse. Il bénécifie de l'aide discrète du roi d'Angleterre, Édouard III. Il débarque sur la côte du Firth of Forth et se heurte aux forces des partisans des Bruce conduit par le régent Donald de Mar.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Après avoir débarqué à Kinghorn, la petite armée de Balliol, renforcée d'éléments anglais, marche sur Dunfermline, puis en direction de Perth remontant la rive droite la rivière Earn. Le régent Donald, comte de Mar, dispose d'une force importante et a pris position sur les hauteurs de Dupplin Moor situées sur l'autre rive. Une deuxième armée écossaise, menée par Patrick Dunbar, 9e comte de March arrive également sur les arrières de Balliol.

Ces forces sont disproportionnés, mais Henry de Beaumont est un soldat d'expérience et réagit avec sang-froid et précision. Sans attendre le regroupement des deux armées, il décide de traverser la rivière Earn dans la nuit du 10 août et d'attaquer par surprise. L'armée du comte de Mar, trop confiante, se rend compte de son erreur à la pointe du jour. Mais toute l'armée de Beaumont a eu le temps de traverser et de prendre une position défensive au sommet d'une colline.

Beaumont utilise la tactique que les Anglais vont rendre célèbre lors de la guerre de Cent Ans, avec des chevaliers à pied au centre et des archers sur les ailes. Pris sous une meurtrière pluie de flèches, la plupart des soldats Écossais n’atteignent pas la ligne ennemie et tombent dans une invraisemblable cohue. Les pertes écossaises sont très élevées. Quand le massacre fut finalement terminé, de nombreux nobles et environ 2 000 Écossais avaient péri dont :

Conséquences[modifier | modifier le code]

Édouard Balliol se fait couronner roi d'Écosse, d’abord à Perth, puis à l’abbaye de Scone le 24 septembre. Dès novembre, il rend hommage au roi Édouard III d'Angleterre. Le parti Bruce envoie le jeune David en France pour assurer sa sécurité. Il se ressaisit et Balliol qui n'a pas réussi à s'imposer à la majorité du pays se réfugie en Angleterre où les troupes loyales le poursuivent. Cette intrusion sur le territoire anglais donne le prétexte qu'Édouard III attendait pour dénoncer la violation du traité de Northampton et d'envahir l'Écosse, initiant ainsi la deuxième guerre d'indépendance.

C'est également lors de cette bataille qu'apparaît pour la première fois le dispositif particulier de l'armée anglaise pour la guerre de Cent Ans. Édouard Balliol montre à Édouard III cette tactique lors de la bataille d'Halidon Hill l'année suivante, lequel le réemploie ensuite lors de tous ses affrontements majeurs avec le roi de France, à commencer par la bataille de Crécy en 1346.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Descendants des seigneurs écossais qui avaient été déchus de leurs patrimoines par Robert Ier d'Écosse à cause de leur alliance avec les Anglais lors de la Première Guerre d'Indépendance de l'Écosse.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]