Alice Brisset

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alice Brisset
Fonction
Sénateur (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
BagneuxVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Parti politique

Alice Brisset, née le à Paris (Seine) et morte le à Bagneux (Hauts-de-Seine), est une femme politique française. En 1926, elle est élue au Comité central du Parti communiste français (PCF) et le demeure jusqu'en 1929. De 1927 à 1929, elle avait été membre de la commission exécutive de la CGTU et, de 1946 à 1951, de la commission administrative de la CGT.

Biographie[modifier | modifier le code]

  • 1906 : elle est apprentie teinturière.
  • 1917 : elle participe activement à la grève des "midinettes" parisiennes.
  • 1920 : elle rejoint le PCF après le congrès de Tours.
  • 1922 : elle apparaît comme une des principales figures du mouvement révolutionnaire parmi les femmes de la région parisienne. En Seine-et-Oise, elle participe à la création d'une "sous-commission féminine du travail".
  • 1923 : elle devient secrétaire de la Fédération communiste de Seine-et-Oise. En novembre, elle devient, au congrès de Bourges, membre de la commission féminine de la CGTU.
  • 1924 : jusqu'à cette date, elle habite chez ses parents, à Montigny-les-Cormeilles en Seine-et-Oise. Puis, elle vit maritalement à Paris, rue du Faubourg Saint-Denis. Cette année-là, au congrès de Lyon du PCF, elle est élue membre de la commission des conflits et de la commission féminine du Comité directeur du PCF. Sur le plan syndical, elle devient la déléguée de la commission féminine de la CGTU à la commission exécutive de celle-ci.
  • 1925 : lors du congrès de la CGTU, elle devient secrétaire de la commission féminine.
  • 1926 : elle assiste au congrès de Lille du PCF et devient membre de son Comité central. En novembre, elle devient membre de la commission exécutive de la Fédération CGTU du Textile, pour le vêtement.
  • 1927 : elle donne sa démission de la commission exécutive de la CGTU pour protester contre Suzanne Girault, qui lui donne, pour le PCF, des instructions impératives à propos de son travail syndical. Depuis le début de l'année, elle collaborait régulièrement à l'Humanité.
  • 1928 : lors d'une conférence de la Région parisienne du PCF, elle prend la défense d'un ami en conflit avec la direction du PCF.
  • 1929 : elle n'est réélue ni au Comité central du PCF ni à la commission exécutive de la CGTU.
  • 1930 : elle est appréhendée par la police alors qu'elle harangue les ouvriers des établissements Hachette.
  • 1935 : son compagnon et elle s'installent, rue du Ranelagh, à Paris.
  • 1936 : après la réunification syndicale, elle siège à la direction de la Fédération CGT Textile-Habillement.
  • durant l'Occupation : elle milite dans l'Indre.
  • 1946 : elle devient membre de la commission administrative de la CGT et conseillère de la République, jusqu'en 1948.
  • 1950 : elle entre au Conseil économique et y siège durant deux ans.
  • 1951 : elle devient membre de la commission de contrôle financier de la CGT et le demeure jusqu'en 1963.
  • 1960 : elle est élue conseillère municipale à Bagneux et le demeure jusqu'en 1970.

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]