Alfred Dehodencq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alfred Dehodencq
Alfred Dehodencq.jpg

Alfred Dehodencq, Portrait de l'artiste (1848),
Paris, musée d'Orsay.

Naissance
Décès
(à 59 ans)
Paris
Nationalité
Activité
Maîtres
Élèves
Mouvement
Distinction
chevalier de la Légion d'honneur‎ (d) +
Sépulture d'Alfred DEHODENCQ - Cimetière Montmartre

Alfred Dehodencq[1], né le à Paris, où il est mort le [2], est un peintre orientaliste français.

Il est le fils de Pierre-Alexis Dehodencq et d’Aimée-Félicité Dutocq, il épouse en 1857 Marie-Amalda Calderon y Sarmiento[3], une espagnole de Cadix. Il est le père du peintre Edmond Dehodencq[4], né à Cadix en 1860, mort à Paris en 1887. Ce fils fut surnommé « le Mozart de la peinture », élève de son père, il expose pour la première fois à l’âge de 11 ans[5]

Biographie[modifier | modifier le code]

Alfred Dehodencq entre à l'École des beaux-arts de Paris dans l'atelier de Léon Cogniet. Il part vivre au Maroc pendant neuf ans après un séjour en Espagne. Il peint des scènes de la tradition juive ainsi que des scènes urbaines.

Un tableau comme La Justice du Pacha (musée Salies à Bagnères-de-Bigorre) reflète combien Dehodencq a été saisi par le Maroc, ses couleurs, sa lumière et les mœurs de ses habitants. Il dit avoir « cru en perdre la tête[réf. souhaitée] » en découvrant ce pays auquel il allait s'attacher passionnément. De juin à juillet 1853 Dehodencq visite Tanger, Tétouan, Larache, Mogador, Rabat, Salé. Dès juin 1854, il séjourne chez le consul de France à Tanger pendant un an, puis, de 1855 à son retour définitif en France en 1863, il s'installe à Cadix en Espagne, tout en faisant des séjours à Tanger.

Inspiré par la vie et la mort de Sol Hachuel, Dehodencq peint Exécution d'une juive au Maroc (ou L'Exécution d'une Juive marocaine) (1860), qui figure parmi ses tableaux les plus connus . Cette peinture avec son atelier a été détruit par une foule en colère [6]

De retour à Paris avec son épouse, Maria Amelia Calderon, il représente des thèmes plus populaires, des scènes enfantines et des scènes de genre. Georges-Antoine Rochegrosse fut son élève. Dehodencq est décoré de la Légion d'honneur en 1870. Les œuvres de la dernière période sont essentiellement des portraits.

Dehodencq eut une grande influence sur Auguste Renoir, en particulier pour les portraits d'enfants et les scènes domestiques.[réf. souhaitée]

Remarquable dessinateur, ses dessins sont conservés au musée d'art Dahesh de New York, au musée des beaux-arts de San Francisco, au musée national des beaux-arts d'Alger, au musée du Louvre, etc.

Une rue du 16e arrondissement de Paris porte son nom.

Il est inhumé au cimetière Montmartre, 22e division, avec son épouse et son fils Edmond, la stèle est surmontée d'un buste d'Alfred Dehodencq, œuvre de son fils Edmond. Théodore de Banville, ami de la famille a fait un discours lors des obsèques et a dit un poème, ce poème il sert d'épitaphe (difficile à lire sur la stèle) :

   Notre Alfred Dehodencq est là, sublime artiste.
   Créateur toujours jeune et prêt à l’action,
   Il peignit l’Orient de pourpre et d’améthyste,
   Les combats de l’Histoire et de la Passion.
   Jusqu’au dernier moment gardant sa foi première,
   Il eut en lui le sens de l’humaine douleur,
   Et pour l’extasier dans la pure lumière
   Il sut faire pleurer et chanter la Couleur.
   Son fils Edmond, en qui revivait son génie,
   A sculpté, plein d’amour, avec un doigt savant,
   Cette image où revit sa pensée infinie
   Et sa tête inspirée et son regard vivant.
   Tous deux voient à présent la vie où rien ne change.
   Ils se sont réveillés dans la clarté des cieux
   Avec Emmanuel, Armand et ce doux ange
   La petite Marie aux yeux mystérieux.
   Ceux qui restent, le fils, la mère endolorie,
   Savent qu’ils sont vainqueurs de l’oubli meurtrier
   Et, fière de ces deux artistes, la Patrie
   Leur tend, silencieuse, un rameau de laurier.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

En Algérie
En Espagne
  • Madrid, musée Thyssen-Bornemisza :
    • Una cofradía pasando por la calle Génova, Sevilla
    • Un baile de gitanos en los jardines del Alcázar, delante del pabellón de Carlos V, 1851
Aux États-Unis
En France

Galerie[modifier | modifier le code]

Élèves[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Né Edme Alexis Alfred Dehodencq.
  2. Acte de décès d’Edme-Alexis-Alfred Dehodencq sur le site des Archives de Paris 5e, acte n° 18,
  3. Acte de décès de Marie-Amalda Calderon y Sarmiento sur le site des Archives de Paris 5e, 28 février 1901, acte n° 512
  4. Musées Midi-Pyrénées Edmond Dehodencq
  5. Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, Larousse, page 1008
  6. Gabriel Séailles, Alfred Dehodencq : L'homme et l'artiste, p. 114-115.
  7. Exposé au Salon de 1876.
  8. Françoise Cachin, Charles S.Moffett, Juliet Wilson Bareau, Manet 1832-1883, Réunion des Musées nationaux, Paris, 1983, p. 237, (ISBN 271802302[à vérifier : ISBN invalide])
  9. Exposé au Salon de 1870.

Sources biographiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :