Alekseï Sourkov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sourkov.
Alekseï Sourkov
Description de cette image, également commentée ci-après
Monument de Sourkov au cimetière de Novodevitchi.
Naissance
Serednevo
Gouvernement de Iaroslavl
Drapeau de l'Empire russe Empire russe
Décès (à 83 ans)
Moscou
Drapeau de l'URSS Union soviétique
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture russe
Mouvement réalisme socialiste

Alekseï Aleksandrovitch Sourkov (en russe : Алексе́й Алекса́ндрович Сурко́в) né le 1er octobre 1899 ( dans le calendrier grégorien) à Serednevo (oblast d'Iaroslavl) et mort le à Moscou, est un homme de lettres, poète et parolier russe et soviétique. Il fut Héros du travail socialiste (1969) et reçut deux fois le prix Staline (1946, 1951) et quatre fois l'ordre de Lénine (1959, 1967, 1969, 1979). Citoyen d'honneur de la ville de Rybinsk depuis 1976.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alekseï Sourkov est né dans le village de Serednevo situé dans l'ouiezd de Rybinsk du Gouvernement de Iaroslavl alors sous Empire russe. Membre du Parti communiste de l'Union soviétique depuis 1925, Sourkov est nommé à la tête de l'Association russe des écrivains prolétariens en 1928. En 1931-1934, il fait ses études à la faculté littéraire de l'Institut des professeurs rouges. Il prit part à la guerre civile russe, à l'invasion soviétique de la Pologne (1939), à la guerre soviéto-finlandaise (1939-1940), puis à la Grande Guerre patriotique (1941-1945), pendant laquelle il était correspondant des journaux Krasnoarmeïskaïa Gazeta et Krasnaïa Zvezda. Son ami Constantin Simonov lui consacre le poème Tu te souviens, Aliocha, les routes de Smolenchtchina[1] («Ты помнишь, Алёша, дороги Смоленщины») en 1941. Il fut ensuite rédacteur en chef de la Literatournaïa gazeta (1944-1946) et du magazine Ogoniok (1945-1953). Sous le régime stalinien, Sourkov participe activement à la persécution des écrivains tombés en disgrâce et dissidents. En 1947, il publie notamment dans l'hebdomadaire Kultura i Zhizn l'article Concernant la poésie de Pasternak («О поэзии Пастернака») dirigé contre le poète[2],[3]. À partir de 1962, il est rédacteur en chef de la Kratkaïa literatournaïa entsiklopedia [Petite encyclopédie littéraire], membre du comité éditorial de Biblioteka poeta, et recteur de l'Institut de littérature Maxime-Gorki.

Alekseï Sourkov fut membre de la Commission centrale de vérification du PCUS (1952-1956); candidat membre du Comité central du PCUS (1956-1966); membre du Soviet suprême de l'URSS et du Soviet suprême de la RSFSR; membre du Conseil mondial de la paix; secrétaire (1949), puis premier secrétaire (1953-1959) de l'Union des écrivains soviétiques.

En 1973, il fait partie du groupe de littéraires ayant signé la lettre ouverte publiée par la Pravda dirigée contre Alexandre Soljenitsyne et Andreï Sakharov[2].

En 1976, il reçoit l'International Botev Prize.

Mort à Moscou, il est enterré au cimetière de Novodevitchi.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sourkov commença à publier des poèmes en 1918. Certains de ses poèmes devinrent des chansons populaires. Sourkov a écrit les paroles de chants de guerre (Le Chant des défenseurs de Moscou (1942), Dans la tranchée (1942) ; et des chansons à la gloire de Staline, comme Un brillant avenir s'ouvre devant nous (1949), ou du Parti communiste soviétique : Gloire au Parti de Lénine!

Il a publié (en russe) : Zapev (1930), Pairs (1931), Paroles (1931), Offensive (1932), Dernière guerre (1933), La Patrie des braves (1935), Par une chanson (1936), Alors, nous grandîmes (1938), Il était dans le Nord (1940), Décembre de Moscou (1942), Offensive (1943), Le monde - du monde (1950), l'Orient et l'Occident (1957), Chansons de l'humanité (1961), Qu'est-ce que le bonheur;? (1969), Après la guerre. Paroles des années 1945-1970 (1972).

Sourkov a également publié une sélection de ses poèmes (Moscou, 1974), des Œuvres complètes en quatre volumes (Moscou, 1965-1966) et une traduction de poèmes de Mao Zedong.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Smolenchtchina (en russe : Смоленщина) désigne l'oblast de Smolensk
  2. a et b (ru) « Сурков Алексей Александрович. 13.10.1899 - 14.06.1983. Герой Соц.Труд », sur warheroes.ru (consulté le 19 novembre 2015)
  3. (en)Peter Finn,Petra Couvee, The Zhivago Affair: The Kremlin, the CIA, and the Battle over a Forbidden Book, Random House, (ISBN 9781448155651, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Source[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]