Arthur Lyon Bowley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Arthur Lyon-Bowley
Naissance
Bristol (Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni)
Décès (à 87 ans)
Surrey (Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni)
Nationalité Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Domaines Statistique descriptive, économétrie
Institutions London School of Economics
Formation Université de Cambridge
Renommé pour loi de Bowley sur le PNB
Distinctions Médaille Guy (silver, 1895) (Gold, 1935)

Arthur Lyon-Bowley (né à Bristol le – mort dans le Surrey le ) est un statisticien et économiste[1] anglais spécialisé en économétrie. Il a systématisé le recours aux échantillonnages dans les sciences sociales et on lui attribue la rédaction du premier manuel de statistique en anglais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Années de formation[modifier | modifier le code]

Son père, James William Lyon-Bowley, était un pasteur anglican qui mourut en 1870, alors qu'Arthur n'avait pas deux ans, laissant une veuve avec la charge de sept enfants. Arthur effectua ses études secondaires à Christ's Hospital, et obtint une bourse pour étudier les mathématiques à Trinity College (Cambridge). Il fut reçu 10e Wrangler[2] aux Tripos.

À Cambridge, Bowley avait suivi un cours de l'économiste Alfred Marshall, lui aussi ancien wrangler : l'estime réciproque des deux hommes poussa Bowley vers les sciences économiques. Il remporta d'abord le prix Cobden du meilleur essai avec Account of England's Foreign Trade, qui parut en librairie. Marshall veilla ensuite sur la carrière de Bowley, le recommandant à différents postes et lui prodiguant ses conseils : ainsi Marshall lui indiqua que son livre Elements of Statistics contenait « trop de mathématiques[3]. »

L'universitaire[modifier | modifier le code]

À sa sortie de Cambridge, Bowley enseigna de 1893 à 1899 les mathématiques à la St John's School de Leatherhead. Simultanément, il rédigeait des communications sur les statistiques économiques : son premier article pour la revue de la Royal Statistical Society parut en 1895, l'année même de création de la London School of Economics. Bowley en devint l'un des maîtres de conférence, et il conserva des liens forts avec cette institution jusqu'à sa retraite en 1936. Il est d'ailleurs considéré comme l'un des pères intellectuels de cette école, quoiqu'il poursuivît sa carrière à l'University College de Reading, puis en tant que professeur Newmarch à l'University College de Londres (1897–98 and 1927–28). Devenu professeur de la London School of Economics (1915), cette institution lui offrit la première chaire de statistiques jamais créée au Royaume-Uni (1919) ; mais à 'époque, tout restait à faire : Edmund Cecil Rhodes (1892–1964) ne rejoindra l'équipe qu'en 1924[4] et R. G. D. Allen en 1928[5].

Bowley est à l'origine d'un courant de la statistiques économique britannique, né au début des années 1890, qui se caractérise par l'intérêt porté à l'effet du commerce sur les salaires et revenus, et qui s'étendra à l'étude du revenu national dans l'Entre-deux-guerres. Sa collaboration avec Josiah Stamp sur l'évolution du revenu national britannique entre 1911 et 1924 a fait l'objet de vives réactions en son temps (il n'y aura de statistiques régulières sur le revenu national qu'à partir de la Seconde guerre mondiale). Vers 1910, Bowley se mit à inclure les statistiques sociales dans ses recherches, avec l'idée de prolonger les études sociologiques comme Life and Labour of the People in London de Charles Booth[6] (1889–1903) ou « Pauvreté, une étude de la vie Urbaine » de Seebohm Rowntree (1901). Le renouveau méthodologique tenait à l'usage des techniques d’échantillonnage. Bowley a exposé ses principes de l’échantillonnage dans un article de 62 pages publié en 1926. Le chef d’œuvre sociologique de Bowley demeure son monumental New Survey of London Life and Labour. Lyons-Bowley n'hésita pas à faire prendre un nouveau virage à ses recherches dans les années 1930 : avec son jeune collègue R. G. D. Allen, il se lança dans l'étude économétrique des dépenses des foyers[7].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Selon Allen et George, « La personnalité de Bowley était celle d'un homme plutôt timide et renfermé. Il ne se faisait pas vraiment d'amis et les liens étroits avec Edwin Cannan pendant plusieurs années constituent une expérience pratiquement unique. » Sa fille Marian Bowley enseigna elle aussi l'économie[8].

Distinctions et récompenses[modifier | modifier le code]

Bowley a reçu de nombreuses distinctions au cours de sa carrière : Fellow de la British Academy (1922), il a été anobli en 1950. Il a servi le gouvernement au sein de la Royal Economic Society et a été président de la Econometric Society (1938-9). La Royal Statistical Society lui a décerné la Médaille Guy en or en 1935, et il a été président de cette institution en 1938–40[9].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Les Elements of Statistics de Lyons-Bowley sont souvent considérés[10] comme le premier manuel de statistique en langue anglaise. On y trouve exposées les principales techniques des statistiques descriptives utiles aux économistes et aux sociologues, et les premières éditions comportaient même des rudiments de théorie.

Lyon-Bowley n'a pas révolutionné la théorie de la statistique autant que l'avaient fait Karl Pearson, Udny Yule ou F. Y. Edgeworth avant lui. Dans les années 1930, Bowley confiait à Fisher que « Le Pr Edgeworth a beaucoup écrit sur son sujet favori » puis, tapant dans le dos de Neyman :« Je ne suis pas du tout sûr qu'on puisse faire confiance à cette confiance-là [celle d'« intervalle de confiance »][11]. »

L'enseignement de Bowley anticipe plusieurs idées en analyse exploratoire des données popularisées par la suite par John Tukey, comme les diagrammes à tiges et à feuilles, les boîtes à moustaches ou la moyenne pondérée aux quartiles.

Dans son essai The Mathematical Groundwork of Economics[12],[13] il s'est efforcé d'exposer aux économistes les grandes idées et les techniques de l'économie mathématique. Il eut le mérite de faire connaître la boîte d'Edgeworth, souvent appelée dans le monde anglophone Edgeworth-Bowley box[14]. Bowley expose également dans ce livre le concept de variation conjecturale dans la théorie des oligopoles. Il a énoncé la Loi de Bowley qui veut « la proportion du travail dans le PNB soit constante[15]. »

Choix de publications d'A. L. Bowley[modifier | modifier le code]

  • A Short Account of England's Foreign Trade in the Nineteenth Century, 1893.
  • Wages and Income in the United Kingdom Since 1860, 1900.
  • Elements of Statistics, 1901. (4th edition in 1920)
  • An Elementary Manual of Statistics, 1909.
  • Livelihood and Poverty: a study in the economic conditions of working-class households, with A.R. Bennett-Hurst, 1915.
  • The Division of the Product of Industry, 1919
  • The Mathematical Groundwork of Economics, 1924.
  • Has Poverty Diminished? with M.Hogg, 1925.
  • Measurement of Precision attained in Sampling, Bulletin de l'Institut International de Statistique,(1926) 22, Suppl. to Book 1, 1–62. Gallica (after p. 451)
  • The National Income 1924 with J. Stamp, 1927.
  • Bilateral Monopoly, 1928, Economic Journal.
  • F. Y. Edgeworth's Contributions to Mathematical Statistics, 1928.
  • New Survey of London Life and Labour, 1930–35.
  • Family Expenditure with R.G.D. Allen, 1935.
  • Three Studies in National Income, 1939.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Who's Who, vol. 59, (lire en ligne), « Bowley, Arthur Lyon », p. 196
  2. Bowley, Arthur Lyon dans (en) J. Venn et J. A. Venn, Alumni Cantabrigienses, Cambridge, Angleterre, Cambridge University Press, 1922–1958 (ouvrage en 10 volumes)
  3. D'après A. Darnell, D. P. O'Brien et J. R. Presley, Pioneers of Modern Economics in Britain, Londres, Macmillan, , « A.L. Bowley, 1969-1957 », p. 141..
  4. D'après E. Grebenik, « Edmund Cecil Rhodes, 1892–1964 (obituary) », Journal of the Royal Statistical Society, série A, vol. 128, no 4,‎ , p. 615–616.
  5. Graham Upton et Ian Cook, A Dictionary of Statistics, Oxford University Press, (réimpr. 2e) (lire en ligne), « Allen, Sir Roy George Douglas (1906–83) ».
  6. Cf. la notice critique d'A. Demangeon, « La vie et le travail de Londres », Annales d'histoire économique et sociale, vol. 3, no 12,‎ , p. 584-587 (lire en ligne)
  7. D'après A. Darnell op. cit., p. 159: « Le principal apport de Bowley à l'économetrie aura été le révolutionnaire Family Expenditure (1935) qu'il rédigea en collaboration avec R. G. D. Allen. »
  8. John H. Dunning, Seasons of a Scholar : Some Personal Reflections of an International Business Economist, Edward Elgar Publishing, , 232 p. (ISBN 978-1-84844-497-3, présentation en ligne), p. 58
  9. « Royal Statistical Society Presidents » [archive], sur Royal Statistical Society (consulté le 6 août 2010)
  10. C. P. Sanger, « Review: Elements of Statistics by A. L. Bowley », The Economic Journal, vol. 11, no 42,‎ , p. 193–197 (DOI 10.2307/2957149, JSTOR 2957149)
  11. D'après A. Darnell op. cit., p. 165.
  12. F. Y. Edgeworth, « Review: The Mathematical Groundwork of Economics by A. L. Bowley », The Economic Journal, vol. 34, no 135,‎ , p. 430–434 (DOI 10.2307/2222651, JSTOR 2222651)
  13. W. M. Persons, « Review: The Mathematical Groundwork of Economics by A. L. Bowley », Bull. Amer. Math. Soc., vol. 31, no 8,‎ , p. 469–470 (DOI 10.1090/s0002-9904-1925-04111-7, lire en ligne)
  14. Voir V.J. Tarascio, « A Correction: On the geneology of the so-called Edgeworth-Bowley Diagram », Economic Inquiry,‎ , p. 193–197.
  15. Cf. H.M. Krämer, « Bowley's Law: The Diffusion of an Empirical Supposition into Economic Theory », Cahiers d'économie politique/Papers in Political Economy, no 61,‎ , p. 20.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roy D.G. Allen et R. F. George, « Obituary of Professor Sir Arthur Bowley », Journal of the Royal Statistical Society, série A, vol. 102,‎ , p. 236–241
  • W F Maunder et Arthur Lyon-Bowley (1869–1957) in Studies in the History of Statistics Probability, (ed. E S Pearson and M G Kendall) 1970. London: Griffin.
  • A. Darnell, Pioneers of Modern Economics in Britain, Londres, Macmillan, , 140–174 p., « A.L. Bowley, 1969-1957 ».
  • N. L. Johnson et S. Kotz, Leading Personalities in Statistical Sciences from the Seventeenth Century to the Present, New York, Encyclopedia of Statistical Science (réimpr. Wiley, 1997), « Bowley, Arthur Lyon », p. 277–9.

Voir également[modifier | modifier le code]

Arthur Lyon Bowley (Wikisource)