Simon-Edme Monnel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Simon-Edme Monnel
Fonction
Député
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
ConstanceVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Religion

Simon-Edme Monnel, né le à Bricon et décédé le à Constance, était un prêtre catholique et un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né fils de paysans, Monnel rentre dans les ordres et devient curé de Valdelancourt.

Le 26 mars 1789, il est élu député du clergé aux États généraux, représentant le bailliage de Chaumont-en-Bassigny. Il se rallie à la Révolution et siège discrètement au sein de l'Assemblée constituante. Il en devient tout de même le secrétaire pendant deux semaines. Il prête le serment civique le 27 décembre 1790.

Son mandat s'achève en septembre 1791, puis il est réélu député de la Haute-Marne à la Convention le 4 septembre 1792, le deuxième sur huit, avec 268 voix pour 405 votants. Le curé de Valdelancourt siège dans cette assemblée avec les Montagnards. Monnel vote la mort de Louis XVI, refusant l'appel au peuple et le sursis. Fin 1793 il dénonce le girondin Bernard pour fédéralisme. Le 6 mars 1794, il est élu secrétaire de la Convention sous la présidence de Rühl. Après la chute de Robespierre, il devient thermidorien et s'oppose aux comités révolutionnaires.

Non réélu en 1795, Monnel fait partie des sept anciens conventionnels appelés à siéger au Conseil des Cinq-Cents en 1796, mais le Conseil des Anciens rejette cette nomination.

Il retourne alors dans sa région natale, et devient au moment du Concordat de 1801 le curé de Villiers-le-Sec. Lors des Cent-Jours en 1815, il signe l'Acte additionnel, ce qui lui vaut d'être condamné à l'exil par la loi du 12 janvier 1816.

Monnel est contraint à l'exil et s'installe à Constance, alors dans le Grand-Duché de Bade. Il survit grâce à une pension que lui adresse sa famille. En 1819, ses anciens paroissiens envoient au roi Louis XVIII une pétition demandant son retour, mais ils ne sont pas entendus.

Il meurt trois ans plus tard, après s'être repenti de son régicide[réf. nécessaire].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Nouvelle défense de la constitution civile du clergé contre les auteurs de l'exposition des principes... [1]
  • Réponse à "L'exposition des principes sur la constitution civile du clergé, par les évêques députés à l'Assemblée nationale" [2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]