Jacques de Ricaumont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jacques de Ricaumont
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
Nationalité
Autres informations
Distinction

Jacques de Mieulet de Ricaumont dit Jacques de Ricaumont (1913-1996), est un homme du monde, écrivain et chroniqueur français, connu pour ses opinions politiques d'extrême-droite, cofondateur du groupe homophile Arcadie et fondateur du Cercle Montherlant.

Origines[modifier | modifier le code]

Jacques de Ricaumont (de son nom complet Jacques de Mieulet de Ricaumont), né le 8 juillet 1913 à Romans (Deux-Sèvres) et mort le 1er janvier 1996 à Paris, était issu de la famille de Mieulet de Ricaumont, originaire du Languedoc, anoblie en 1684 comme capitoul de Toulouse.

Parcours[modifier | modifier le code]

Homme du monde, écrivain, chroniqueur au Figaro[1], ami personnel de Jean-Marie le Pen[2] et connu pour son engagement politique à l'extrême droite[3], partisan, comme ses amis, de l’Algérie française, il fréquentait des militants de l'OAS. Proche des milieux monarchistes, son salon parisien où il recevait était réputé[4].

Écrivain, il a publié un Éloge du snobisme au Mercure de France et La Comtesse de Châteaubriant ou les Effets de la jalousie chez Robert Laffont. Il a collaboré à La Revue des Deux Mondes, à la revue de La Table ronde [5], à la revue La Parisienne, à la revue Arcadie, au quotidien Combat, au quotidien Le Figaro.

Il cofonda avec l'ancien séminariste et philosophe André Baudry et l'écrivain Roger Peyrefitte le groupe homophile Arcadie[6],[7].

Il fut le fondateur en 1983 à l'instigation du Front national[8],[9] du Cercle Montherlant.

Il fut membre de l'Association pour la sauvegarde et l’expansion de la langue française (Asselaf).

Avec Guy-Louis Duboucheron et Maria Pia de Savoie présidente de l’Association des amis d’Oscar Wilde , il a créé le prix Oscar-Wilde remis par le Cercle Oscar Wilde. Le premier prix a été attribué en 2000 à Frédéric Mitterrand pour son livre Un jour dans le siècle[10].

Publications[modifier | modifier le code]

  • La Comtesse de Chateaubriant ou les Effets de la jalousie (roman), Robert Laffont, 1955.
  • Hommage à Arno Breker, Marco-Édition Bonn-Paris 1975, (éd) Joe F. Bodenstein.
  • Visites à messieurs les curés de Paris (récit), La Table Ronde, 1981.
  • Les Principes (roman), Mercure de France, 1982.
  • Le Reniement, Jean-Cyrille Godefroy, 1985.
  • Jacques de Ricaumont, Eloge du snobisme, Paris, Mercure de France, (ISBN 978-2-7152-1800-0, OCLC 28971347).

Littérature[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Mort de Jacques de Ricaumont », Libération,‎ (lire en ligne)
  2. Différence, magazine du MRAP, No 74, janvier 1988, « La nébuleuse du Front National », page 20.
  3. L'Express, Partie 2, Presse-Union, 1981, page 30.
  4. Gabriel Matzneff, Boulevard Saint-Germain, éditions du Rocher, p. 63,
  5. Paul Morand, Journal inutile, Gallimard
  6. (en) Gert Hekma, Harry Oosterhuis, Gay Men and the Sexual History of the Political Left, Psychology Press, 1995, page 32.
  7. (en) Owen Heathcote, Alex Hughes, James S. Williams, Bloomsbury Academic, 1998, page 10, Gay Signatures: Gay and Lesbian Theory, Fiction and Film in France, 1945-1995.
  8. Christophe Hameau, La Campagne de Jean-Marie Le Pen pour l'élection présidentielle de 1988, L.G.D.J., 1992, page 32.
  9. (en) Harvey Gerald Simmons, The French National Front: The Extremist Challenge To Democracy, Westview Press, 1996, page 192.
  10. « L'Hôtel », sur le site Cosmopolis (version française), (consulté le 29 novembre 2013).


Liens externes[modifier | modifier le code]