Couvent San Marco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir San Marco.
Couvent San Marco
de Florence
Vue de la façade et du clocher de l'église du couvent
Vue de la façade et du clocher de l'église du couvent

Ordre Dominicain
Fondation XIIIe siècle
Localisation
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région historique Drapeau de la Toscane Toscane
Commune Provincia di Firenze-Stemma.svg Florence
Coordonnées 43° 46′ 18″ N 11° 15′ 13″ E / 43.771667, 11.25361143° 46′ 18″ Nord 11° 15′ 13″ Est / 43.771667, 11.253611

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Couvent San Marco  de Florence

Géolocalisation sur la carte : Florence

(Voir situation sur carte : Florence)
Couvent San Marco  de Florence

Le couvent San Marco est une des parties du complexe religieux situé Piazza San Marco, dans la ville de Florence en Italie, précisément le bâtiment datant du Trecento, le cloître des Silvestrini, aujourd'hui ouvert au public, et qui permet de contempler les fresques de Fra Angelico, son Annonciation à Marie et les décorations de chacune des cellules des moines ; elles furent commandées par Antonin de Florence, alors archevêque de la ville.

On y trouve également la cellule de Savonarole qui fut prieur du couvent.

Histoire[modifier | modifier le code]

Du XIIIe siècle jusqu’en 1436, les moines vallombrosains[1] puis sylvestrins occupèrent l'actuel couvent de San Marco.

Dès 1436, le couvent fut ensuite attribué aux dominicains qui souhaitaient avoir un couvent au sein même de la ville de Florence. Peu de temps après, d’importants travaux de reconstruction furent entrepris, ceci, en partie grâce à l’impulsion de Cosme et Laurent de Médicis. C’est l’architecte, Michelozzo qui eut la charge de ce projet. Ces travaux comprirent la réalisation des dortoirs, du réfectoire et de la bibliothèque.

En 1443, l’église (devenue la basilique San Marco) fut consacrée par le pape Eugène IV qui passa la nuit dans la cellule réservée à Cosme de Médicis.

Les dominicains décidèrent que différents lieux du couvent soient décorés par des fresques ayant valeur de symbole. Ainsi, des fresques ont été peintes dans des lieux de passage et dans les cellules des frères. En 1438, la réalisation de ces fresques fut alors confiée au frère dominicain Giovanni da Fiesole, appelé aujourd'hui par les Français Fra Angelico (Beato Angelico pour les Italiens). Le travail fut achevé par lui et en partie par ses assistants[1] en 1445, date à laquelle Fra Angelico quitta définitivement le couvent San Domenico de Fiesole pour rejoindre celui de San Marco.

Salle de l'Hospice des pèlerins[modifier | modifier le code]

Située à droite de l'entrée du public elle est devenue aujourd'hui l'espace du musée national San Marco consacré au œuvres déplaçables de Fra Angelico provenant d'autres lieux que le couvent.

Cloître de Sant'Antonino[modifier | modifier le code]

Premier espace accessible depuis l'entrée, le cloître dit « de saint Antonin de Florence » fut construit par Michelozzo en 1440. C'est sur cet espace que donnent les cellules des moines. Sur le pourtour du promenoir couvert en voûtes d'arêtes, cinq des lunettes comportent les fresques les plus anciennes de Fra Angelico :

  • San Pietro Martire che ingiunge il silenzio (côté sacristie),
  • San Domenico che mostra la regola dell'Ordine,
  • San Tommaso d'Aquino con la Summa,
  • Cristo pellegrino accolto da due domenicani,
  • Cristo in pietà

et une grande fresque du Calvario con san Domenico, dans l'angle nord-ouest.

Le reste des fresques date de la fin du Cinquecento au début du Seicento (XVIe et XVIIe siècles italiens) avec un cycle des épisodes de la Vie et des miracles de saint Antonin dû à Bernardino Pocetti et d'autres artistes, dont :

  • Sant'Antonino eletto arcivescovo di Firenze, côté est (Pocetti).
  • Predica di sant'Antonino, côté est (Lorenzo Cerrini).
  • Sant'Antonino assolve dalla censura gli Otto di Balia, côté nord (Lorenzo Cerrini).
  • Consacrazione della chiesa di San Marco, côté nord (Alessandro Tiarini).

