Aymard-François de Nicolaï

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Aymard-François de Nicolaï
Aymard-François-Marie-Christian, comte Nicolaï.jpg
Fonctions
Pair de France
depuis le
Pair de France
depuis le
Maire de Goussainville (d)
-
Chambellan
Napoléon Ier
Ministre plénipotentiaire
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 61 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Famille
Père
Fratrie
Autres informations
Distinctions

Aymard-François de Nicolaï ( - Paris - Paris), est un homme politique français du XIXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Aymard-François était l'un des fils de Aimar-Charles-Marie de Nicolaï[1] , marquis de Goussainville, chancelier et garde des sceaux de l'ordre du Saint Esprit ( - Parisguillotiné le ), et de Philippine Léontine Potier de Novion (1748).

Ayant hérité de la terre de Goussainville au décès de son père, sur l'échafaud révolutionnaire, Aymard-François de Nicolaï fut maire de la commune de 1807 à 1812.

Il était également membre du collège électoral du département de Seine-et-Oise.

Employé par Napoléon dans diverses missions diplomatiques, il fut créé comte de l'Empire le . Chambellan de l'Empereur de 1811 à 1813, il fut envoyé comme ministre plénipotentiaire à Bade, puis à Karlsruhe.

Au retour de l'île d'Elbe, il est nommé pair des Cent-Jours (), et fut maintenu dans ses fonctions de ministre de France à Carlsruhe jusqu'au .

Rayé de la liste des pairs à la seconde Restauration, Nicolaï ne rentra à la Chambre haute qu'après la révolution de Juillet, le . Il y siège sans éclat jusqu'à sa mort. De 1821 à 1830, pendant la minorité de son plus jeune fils, il fut maire de Bercy, aux portes de Paris[2].

L'ancien domaine seigneurial de Goussainville fut vendu par ses héritiers à Théodore Frapart qui fit bâtir vers 1860 une maison bourgeoise dans le parc de l'ancien château.

Mariages et descendance[modifier | modifier le code]

Il épouse en premières noces, le , Alexandrine Charlotte de Malon de Bercy (), fille de Maximilien Emmanuel Charles de Malon, marquis de Bercy, et de Catherine de Simiane. Il en eut :

Veuf, il se remarie, le , avec Eugénie Ursule Maury, veuve de Jean Chrétien Frédéric Hees (17871852), dont :

  • Aymardine Charlotte Élisabeth Stéphanie de Nicolaï ( - Paris - Paris), mariée avec Pierre Victor Ernest de La Garde (18071859), marquis de Chambonas, dont postérité. Ce prétendu mariage est tout à fait faux : Aymardine Charlotte Élisabeth Stéphanie de Nicolaÿ a eu une liaison avec Pierre Victor Ernest de La Garde de Chambonas (qui n'a jamais été marquis puisqu'il est mort un an avant son père) avant le mariage de ce dernier avec Georgina Louise Marie Estelle de Liégeard dont il existe une descendance à ce jour. (Il existe aussi une descendance, hors mariage, issue de la liaison de Pierre Victor Ernest de La Garde de Chambonas avec Aymardine Charlotte Élisabeth Stéphanie de Nicolaÿ.
  • Aymardine Caroline Adrienne Léonie de Nicolaï (), mariée, le , avec Gaston Louis Joseph Ogier d'Ivry (18101880), dont postérité[3].

Fonctions[modifier | modifier le code]

Titre[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Orn ext comte de l'Empire GCOR.svg
Blason Aymard Francois de Nicolay.svg
Armes du 1er comte de Nicolaï et de l'Empire

D'azur, au lévrier courant d'argent accolé de gueules et bouclé d'or ; franc-quartier des comtes officiers de Notre Maison.[4],[5]

Orn ext Marquis et pair ComLH.svg
Blason de la Maison de Nicolaï.svg
Armes des Nicolaï (pairs de France en 1814)

D'azur, au lévrier courant d'argent, au collier de gueules, bordé d'or .[6],[7]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aymar Charles Marie de Nicolaï était conseiller du roi en tous ses conseils, premier président en la Chambre des comptes (1768), chancelier de l'Ordre du Saint-Esprit, garde des Sceaux de l'Ordre du Saint-Esprit, membre de l'Académie française (fauteuil 2, 18 décembre 1788)
  2. Lucien Lambeau, Histoire des communes annexées à Paris en 1859 - Bercy, Paris, Ernest Leroux, , 506 p. (lire en ligne), p. 37-40 & 271
  3. Vicomte Albert Révérend, Armorial du Premier Empire, tome troisième, Paris, Librairie Honoré Champion, rééd. 1974, p. 321-322
  4. Nicolas Roret, Nouveau manuel complet du blason ou code héraldique, archéologique et historique : avec un armorial de l'Empire, une généalogie de la dynastie impériale des Bonaparte jusqu'à nos jours, etc..., Encyclopédie Roret, , 340 p. (lire en ligne)
  5. Louis de La Roque, Armorial de la noblesse de Languedoc, Généralité de Montpellier, vol. 1-2, F. Seguin, (lire en ligne)
  6. Armorial de J.B. RIETSTAP - et ses Compléments
  7. Source : Armory of the French Hereditary Peerage (1814-30) sur www.heraldica.org

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]