André Baudry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baudry.

André Baudry, né le à Rethondes, est le créateur de la revue homophile Arcadie.

Ancien séminariste, puis professeur de philosophie dans l'enseignement privé, il s'intéresse au débat sur la sexualité après la publication du rapport Kinsey en 1948, du Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir, en 1952 et la même année, de la thèse de théologie intitulée Vie Chrétienne et problèmes de la sexualité de l’abbé Oraison. Cette thèse qui prend clairement position pour une attitude plus compréhensive de l'Église vis-à-vis de l'homosexualité est mise à l'index l'année suivante.

La revue créée par André Baudry eut le soutien de Roger Peyrefitte et Jean Cocteau. Elle fut aussitôt interdite aux mineurs et censurée. André Baudry fut poursuivi en 1955 pour outrage aux bonnes mœurs et condamné à 400 000 francs d'amende[1]. En juillet 1960, lors de l'adoption de l’amendement Paul Mirguet comptant l'homosexualité parmi les « fléaux sociaux », il supprima les petites annonces et les photographies de la revue, de crainte qu'elle ne soit frappée d'interdiction.

Le nombre de ses abonnés oscillait entre 1300 et 10 000. Son abonnement permettait de faire partie du club Arcadie.

En 1975, André Baudry est invité à témoigner à la télévision dans les Dossiers de l'écran. Il renomme l'association Arcadie « Mouvement homophile de France ». En 1979, il invite à un grand congrès de nombreux intellectuels sympathisants comme Michel Foucault, Robert Merle, ou Paul Veyne.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. cf. Julian Jackson, « Arcadie », éditions Autrement, page 101. Afin de ne pas effrayer les membres d'Arcadie, il affirmera longtemps ne pas avoir été condamné.