Amendement Mirguet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L’amendement Mirguet du député Paul Mirguet a temporairement introduit en France l’homosexualité dans la catégorie des « fléaux sociaux » et a notamment abouti, de 1960 à 1980, à ce que les peines encourues pour outrage public à la pudeur (par exemple, rapport sexuel dans un lieu public) soient augmentées dans le cas de rapports homosexuels.

Processus législatif[modifier | modifier le code]

L’amendement Mirguet est en réalité le sous-amendement no 9 à l’amendement no 8 de la commission des Affaires culturelles à l'article 38 relatif à la « Constitution des mesures nécessaires pour lutter contre certains fléaux sociaux » en France, dans le cadre du débat d'une loi d'habilitation autorisant à prendre par ordonnances des mesures contre lesdits fléaux sociaux[1] « pendant un délai de quatre mois à compter de la promulgation de la présente loi ».

Ce sous-amendement fut adopté par l'Assemblée nationale (vote à main levée), le [2], à l'initiative de Paul Mirguet, député UNR (gaulliste) de Metz : afin de réprimer et de combattre l'homosexualité, celle-ci fut classée en tant que « fléau social » dans une liste de fléaux, au même rang que l’alcoolisme, la tuberculose, la toxicomanie, le proxénétisme et la prostitution, contre lesquels le gouvernement était autorisé à légiférer par ordonnances. Mirguet parle donc de l'homosexualité comme d'un « fléau social (…), fléau contre lequel nous avons le devoir de protéger nos enfants » [3],[4],[5]. L'amendement reçut le soutien de Marcelle Devaud, rapporteur de la commission des affaires culturelles. Le gouvernement, par la voix de Bernard Chenot, ministre de la Santé publique et de la Population, s'en remit à l'avis de l'Assemblée.

La loi fut promulguée le . La même année, l’ordonnance du [6] complète l'article 330 du Code pénal d'un alinéa 2, en prévoyant un doublement des peines minimales encourues pour outrage public à la pudeur « lorsqu'il consistera en un acte contre nature avec un individu de même sexe », comprendre « dans le cas de rapports homosexuels »[7].

L'article 330 alinéa 2 sera abrogé en décembre 1980 dans le cadre d'une loi redéfinissant diverses infractions sexuelles, dont le viol[8], sur proposition[9] du gouvernement Raymond Barre (présentée par Monique Pelletier, secrétaire d’État, reprenant la proposition de loi no 261 du d’Henri Caillavet[10]).

Contexte[modifier | modifier le code]

Le député Mirguet fut influencé[11] par les positions du psychiatre catholique Marcel Eck, dont notamment : « L'homosexualité paraît prendre actuellement un développement inquiétant, au point que l'on peut parler d'un véritable péril homosexuel »[12]. Il justifiera par ailleurs son amendement dans une réponse à la revue Arcadie en déclarant que le fait d'assister à « l'exemple » « d'actes contre nature » ferait devenir homosexuel les personnes y assistant : « [...] j'ai des enfants et [...] je devine quel peut être le désespoir d'un père apprenant que son fils a été amené à commettre des actes contre nature par suite de déplorables exemples d'adultes sans scrupules [...] »[4].

Paul Mirguet se base partiellement sur la situation des vespasiennes, alors lieux de drague et de rencontre pour homosexuels[13], ce qui permettait aux autorités de faire régulièrement des arrestations au motif d'outrage public à la pudeur, dans un objectif plus général de répression de l'homosexualité[14].

Par ailleurs, autre élément sociétal ayant pu peser dans l'adoption de l'amendement, la presse de l'époque avait tendance à régulièrement amalgamer homosexualité et pédophilie, comme à l'occasion de l'affaire Charles Trenet, où Trenet est accusé d'avoir eu des relations sexuelles avec des hommes de 18 ans et plus, mais de moins de 21 ans, la majorité sexuelle étant à cette époque de 15 ans pour les relations hétérosexuelles mais de 21 ans pour les relations homosexuelles, et voit ainsi son cas comparé à des scandales de pédophilie[15]. La couverture de ce type d'affaires a pu contribuer à ce que l'opinion publique lie fréquemment homosexualité et pédophilie.

La France adopte en 1968 la classification internationale des maladies de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans sa version 9 (CIM-9), qui reprenait le DSM-II pour les maladies mentales, dans laquelle figurait, jusqu’à l'adoption de la nouvelle CIM-10 le , l’homosexualité et la transsexualité dans sa section 302[16], et dix ans plus tard en février 1978, la plupart des titres de la presse homosexuelle de l’époque sont interdits à la vente aux mineurs et à l’affichage par le ministère de l’Intérieur[17]. Ces interdictions ont cependant été rapidement contournées par des changements de titres.

