André Pératé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
André Pératé en 1920

André Pératé, né à Nancy le et mort à Versailles le , est un historien d'art français, spécialiste de littérature italienne, et conservateur du Musée de Versailles.

Élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, il est membre de l'École française de Rome de 1884 à 1887. Attaché au musée de Versailles, il en devint le conservateur.

Il assura l'intérim de la direction de l'École française de Rome à la mort de Mgr Louis Duchesne, en 1922.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • L'Archéologie chrétienne, Paris, 1892.
  • Le Vatican, les papes et la civilisation, le gouvernement central de l'Église, avec Georges Goyau et Paul Fabre, Paris, 1895.
  • Le Musée national de Versailles : description du château et des collections, avec Pierre de Nolhac, Paris, 1896.
  • Versailles : le château, les jardins, les Trianons, le musée, la ville, Paris, 1903.
  • Les Fresques de Fra Angelico à Saint-Marc de Florence, Paris, 1914, 2 vol.
  • Une voix lorraine, poésies de la guerre, Paris, 1914.
  • La galerie des batailles au Musée de Versailles, Paris, 1916.
  • Vingt-cinq sanguines, dessins rehaussés et dessins de Maurice Denis, reproduits en fac-similé, Paris, 1918.
  • Sienne, André Pératé Paris Fontemoing 1918, illustré par le graveur Paul Adrien Bouroux
  • Assise, Paris, 1926.
  • Saint François d'Assise, Paris, 1929.
Traductions
  • François d'Assise, Petites fleurs de saint François, esquelles sont contenues sa vie et sa mort et les miracles qu'il fit en diverses parties du monde, et peut à leur exemple tout fidèle chrétien s'acheminer au ciel, Paris, 1911, illustrations de Maurice Denis.
  • François d'Assise, Le Cantique du soleil, suivi du Cantique des trois enfants dans la fournaise avec textes italien et latin, Paris, 1918.
  • Dante Alighieri, La Divine Comédie, Paris, 1922.
  • La Vie de frère Genièvre, illustrée par Maurice Denis, Paris, 1923.