Lemaître (pilote)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Photo de deux hommes assis dans une voiture d'apparence hippomobile avec un imposant radiateur à l'avant.
Lemaître avec Armand Peugeot, dans une Peugeot, en 1899.
Photo de côté d'un véhicule d'apparence hippomobile avec quatre personnes à bord, deux à l'avant et autant à l'arrière.
Lemaître (à gauche) au Paris-Rouen (Adolphe Clément-Bayard en passager frontal), en 1894.
Lemaître, remporte sur Peugeot 17 hp en mars 1899 de Nice-La Castellane-Nice, du mile de Nice, et à La Turbie.

Albert Lemaître (dit aussi Georges Lemaître), né en 1865 à Ay (Marne) et mort en 1906 à Paris, est un pilote automobile français, communément reconnu comme étant un conducteur unique du seuil du XXe siècle.

Biographie sous le prénom Albert[modifier | modifier le code]

Né en 1865 à Ay (Marne)[1] et ayant un frère, tous deux sont vendeurs de vin de Champagne pour l'exportation à Épernay, et Albert vend sa Peugeot à la fin de l'année 1899[2].

Le 7 mai 1906 il assassine son épouse à Paris et retourne l'arme du crime contre lui, rue de Miromesnil[3], puis il est acquitté le 6 septembre de la même année devant la cour d'assise de la Seine[4],[5],[6].

Biographie sous le prénom Georges[modifier | modifier le code]

À l'arrêt de la compétition automobile, il repart durant près de deux ans aux États-Unis, après y avoir déjà séjourné quelques années ainsi qu'en Australie, pour s'occuper du lancement des produits d'une marque automobile qu'il y représente grâce à des ouvriers d'origine allemande… en rayonnant autour de New York. Il projette alors d'engager le coureur français Gabriel sur des ovales américains, après sa quatrième place dans la quatrième Coupe Internationale Gordon Bennett de 1903 (sur Mors)[7].

Il devient le codirecteur des champagne Mercier à son retour, étant marié à Blanche Mercier[8].

Palmarès prénom Albert[modifier | modifier le code]

  • Le 21 juillet 1894 il termine deuxième à 29 ans de la première course automobile organisée au monde, le Paris-Rouen sur Peugeot Type 7 3hp à pétrole, avant d'être jugé vainqueur officiel, le premier arrivé (comte de Dion, sur véhicule à vapeur avec chauffeur) n'étant pas éligible pour le prix (global de 10 000 francs)[9].
  • Le 31 janvier 1897, il finit encore deuxième de Marseille-Nice-La Turbie, sur Peugeot[10].
  • Le 21 mars 1899 il gagne Nice-La Castellane-Nice sur Peugeot deux cylindres (19 participants pour 120,7 km)[11].
  • Le 23 mars 1899 il remporte l'épreuve du mille de Nice[12]
  • Le 24 mars 1899 il devient le second vainqueur de la course de côte Nice-La Turbie, sur la nouvelle Peugeot 17hp[13], toujours lors des Courses de Nice, remportant aussi le Mille en vitesse pure sur la promenade des Anglais à 63 km/h[10].
  • Le 6 avril 1899 il remporte Pau-Bayonne-Pau sur Peugeot, en 3 heures et 57 minutes (7 concurrents).

Palmarès prénom Georges[modifier | modifier le code]

Sur Peugeot de 1897 à 1899, puis Benz en 1901[14]

  • Le 31 janvier 1897 il est second de Marseille-Nice-La Turbie sur un parcours de 240 km sur Peugeot[15].
  • Le 15 août 1897 il est troisième du Paris-Trouville (trail de 173,3 km) sur Peugeot.
  • Un an plus tard, le 21 août 1898 il est encore troisième du Bordeaux-Biarritz (trail de 292,75 km parcouru en 8 heures et 4 minutes[16]).
  • En 1899, il remporte Nice-Castellane-Nice sur Peugeot.
  • Le 1er septembre 1899 il termine troisième de Paris-Ostende (323 km) sur Peugeot[17].
  • En 1901 (Nice-Salon-Nice, puis Paris-Berlin) et 1902 il court sur Mercedes, terminant ainsi deuxième de la course de côte Nice-La Turbie au début avril 1901 durant les Courses de Nice[18], et le 7 avril 1902 avec sa Mercedes Simplex 40hp en catégorie Véhicules de moins de 1 000 kg[19].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La France Automobile, 1897
  2. La Vie Automobile, 1899, et version anglaise de l'article
  3. Le Figaro, 8 mai 1906
  4. Le Figaro, 7 septembre 1906
  5. (en) « Lemaitre -- Georges and/or Albert », sur forums.autosport.com,
  6. (en) « Lemaìtre and Giraud », sur forums.autosport.com,
  7. La Presse, 28 décembre 1903
  8. La Presse, 23 août 1903
  9. (en) Rémi Paolozzi, « The cradle of motorsport », sur 8W.forix.com,
  10. a et b « Exposition Une formidable invention à hauts risques - L'automobile dans les Alpes-Maritimes (catalogue de l'exposition des archives départementales des Alpes-Maritimes, 2008) » [PDF], sur departement06.fr
  11. (en) Hans Etzrodt, « GRAND PRIX WINNERS 1895-1949, Part 1 (1895-1916) », sur The Golden Era of Grand Prix Racing
  12. La Vie au grand air, 1er avril 1899 (numéro consacré à la Grande semaine automobile niçoise)
  13. (en) Hans Etzrodt, « HILL CLIMB WINNERS 1897-1949, Part 1 (1897-1914) », sur The Golden Era of Grand Prix Racing
  14. (en) « Courses françaises entre 1895 et 1902 », sur f1evolutions, sites.google.com
  15. (en) « 1897 Grand Prix and Paris Races », sur Teamdan.com
  16. (en) « 1898 Grand Prix and Paris Races », sur Teamdan.com
  17. (en) « 1899 Grand Prix and Paris Races », sur Teamdan.com
  18. Lyon-Sport, no 171, samedi 6 avril 1901, p. 3
  19. (en) « 40 hp Mercedes-Simplex », sur myautoworld.com

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Henry Serrano Villard, The Great Road Races 1894-1914, Littlehampton Book Services Ltd, (1re éd. 1972)
  • (en) Robert Dick, Mercedes And Auto Racing In The Belle Epoque, 1895-1915, McFarland & Co Inc.,
  • René Bellu, Toutes les Peugeot : Des origines aux années 1980, Jean-Pierre Delville,
  • Edmond Marie Joseph Cohin et Paul Couty, L'Historique de la course automobile, résultats des principales courses dans le monde 1894-1965, Clermont-Ferrand, Paul Couty,

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :