Aristodème de Cydathénéon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aristodème.

Aristodème (en grec ancien Ἀριστόδημος) est un philosophe socraticien du Ve siècle av. J.-C. originaire du dème de Cydathénéon.

Disciple de Socrate, il cherche à imiter son maître, dont il est fanatique à l’instar d’Apollodore ou encore Euthydème dont il sera question dans Le Banquet de Platon[1]. Fanatique, dans Le Banquet, Apollodore dit qu’il marchait pieds nus, comme Socrate, donc. Aristodème se démarque par son mépris à l’égard de la religion officielle. Aristophane[2] et Xénophon le raillent, notamment lorsque le dernier le surnomme « Le Nain »[3].

Aristodème est qualifié d’éraste de Socrate, ce qui signifie qu’il est plus vieux que lui[4] : dévoué comme il l’était, il n’est pas concevable qu’il n’ait pas été présent lors de la mort de Socrate ; on le suppose dès lors mort avant son maître[5].

Philosophie[modifier | modifier le code]

Narrateur du Banquet, son discours n’est pas rendu, ce que la philosophe Debrah Nails perçoit comme une marque de son insignifiance[5],[6]. On le présente comme un philosophe qui n’offrait aux dieux ni sacrifices, ni prières ; il n’avait pas recours aux devins et à la divination, et raillait même ceux qui observaient ces pratiques, parce qu'il considère les dieux en manque de besoin. Il ne méprise pas la divinité, mais il la croit trop grande pour avoir besoin de culte.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Platon, Le Banquet [détail des éditions] [lire en ligne], 223c.
  2. Les Banquetteurs, fr. 242 (K 231).
  3. Mémorables, IV.
  4. Le Banquet, 173b.
  5. a et b (en) Debra Nails, The People of Plato, Hackett Publishing, 2002, p. 52–53.
  6. Le Banquet, 180c.

Bibliographie[modifier | modifier le code]