Des bustes de papes et de cardinaux sont placés près des piliers.

Couloir d'accés entre les deux cloîtres[modifier | modifier le code]

Cet espace de communication entre les deux cloîtres donne également vers le petit réfectoire et aussi, par un escalier, vers les cellules du premier étage. Il est orné de peintures sur châssis : une Crucifixion de Lorenzo Lippi, Le Bon Samaritain, Tobie et l'Ange, Le Baptème de Constantin et Saint Pierre guérissant sainte Agatha de Iacopo Vignali.

Grand cloître dit de Dominique[modifier | modifier le code]

Accessible par le corridor depuis le précédent cloître, par cet espace de communication ; les lunettes du cloîtres sont fresquées par Alessandro Gherardini.

Cloître des morts dit « des Silvestrini »[modifier | modifier le code]

Historiquement le premier des cloître des Silvestrini, il contient, comme une inscription lapidaire le précise, les ossements du Pic de la Mirandole, du Politien et de Girolamo Benivieni.


Salles des réfectoires[modifier | modifier le code]

Situé à droite du cloître de saint Antonin, le grand réfectoire donne accès également aux pièces annexes :

La salle du lavabo et la vieille cuisine[modifier | modifier le code]

  • le Crocifisso sagomato con i santi Niccolò e Francesco, une fresque de Fra Angelico transférée depuis l'Oratoire San Niccolò del Ceppo ;
  • également de Fra Angelico san Pietro martire che fa il segno del silenzio.
  • D'autres artistes : Santi Benedetto e Giovanni Battista, Santi Francesco d'Assisi e Onofrio (panneaux latéraux de la Madone de la salle de l'hospice), une sinopia et une terracotta invetriata.
  • Une Madone, de Paolo Uccello provenant de la maison des Beccuto,
  • Une prédelle détachée du retable de l'Oratoire dell'Annunziata ad Àvane,

Salle capitulaire[modifier | modifier le code]

Chef-d'œuvre de Fra Angelico, cette Crucifixion et saints de Fra Angelico en occupe le tympan de la paroi nord (550 x 950 cm) ; elle date de 1441-1442. (il est dit que le peintre dominicain la termina dans les larmes).

Entourant la composition, une frise en corniche, semi-circulaire en haut et rectiligne en bas, comporte les médaillons de figures saintes, lesquels ont été peints par Benozzo Gozzoli, premier assistant du maître.


La Foresteria[modifier | modifier le code]

Transformé en lapidarium accueillant des vestiges antiques et du ghetto de la ville de Florence provenant des fouilles de sa restructuration du XIXe siècle (comme le porche en pietra serena de la corporation dell'Arte dei Rigattieri, Linaioli e Sarti, par Andrea di Nofri), ce couloir donne accès aux cabinets de travail des prieurs, et chacun des dessus des portes est orné d'un portrait d'un fondateur de l'ordre :

  • Beato Ambrogio Sansedoni par Fra Bartolomeo,
  • Saint Pierre martyrpar Fra Bartolomeo,
  • Saint Dominiquepar Fra Bartolomeo,
  • Saint Thomas d'Aquin par Fra Bartolomeo,
  • Saint Lodovico Bertrando,
  • Saint Raimondo di Pennafort,
  • Saint Giacinto,
  • Tommaso Bonaventura, attribué à Niccolo' Lapi

Cellules des moines et leurs fresques[modifier | modifier le code]

Les cellules des moines se trouvent au premier étage accessible au Nord par l'escalier du couloir de communication entre les deux cloîtres ; leurs ouvertures donnent pour les fenêtres sur le cloître de saint Antonin, pour les portes sur trois couloirs Nord, Est et Sud. Chacune est décorée d'une fresque de Fra Angelico donc toutes restituées dans leur lieu d'origine. La première fresque visible, en face de l'escalier est la célèbre Annonciation

