André de Laval (XIVe siècle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir André de Laval.
D'or à la croix de gueules cantonnée de seize alérions d'azur ordonnés 2 et 2 et chargée de cinq coquilles d'argent, le premier canton d'azur semé fleurs de lys d'or chargé d'un lion aussi d'or.

André de Laval, seigneur de Châtillon-en-Vendelais, d'Aubigné, de Loué, Olivet, Montsûrs, Meslay, Courbeveille et Bouère.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Guy VIII de Montmorency-Laval et de Jeanne de Brienne-Beaumont fille d'Agnès.

Il eut de son père en partage, l'an 1292, du consentement de Guy IX de Laval, son frère aîné, les terres de Châtillon, Montsûrs, Meslay et Courbeveille, et de sa mère la seigneurie de Brée (que certains, de manière fantaisiste, attribuent d'abord à un frère hypothétique d'André, Mathieu, puis au fils de ce dernier, François de Laval, époux sans postérité d'une Guyonne, dont aurait hérité son oncle André).

  • Marié avec Eustache de Bauçay (ou Baussay, à Mouterre-Silly : importante famille chevaleresque et baronnie du Loudunais[1] ; cf. le château de Nué ou Nueil-sous-Bauçay à Mouterre-Silly, et le château de La Mothe-de-Bauçay aux Trois-Moutiers), dame de Benais en Touraine. Il en eut :
  1. Jean, chevalier, seigneur de Châtillon, d'Aubigné, Courbeveille, Tinténiac, Bécherel, Romillé, etc., qui épousa Isabeau de Tinténiac : leur fille Jeanne continua les barons puis comtes de Laval en épousant son cousin Guy XII.
  2. Guy : père de Thibault, d'où les seigneurs de Loué et la deuxième Maison (cadette) de Montmorency-Laval.
  3. Marie, dame de Bonnefoy, mariée à Jacques de Surgères, chevalier, seigneur de la Flocelière.
  4. Jeanne, seconde épouse de Guillaume de Courceriers[2].
  5. Alix, femme de Guy L'Archevêque de Parthenay, seigneur de Soubise et de Taillebourg[3].
  6. Marquise, mariée à Guy de Goulaine.

Ses fils Jean et Guy furent commis par Charles V, en 1370, à la garde des châteaux de Bauçay et de Saint-Aubin.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Brossin de Messars[4], Extrait des descendants et ascendants & André de Laval, chevalier, seigneur de Chastillon en Vendelais, et d'Eustache de Bauçay, sa femme, fille aînée de Hugues, surnommé le Grand, seigneur de Bauçay, recueilli par M. Jacques Brossin, vicomte de Messars et de Mère, chevalier de l'ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem, commandeur de Fretay, pour ses intérêts contenus, ès-lettres du roi du 8 mars 1637. Signées Louis et de Loménie, vu par le sieur du Chesne, historien.[5]. in 4° de 27 pages.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Mouterre-Silly, par Jean-Claude Raymond », sur A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou
  2. « Les Seigneurs de Courceriers, Bulletin de la Commission HISTORIQUE ET ARCHÉOLOGIQUE DE LA MAYENNE »
  3. Art de vérifier les dates.
  4. Reçu chevalier de l'ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem en 1594, commandeur de Fretay.
  5. Cet écrit avait pour objet d'établir les parentés de MM. de Brossin de Mère avec les maisons d'Angleterre, de Savoie, et les branches de Bourbon-Vendôme, de Montpensier et d'Orléans-Longueville.

Voir aussi[modifier | modifier le code]