Schérie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2011).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou une de ses sections doit être recyclé (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Une réorganisation et une clarification du contenu paraissent nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion ou précisez les sections à recycler en utilisant {{section à recycler}}.

La Schérie est le nom que le poète grec Homère donna dans les chants VI, VIII et XIII de l’Odyssée à un ensemble d'îles formant l'archipel des Phéaciens (en grec ancien οἱ Φαίακες / hoi Phaíakes, de φαιός / phaiós, « gris »), rendu célèbre pour l'accueil et la protection du héros grec Ulysse et l'avoir reconduit dans son île, Ithaque, dont il était le roi jusqu'à son départ pour la Guerre de Troie.

La vision poétique d'Homère[modifier | modifier le code]

Dans l'œuvre du poète homérique, le chef de cette monarchie légendaire était le démiurge Alcinoos, jusqu'à ce que l'archipel soit englouti sous les eaux pour leur complicité dans le retour d'Ulysse : ce sort est l'œuvre de la colère du dieu Poséidon. En effet, ce dernier avait décidé de se venger d'Ulysse, qui, pour fuir le territoire des Cyclopes, avait mutilé Polyphème, fils de Poséidon, en le rendant aveugle de son œil unique. Il fit obstacle à Ulysse durant les vingt années que durèrent son aller-retour entre la cité de Troie et Ithaque.

Réalité géographique[modifier | modifier le code]

Dans la tradition classique et dès Thucydide, les Phéaciens seraient les premiers habitants de l'île de Corcyre, actuellement appelée Corfou. Cependant, d'autres hypothèses la placent dans l'actuelle Céphalonie, archipel du nord la Grèce et les Phéaciens dans l'actuelle Ithaque (dont le nom grec archaïque était Φεάκη / Phéákê, que ses habitants ont toujours appelée Θιάκη / Thiáki, et dont le port s'ouvre sur un rocher pouvant évoquer un navire pétrifé). Selon une autre tradition d'origine gréco-romaine[Laquelle ?], le pays des Phéaciens se situerait dans l'isthme de Catanzaro, en Calabre.

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]