Anne-Marie Day

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Anne-Marie Day
Anne-Marie Day 2015-08-12.jpg

Anne-Marie Day en 2015

Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Parti politique
Fonction

Anne-Marie Day (née le à Grande-Rivière[1]) est une femme politique canadienne. Elle est la députée de la circonscription de Charlesbourg—Haute-Saint-Charles à la Chambre des communes du Canada depuis le 2 mai 2011. Enfant, elle fréquente l’école publique et s’implique dans le mouvement du patronage St-Vincent-de-Paul.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle obtient d’abord un diplôme en sciences humaines au Collège François-Xavier-Garneau de Québec avant de décrocher un baccalauréat en éducation de l’Université Laval. Elle entreprend une formation en aménagement du territoire et en développement régional et obtient un diplôme de maîtrise de l’Université Laval. Bénéficiaire d’une bourse, elle poursuit des études doctorales en environnement et en développement durable à la FUL, Fondation Universitaire Luxembourgeoise, en Belgique.

De retour au Québec, elle travaille en développement local et régional en lien avec les petites et moyennes entreprises, puis développe un vif intérêt pour les causes et les groupes de travail liés à la condition féminine. De 2005 à 2007 et en 2009-2010,  elle est présidente du Regroupement des groupes de femmes région 03 et signataire des deux premières ententes spécifiques en matière de condition féminine dans la région de la Capitale-Nationale (Québec).

Pendant les sept années précédant son élection, Anne-Marie Day est directrice générale du Centre Étape à Québec, un groupe de formation visant l’intégration et la réintégration des femmes sur le marché du travail.

Se réclamant des valeurs sociales-démocrates véhiculées par le NPD et forte de son expérience dans des groupes socio-économiques et féministes, Anne-Marie Day choisit de s’engager dans la politique active sous cette bannière.

Candidate défaite en 2008, elle est élue députée de la circonscription de Charlesbourg—Haute-Saint-Charles à la Chambre des communes aux élections de 2011. Dès lors, elle occupe plusieurs postes dans l’opposition officielle néo-démocrate. D’abord, porte-parole adjointe en matière de ressources humaines et développement des compétences en 2011, puis porte-parole en matière d’assurance-emploi en 2012.

En 2014, on lui confie le dossier des travaux publics et des services gouvernementaux à titre de porte-parole adjointe.

En 2015, à quelques mois des élections fédérales, le chef de l’Opposition officielle Thomas Mulcair confie de nouvelles responsabilités à Madame Day qui devient la porte-parole en matière de francophonie.

De plus, elle fait partie de plusieurs comités parlementaires portant sur les ressources naturelles, sur la condition féminine et sur les langues officielles.

Pendant la 41e législation, elle dépose deux projets de loi : en premier lieu, le projet C-473 qui vise à assurer une représentation équitable des femmes sur les conseils d’administration des sociétés d’état fédérales,  puis, le projet C-663 qui prévoit limiter les frais prélevés sur un chèque ou un prélèvement préautorisé retourné pour provision insuffisante.

Pendant cette période, Anne-Marie Day siège également à l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF) où elle occupe le poste de rapporteure officielle pour le Réseau des femmes. Elle y présente deux études : la première portant sur les femmes et le mouvement coopératif dans la francophonie et la seconde, sur l’évaluation de l’accès des filles à l’éducation primaire dans le monde.  

Anne-Marie Day défend toujours les valeurs du NPD et tentera de se faire élire dans la circonscription de Charlesbourg—Haute-St-Charles aux prochaines élections fédérales de 2015.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « DAY, Anne-Marie, B.Ed., M.A. », fiche de parlementaire, site du Parlement du Canada. Consulté le 9 mai 2012.