Les liens, titres des images, renvoient chacun vers le détail des images en Commons quand elles existent.
  1. Noli me tangere,
  2. Compianto sul corpo di Cristo,
  3. Annunciazione,
  4. Crocefissione alla presenza dei Santi Domenico e Girolamo,
  5. Adorazione del Bambino
  6. Trasfigurazione
  7. Cristo deriso
  8. Cristo risorto con le pie donne al sepolcro,
  9. Incoronazione della Vergine,
  10. Presentazione al Tempio,
  11. Madonna con Bambino tra i Santi Agostino (o Zanobi) e Tommaso
  12. Entrée dans l'appartement du Prieur
  13. Cellule de Savonarole sans fresque
  14. Objets de et tableaux sur Savonarole
  15. Crocifisso adorato da san Domenico
  16. Crocifisso adorato da san Domenico
  17. Crocifisso adorato da san Domenico
  18. Crocifisso adorato da san Domenico
  19. Crocifisso adorato da san Domenico
  20. Crocifisso adorato da san Domenico
  21. Crocifisso adorato da san Domenico
  22. Crocifisso adorato da san Domenico.
  23. Crocifisso con la Vergine,
  24. Crocifisso con la Vergine, san Domenico e angeli,
  25. Battesimo di Cristo,
  26. Crocefissione con la Vergine, la Maddalena e San Domenico,
  27. Cristo in pietà tra la Vergine e San Domenico (o San Tommaso),
  28. Flagellazione con la Vergine e San Domenico,
  29. Cristo portacroce,
  30. Cristo crocifisso tra la Vergine e san Pietro Martire, di Benozzo Gozzoli.
  31. Cristo in Limbo.
  32. Il Sermone della montagna
  33. la preghiera nell'orto degli ulivi
  34. La caturra di Cristo
  35. Comunione degli Apostoli.
  36. pas de fresque
  37. Crocefissione
  38. Antichambre
  39. Adorazione dei Magi
  40. Crocefissione
  41. Crocefissione
  42. Crocefissione.
  43. Crocefissione.
  44. Crocifisso con san Marco (?), un centurione, san Domenico e le pie donne Maria e Marta
Cellules du corridor Est à Sud ( 1 à 30) - Cellules du corridor Nord (31 à 44) -

Une fresque de Fra Angelico figure également dans le couloir Est entre les cellules 24 et 25 : La Madone des ombres, une Conversation sacrée rassemblant la Vierge à l'Enfant trônant entouré des saints Dominique, Côme et Damien, Marc, Jean, Thomas d'Aquin, Laurent et Pierre martyr.

Cellule de Savonarole[modifier | modifier le code]

La dernière cellule est celle de Savonarole, contenue dans l'appartement du prieur constitué de trois pièces (no 12-13-14 couloir Sud), des vitrines exposent des objets, certains personnels, comme son cilice, sa ceinture de crin, sa cape blanche en laine, un portrait réalisé par Fra Bartolomeo et le tableau représentant son supplice sur la Piazza della Signoria. Dans la cellule 12 un monument de Giovanni Duprè est consacré à Savonarole, comme son portrait par Francesco della Robbia.

Bibliothèque de Michelozzo[modifier | modifier le code]

Accessible depuis le milieu du corridor Nord c'est une des plus prestigieuses bibliothèques de la Renaissance italienne, tout à la fois humaniste et théologique, qu'avait constituée l'érudit Niccolò Niccoli, conseiller de Cosme l'Ancien de Médicis qui en avait confié la construction à Michelozzo pour conserver son extraordinaire collection de bibliophilie et exécuter sa volonté testamentaire destinant ses codex à l’usage public, tout en continuant de l’enrichir et de la compléter.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Sandra Orienti, Florence et son charme, Ramella, Florence, 1956, p. 170

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :