Catherine Pégard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Catherine Pégard
Naissance (62 ans)
Nationalité Française
Profession
Journaliste
Activité principale
Distinctions

Catherine Pégard, née le au Havre, est une journaliste politique. Elle a accompli l'essentiel de sa carrière au Point dont elle fut rédactrice en chef. Elle a été nommée, à la mi-mai 2007, à l'Élysée, conseiller du président de la République, Nicolas Sarkozy, chargée du « pôle politique » de l'Élysée depuis le 15 mars 2008. Elle devient le 2 octobre 2011 présidente de l'établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles.

Début de carrière[modifier | modifier le code]

Lycéenne, elle fait ses premiers pas dans le journalisme sous la houlette de Roger Campion, rédacteur en chef de la Presse havraise.

Après des études d'histoire et de sciences politiques, Catherine Pégard commence sa carrière de journaliste en 1977, au quotidien J'informe, lancé par Joseph Fontanet et qui eut une durée de vie des plus brèves (du 19 septembre au 15 décembre 1977). De 1978 à 1982, elle entre au service politique du Quotidien de Paris (Groupe Quotidien), le journal dirigé par Philippe Tesson.

Au Point[modifier | modifier le code]

En 1982, elle entre au Point, comme journaliste au service politique, dirigé alors par André Chambraud. Elle y couvre plus particulièrement le secteur de la droite parlementaire. Lorsque Denis Jeambar devient rédacteur en chef du service politique, elle devient rédactrice-en-chef adjointe, puis rédactrice-en-chef après le départ de Denis Jeambar pour Europe 1. Au Point, Catherine Pégard publie chaque semaine un « bloc-notes politique » nourri dans les coulisses de la politique. Parallèlement, elle débat de l’actualité politique sur Radio Classique avec Jean-Marc Lech. À partir d'octobre 2004, elle coanime également l'émission Les Femmes et les Patrons d'abord sur Paris Première, aux côtés d'Alexandra Golovanoff.

« Ses papiers, informés, maîtrisés, l'ont hissée au rang des journalistes qui comptent et qui contribuent, à leur place, à la formation du jugement des citoyens » écrit d'elle dans son blog le journaliste Jean-Michel Aphatie[1].

À l'Élysée[modifier | modifier le code]

Catherine Pégard quitte Le Point pour être aussitôt nommée conseillère du président dès les premiers jours de l'installation de Nicolas Sarkozy. La nomination comme conseillère du président d'une journaliste d'un grand média, rédactrice en chef du Point, a suscité une controverse[2].

Conseillère du Président de la République sans étiquette depuis mai 2007, Catherine Pégard prend à la mi-mars 2008 la tête du nouveau « pôle politique » créé à la Présidence, intégrant le carré des plus proches collaborateurs du Président[3]. Elle y a été secondée par Jérôme Peyrat, le conseiller chargé des relations avec le Parlement. Le conseiller à l'Outre-Mer, Olivier Biancarelli a ensuite renforcé les effectifs de cette cellule, et y a pris un rôle prépondérant[4].

Catherine Pégard, par la suite, a été chargée de dossiers culturels à l'Élysée[2][Lesquels ?].

Au château de Versailles[modifier | modifier le code]

Catherine Pégard a été nommée à la présidence de l'établissement public du château de Versailles lors du conseil des ministres du , avec une prise de fonction le 2 octobre[5],[2], pour succéder à Jean-Jacques Aillagon, qui avait atteint la limite d'âge.

La nomination de Catherine Pégard a été dénoncée publiquement par quelques professionnels du patrimoine, regrettant qu'elle ne possède pas d'expérience dans la gestion d'une administration culturelle[6],[7],[8],[9],[10] ainsi que par des commentateurs politiques parlant de « fait du prince »[11],[10].

Elle est reconduite à son poste pour trois ans en septembre 2016, avec comme bilan l'ouverture de 6 000 m² de salles supplémentaires au public, une fréquentation en hausse de 4 % jusqu'en 2015, une politique de mécénat ayant réussi à réunir 70 millions d'euros mais aussi des critiques, comme avoir accepté l'argent de l'homme d'affaires coréen controversé Yoo Byung-Eun[12], l'achat de meubles contrefaits ou les failles de sécurité lors des vandalismes du Vagin de la reine, œuvre d'Anish Kapoor exposée dans le parc[13].

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Itv Bernard Tapie », Le blog de Jean-Michel Aphatie, 16 mai 2007.
  2. a, b et c Anne-Laëtitia Béraud, « Une conseillère de Nicolas Sarkozy nommée au Château de Versailles », 20minutes.fr, 31 août 2011.
  3. Stéphane Colineau, « L'autre femme que Sarkozy écoute », 20 minutes, 9 avril 2008.
  4. « Nicolas Sarkozy recadre le travail de ses conseillers à l'Elysée », Arnaud Leparmentier, Le Monde, 13 avril 2010
  5. Décret du 1er septembre 2011
  6. « Catherine Pégard, d’un château à l’autre », artclair.com, 31 août 2011 : « Il semble que le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand a dû se creuser la tête pour faire l’éloge de Catherine Pégard. [...] Elle rejoint ainsi la longue liste des membres de cabinets ministériels qui se voient récompensés de leurs bons et loyaux services par la direction d’un opérateur public plus ou moins prestigieux, sans que leur parcours professionnel plaide nécessairement en leur faveur »
  7. « À Versailles, Sarkozy détrône Aillagon », Libération, 31 août 2011, p. 27
  8. Libération, 31 août 2011
  9. Didier Rykner, « Le scandale de la nomination de Catherine Pégard à la tête de Versailles », La Tribune de l'art, 30 août 2011 : « Celle-ci n’a jamais en effet travaillé de près ou de loin dans le domaine des musées ou de la culture et n’a aucun cursus universitaire qui la prédisposerait à ce poste. [...] C’est une véritable gifle pour les conservateurs de musée et pour les historiens de l’art en général »
  10. a et b Laurent Gervereau, « Non au nouveau fait du prince à Versailles ! », Le Monde, 5 août 2011
  11. François Krug, « Pégard à Versailles : Sarkozy renoue avec le « fait du prince » », Rue89, 1er septembre 2011
  12. Yoo Byung-eun dit Ahae, un bien encombrant mécène, le Figaro, 19 juin 2014
  13. Roxana Azimi, « Catherine Pégard reste au château de Versailles », lemonde.fr, 29 septembre 2016.

Autre source[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]