Angiotensine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'angiotensinogène, l'angiotensine I et l'angiotensine II sont des peptides impliqués dans la maintenance du volume et de la tension artérielle.
Ils jouent un rôle important dans le système rénine-angiotensine-aldostérone.

Angiotensinogène[modifier | modifier le code]

C'est le peptide précurseur de l'angiotensine.
Il est essentiellement produit et libéré dans la circulation par le foie.
D'un point de vue structurel il appartient à la famille des inhibiteurs des sérine-protéases (serpines) bien qu'on ne lui connaisse pas d'activité inhibitrice d'enzymes.
Sa production est induite par les corticoïdes, les œstrogènes, les hormones thyroïdiennes, et notamment, l'angiotensine II.

L'angiotensinogène humain est un peptide de 485 acides aminés constituant un peptide signal de 33 résidus de long, suivi de 10 résidus finissant par une leucine (Leu) qui formeront l'angiotensine I et finissant par une chaîne de 442 résidus dont le premier acide aminé est une valine (Val) :

  33 aa (signal)-Asp-Arg-Val-Tyr-Ile-His-Pro-Phe-His-Leu-Val-441 aa

Le peptide signal est clivé lors de la sécrétion de la protéine.

Angiotensine I[modifier | modifier le code]

Si la pression artérielle décroît au niveau des reins, ils produisent de la rénine. Celle-ci va cliver la liaison peptidique de l'angiotensinogène entre la leucine (Leu) et la valine (Val), pour libérer le décapeptide angiotensine I :

  Asp-Arg-Val-Tyr-Ile-His-Pro-Phe-His-Leu  |  Val-441 aa

L'angiotensine I a peu d'effet biologique connu. Son rôle principal semble être de se transformer en angiotensine II.

Angiotensine II (ou angiotensine 2)[modifier | modifier le code]

C'est un octapeptide issu du clivage de l'angiotensine I par l'enzyme de conversion de l'angiotensine (ou plus simplement enzyme de conversion) :

  Asp-Arg-Val-Tyr-Ile-His-Pro-Phe  |  His-Leu  

Elle a un rôle fondamental dans le maintien de la pression artérielle via la volémie plasmatique.

Elle entraîne :

L'angiotensine II est la cible de plusieurs antihypertenseurs (médicaments luttant contre l'hypertension artérielle). Il s'agit principalement :

L'angiotensine II peut donner naissance a d'autres angiotensines (III, 4) dont les effets sont proches de l'angiotensine II.

Angiotensine et maladie d'Alzheimer[modifier | modifier le code]

Une étude américaine publiée en janvier 2010, basée sur le suivi durant 4 ans de 820 000 dossiers d'anciens combattants de l’US army, a récemment montré que les anciens militaires traités pour hypertension par des médicaments antagonistes des récepteurs de l'angiotensine (dits « ARA ») avaient 24 % de moins de risque de développer une maladie d'Alzheimer[1].
De plus, ceux qui avaient néanmoins développé la maladie présentaient un moindre risque de mourir, et un risque d'admission de longue durée dans un centre de soins inférieur de 49 %.
Le mécanisme en cause n'est pas encore compris, mais ceci confirme les études antérieures démontrant que l'hypertension était un facteur de risque de démence, et ouvre de nouvelles pistes de prévention ou traitement de la maladie d'Alzheimer[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Nien-Chen Li, Austin Lee, Rachel A Whitmer, Miia Kivipelto, Elizabeth Lawler, Lewis E Kazis, and Benjamin Wolozin. « Use of angiotensin receptor blockers and risk of dementia in a predominantly male population: prospective cohort analysis » BMJ 2010;340:b5465. DOI:10.1136/bmj.b5465 résumé, publié en Creative Commons Attribution Non-commercial License, consulté 2010/04/05)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]