Les évolutions dans l'opinion publique des années 1970, les revendications et les actions du Front homosexuel d'action révolutionnaire (FHAR) et du Comité d'urgence anti-répression homosexuelle (CUARH), les tabous qui se sont levés ont permis de libérer la parole. L'arrivée au pouvoir d'un gouvernement socialiste mené par François Mitterrand amène à la radiation des dispositions jugées discriminatoires à partir du  (le ministre de la Santé, Edmond Hervé, annonce retirer l'approbation française à la section 302 de la CIM-9[18]) et en particulier avec la loi du [19].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Loi no 60-773 du autorisant le Gouvernement à prendre, par application de l'article 38 de la Constitution, les mesures nécessaires pour lutter contre certains fléaux sociaux
  2. Assemblée nationale, « Compte-rendu intégral des débats », , p. 1981.
  3. Archives de l'Assemblée nationale
  4. a et b http://semgai.free.fr/contenu/archives/Assemblee_juillet_60/mirguet.html
  5. Esther Benbassa et Jean-Christophe Attias, La haine de soi: Difficiles identités, Editions Complexe, (ISBN 978-2-87027-807-9, lire en ligne)
  6. L’ordonnance no 60-1245 du « relative à la lutte contre le proxénétisme »
  7. « M. Caillavet demande la suppression de textes discriminatoires à l'égard des homosexuels », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  8. Loi no 80-1041 du « relative à la répression du viol et de certains attentats aux mœurs » ; article 1 section V
  9. « Compte-rendu intégral des débats du  », sur Sénat, p. 1850-1852
  10. « Proposition de loi tendant à abroger l’alinéa 2 de l’article 330, et l’alinéa 3 de l’article 331 du Code pénal »
  11. Jackson 2009.
  12. Eck 1960.
  13. https://www.liberation.fr/france/2019/11/18/vespasiennes-petit-coin-gros-tabous_1764159/
  14. https://www.actu-juridique.fr/theorie-sociologie/a-paris-comment-loutrage-public-a-la-pudeur-servait-a-reprimer-lhomosexualite/
  15. https://www.rtbf.be/article/affaire-charles-trenet-quand-on-est-homosexuel-on-est-forcement-un-traitre-une-femmelette-et-un-collabo-10584540
  16. Briki 2009.
  17. https://www.erudit.org/fr/revues/memoires/2011-v3-n1-memoires1830163/1007576ar/ paragraphe 7
  18. Idier 2013, p. 172.
  19. Ariane Chemin, « « Infliger des peines aux homosexuels, c’était ré-vol-tant » : en 1982, le plaidoyer de Robert Badinter pour la cause gay », sur lemonde.fr, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Paul Aymon, « L'homosexualité est-elle un “fléau social” ? », L'Express,‎ (lire en ligne)
  • Malick Briki, Psychiatrie et homosexualité : Lectures médicales et juridiques de l'homosexualité dans les sociétés de 1850 à nos jours, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, coll. « Thesis », , 232 p. (ISBN 978-2-84867-251-9, lire en ligne)
  • Marcel Eck, Les parents et les éducateurs devant le péril homosexuel, Paris, Centre catholique d'éducation familiale,
  • Antoine Idier, Les Alinéas au placard : L’abrogation du délit d’homosexualité (1977-1982), Paris, Cartouche, coll. « Cartouche idées », , 201 p. (ISBN 978-2-36622-003-2)
    Thierry Pastorello, « Antoine Idier, Les alinéas au placard : l’abrogation du délit d’homosexualité (1977-1982) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, no 124,‎ , p. 223-229 (lire en ligne)
  • Julian Jackson (trad. de l'anglais par Arlette Sancery), Arcadie : La vie homosexuelle en France, de l’après-guerre à la dépénalisation [« Living in Arcadia »], Paris, Autrement, coll. « Mutations », , 363 p. (ISBN 978-2-7467-1327-7)
Michelle Zancarini-Fournel, « Julian Jackson, Arcadie. La vie homosexuelle en France de l’après-guerre à la dépénalisation », Clio. Femmes, genre, histoire, no 31,‎ , p. 313-317 (lire en ligne)
Florence Tamagne, « Julian Jackson, Arcadie. La vie homosexuelle en France de l’après-guerre à la dépénalisation », Histoire@Politique, no 20,‎ (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]