Alexandre Lenfant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Alexandre Lanfant)

Alexandre Charles Marie Lenfant
Image illustrative de l’article Alexandre Lenfant
Bienheureux
Naissance
Lyon
Décès   (65 ans)
prison de l'Abbaye, Paris
Ordre religieux Compagnie de Jésus
Vénéré à abbaye Saint-Germain-des-Prés (Paris)
Béatification
par Pie XI
Fête 2 septembre

Alexandre Charles Marie Lenfant (ou Lanfant), né le à Lyon et mort (exécuté) le à la prison de l'Abbaye (Paris), était un prêtre jésuite français, prédicateur royal à Vienne (Autriche) et à Versailles. Comme membre du clergé (la compagnie de Jésus ayant été supprimée) et ayant refusé le serment de fidélité à la constitution civile du clergé, il fut arrêté puis décapité lors des grands massacres de Septembre 1792.

Béatifié le par le pape Pie XI (avec les 190 autres évêques, prêtres, religieux et quelques laïcs, victimes de la Révolution française), il est liturgiquement commémoré le 2 septembre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alexandre Lenfant fait ses études secondaires au collège de la Trinité à Lyon avant d'entrer au noviciat d'Avignon de la compagnie de Jésus le . Il enseigne dans les collèges jésuites d'Aix et de Besançon avant de faire ses études de théologie à Lyon (1751-1754) : il est ordonné prêtre à Lyon en 1754.

Après son ordination, il tient la classe de rhétorique au collège de Marseille. Déjà connu comme bon prédicateur, il se fait particulièrement remarquer par son oraison funèbre en l'honneur de l'archevêque de Marseille, Henri de Belsunce, décédé en juin 1755. Sa renommée augmente d’autant.

Lorsque l'ordre des jésuites est dissous en France (1764), il se réfugie au séminaire de Nancy en Lorraine, où il est souvent invité à prêcher à la cour du roi Stanislas de Pologne, en exil à Lunéville. Tant son oraison funèbre aux funérailles de ce dernier (en ) que son panégyrique à l'occasion de la canonisation de sainte Jeanne de Chantal () émeuvent beaucoup et font forte impression.

Oncle de la châtelaine de Châtillon-sur-Saône, Madame Claude Urguet de Saint-Ouen, il séjourne chez ses neveux à Bulgnéville de 1768 à 1771. Par la suite, il leur rend fréquemment visite à Lironcourt et Châtillon. Un crucifix en ivoire visible à l'église de Châtillon a été donné par lui[1].

Ayant perdu la protection du roi Stanislas, il quitte la Lorraine et se rend à Vienne (Autriche) où il est appelé comme prédicateur à la cour de l’impératrice Marie-Thérèse. Il y reste trois ans avant de revenir à Paris, où il entre à la cour de Louis XVI comme confesseur du roi.

Il donne les sermons d'Avent (1774) et de Carême (1775) au palais de Versailles. Louis XVI et la reine Marie-Antoinette l'apprécient tellement qu’ils le nomment prédicateur ordinaire du roi. Une preuve de son succès est que, depuis 1773, il est une des cibles préférées des jansénistes… On dit que Jean-Jacques Rousseau et Denis Diderot se déplaçaient pour l'écouter. Madame du Deffand, la grande sceptique, s'entretenait volontiers avec lui.

À la chute de la monarchie et comme on le soupçonne d'avoir une grande influence sur le roi déchu, il est recherché par les révolutionnaires. La correspondance du père Lenfant illustre dramatiquement la vie des prêtres réfractaires à Paris. À propos de la constitution civile du clergé (1790), il est clair : « plutôt la pauvreté totale et la mort que faire ce serment impie ». Pour éviter ce serment, il refuse de prêcher le carême de 1791 à la Cour. Mécontent de cet affront, le parti révolutionnaire l'accuse, comme confesseur, d'avoir persuadé le roi d'accomplir ses obligations pascales en secret, avec l'assistance d’un prêtre réfractaire.

Pour soutenir les chrétiens fidèles à l’Église Lenfant reste à Paris, mais il vit de plus en plus dans la clandestinité, changeant fréquemment de logement et de déguisement. Il est malgré tout arrêté et incarcéré à la prison de l'Abbaye, le . Il s’y trouve en compagnie d’un grand nombre de prêtres réfractaires. Ils devaient être déportés en Guyane (via les pontons de Rochefort). Un prêtre assermenté et député, Simon-Edme Monnel, qui a des contacts avec la Commune de Paris tente de le faire échapper, mais il échoue. Lenfant, avec les autres, est finalement victime de la furie révolutionnaire de septembre 1792.

Entre le 2 et , 3 évêques, 127 prêtres séculiers, 56 religieux et 5 laïcs sont exécutés là où ils sont détenus, certains à la prison des Carmes, d'autres au séminaire Saint-Firmin ou encore à la prison de l'Abbaye. Parmi eux, les trois jésuites Alexandre Lenfant, Jacques Bonnaud (vicaire général de Lyon) et Guillaume Delfaud (archiprêtre de Périgueux).

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Sermons du P. Lenfant, jésuite, prédicateur du roi, 8 vol., Paris, 1818.
  • Mémoires ou correspondance secrète du P. Lenfant, confesseur du roi, pendant trois années de la Révolution 1790, 1791, 1792, 2 vol., Paris, 1834.

Béatification[modifier | modifier le code]

Les religieux sont considérés comme martyrs par l'Église catholique. Lors d'une cérémonie solennelle à Rome, le , les 191 martyrs sont béatifiés par le pape Pie XI. Le décret de béatification identifie les trois Alexandre Lenfant, Jacques Bonnaud et Guillaume Delfaud expressément comme « jésuites » alors que, à strictement parler, la Compagnie de Jésus n’existait plus en 1792, ayant été supprimée en 1773 (et restaurée en 1814).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean--François Michel (dir.), « Lanfant (Alexandre de) », dans Les Vosgiens célèbres : dictionnaire biographique illustré, Vagney, Gérard Louis, (ISBN 2-907016-09-1, lire en ligne), p. 218.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • H. Fouqueray: Une victime des journées de septembre, le Père Lenfant, dans Études, vol.105 (1905), p. 50-75 et p. 161-184.
  • H. Fouqueray: Un groupe de martyrs de . Vingt-trois anciens Jésuites, Paris, 1926, p. 1-62.
  • J. Grente: Les martyrs de à Paris, Paris, 1926.

Liens externes[modifier | modifier le code]