Armand Peugeot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Peugeot.
Armand Peugeot
Description de l'image Armand Peugeot.jpg.
Naissance
à Valentigney, (Doubs)
Décès (à 65 ans)
Neuilly-sur-Seine
Nationalité Drapeau de France Français
Diplôme
Famille

Armand Peugeot, né le 18 juin 1849 à Valentigney, dans le Doubs, France, et mort le à Neuilly-sur-Seine, est un membre de la famille Peugeot, qui a lancé Peugeot dans l'ère de l'automobile et de la bicyclette.

Biographie[modifier | modifier le code]

La famille Peugeot[modifier | modifier le code]

Armand Peugeot est issu d'une famille d'industriels du département du Doubs spécialisée dans la fabrication de moulins à café, de lames de scie, d'outils etc. Il fit des études d'ingénieur à l'École centrale de Paris et succéda à son père et son oncle à la tête de l'entreprise familiale avec son cousin Eugène.

Le projet de fabrication de bicyclettes[modifier | modifier le code]

Armand Peugeot a passé une partie de sa vie à Leeds en Angleterre où il a vu l'importance de la bicyclette dans la vie quotidienne. Lors de la réunion des associés Peugeot du il a dit « Nous devons nous intéresser à la fabrication de vélocipèdes et de tricycles ». Pour accélérer leur fabrication, il n'hésite pas à donner à l'entreprise une partie de son jardin. Dès 1885, les premières bicyclettes sortent ainsi des usines de Peugeot[1].

Le projet de fabrication d'automobiles[modifier | modifier le code]

Visionnaire, Armand Peugeot décide de fabriquer des automobiles. En 1889, il fait construire un tricycle à vapeur entraîné par une chaudière conçue par Léon Serpollet. Il se persuade cependant que le moteur à explosion permet de construire une voiture plus fiable et plus légère. À la même époque, Émile Levassor constructeur de moteurs sous licence Daimler, propose la fabrication d'automobiles à Armand Peugeot. C'est ainsi qu'en janvier 1891, Peugeot produit et commercialise l'une des premières voitures « sans chevaux », un vis-à-vis, suivent les type 2 et type 3. Développant une puissance de 8 ch, elles atteignent une vitesse d'environ 15 km/h.

La naissance d'un empire industriel[modifier | modifier le code]

Contrairement à Armand, son cousin, Eugène Peugeot, est hostile à l'automobile, les deux cousins se séparent. Eugène continue seul les fabrications en excluant les voitures et Armand fonde la « Société des automobiles Peugeot » qui s'installe en partie à Lille, où sont déposés les statuts de l'entreprise le 2 avril 1896. L'usine principale est créée en 1897, dans le Doubs à Audincourt. À la fin du XIXe siècle, s'ajoute l'atelier de Lille-Fives.

En 1910 les deux sociétés fusionnent pour devenir la « Société anonyme des automobiles et cycles Peugeot ».

En 1912, l'usine de Sochaux est inaugurée elle fabrique des camions. Avant la Première Guerre mondiale, Peugeot construit près de 10 000 automobiles, soit la moitié de la production française.

Armand Peugeot meurt en 1915 et est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (95e division)[2].

Remarque[modifier | modifier le code]

  • En 1900 il intègre la commission d'exécution des concours dans le cadre Automobilisme lors des Sports de l'Exposition Universelle de 1900 -non reconnus officiellement par le comité olympique-, durant l'année des Jeux olympiques d'été de 1900[3].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Louis Loubet, La maison Peugeot, Paris, Librairie Académique Perrin,‎ , poche, 576 p. (ISBN 978-2-262-02964-7) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens internes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Armand Peugeot
  2. Paul Bauer, Deux siècles d'histoire au Père Lachaise, Mémoire et Documents,‎ (ISBN 978-2914611480), p. 636
  3. Rapport officiel des JO 1900 part.2, p.307.