Rénine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rénine
Structure d'une rénine humaine (PDB 2REN[1])

Structure d'une rénine humaine (PDB 2REN[1])

Caractéristiques générales
Symbole REN
N° EC 3.4.23.15
Homo sapiens
Locus 1q32.1
Masse moléculaire 45 057 Da
Nombre de résidus 406 acides aminés

Liens accessibles depuis GeneCards et HUGO.

La rénine (également appelée angiotensinogénase) est une enzyme du système rénine-angiotensine-aldostérone. Elle a été découverte par Robert Tigerstedt en 1898[2]. Chez l'Homme, elle est codée par le gène REN, situé sur le chromosome 1.

Système rénine-angiotensine-aldostérone[modifier | modifier le code]

Rénine : du gène à la protéine

La synthèse de la rénine par les cellules de l'appareil juxta-glomérulaire rénal s'effectue en réponse à :

La rénine est une protéine longue de 340 acides aminés et d'un poids moléculaire de 37 kDa. Le gène de la rénine est situé sur le bras long du chromosome 1 (1q32).

La rénine est d'abord synthétisée sous forme de pro-rénine qui est libéré dans le plasma. Cette pro-rénine est clivée en rénine active au niveau de l'appareil juxta-glomérulaire rénal[3]. Elle peut être également activée sans clivage par une liaison à un récepteur spécifique[4], entraînant un changement conformationnel. Ce récepteur permet l'activation de l'angiotensinogène mais a également d'autres rôles en induisant la production d'autres molécules (transforming growth factor (TGF)-β et plasminogen activator inhibitor (PAI)-1) dont le rôle reste à déterminer[5].

Son rôle est de catalyser la transformation de l'angiotensinogène (protéine synthétisée par le foie) en angiotensine I qui donnera elle-même l'angiotensine II, peptide entraînant une augmentation de la volémie en jouant sur la sensation de soif, la sécrétion d'aldostérone, et le calibre des vaisseaux sanguins.

Inhibiteurs de la rénine[modifier | modifier le code]

L'aliskirène est un inhibiteur spécifique de la rénine. Il permet de faire baisser la pression artérielle chez des patients hypertendus. Les études menées depuis sa commercialisation et notamment les recommandations de la HAS quant à sa prescription, ont montré que son action sur l'hypertension n'est pas supérieure aux autres molécules. En outre il a d'importants effets secondaires, comparables aux IEC + antagonistes de l'angiotensine.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) AR Sielecki, K Hayakawa, M Fujinaga, ME Murphy, M Fraser, AK Muir, CT Carilli, JA Lewicki, JD Baxter et MN James, « Structure of recombinant human renin, a target for cardiovascular-active drugs, at 2.5 A resolution », Science, vol. 243, no 4896,‎ , p. 1346-1351 (PMID 2493678, DOI 10.1126/science.2493678, lire en ligne)
  2. Tigerstedt, Robert; Bergman, Per G., Niere und Kreislauf, Skandinavisches Archiv für Physiologie 8 (1898), pp. 223–271
  3. Reudelhuber, Timothy L.; Ramla, Djamel; Chiu, Linda; Mercure, Chantal; et Seidah, Nabil G.; Proteolytic processing of human pro-renin in renal and non-renal tissues, Kidney International, 1994;46:1522–1524
  4. Nguyen, Geneviève; Delarue, Françoise; Burcklé, Céline; Bouzhir, Latifa; Giller, Thomas; et Sraer, Jean-Daniel; Pivotal role of the renin/pro-renin receptor in angiotensin II production and cellular responses to renin, Journal of Clinical Investigation, 2002;109:1417–1427
  5. Gradman, Alan H.; et Kad, Rishi; Renin Inhibition in Hypertension, Journal of the American College of Cardiology, 2008, 51:519-528

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Chromosome 1 humain