Albert Fourié

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Albert Fourié
Albert Fourié 1886 détail.jpg
Albert Fourié au travail sur Repas de noces à Yport (1886),
photographie anonyme, Paris, BnF.
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Albert Auguste FouriéVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Maîtres
Distinction

Albert Auguste Fourié né le à Paris et mort le à Saint-Raphaël (Var)[1] est un sculpteur, peintre et illustrateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Albert Fourié est l'élève de Jean-Paul Laurens et de Jean Gautherin à l'École des beaux-arts de Paris. Il commence sa carrière comme sculpteur. Après sa première exposition en 1877, il abandonne la sculpture pour se tourner vers la peinture. Son style élégant de portraitiste de femmes au bain, ses paysages de parcs et de jardins lui ont valu plusieurs médailles du Salon de Paris en 1883 avec La Chambre mortuaire de Mme Bovary, en 1884 et 1887 et une médaille d'or en 1889.

Il passe une partie de l'année avec d'autres amis peintres, sur la côte cauchoise dans la villa Les Charmilles de Jules Diéterle à Yport qu'il a achetée en 1891. Il expose au Salon de 1887 Un repas de noces à Yport, un grand tableau naturaliste qui fait sensation et qui est acheté par l'État[2].

Il illustre les œuvres de Gustave Flaubert, Victor Hugo, Alphonse Daudet et Guy de Maupassant, et le Paris illustré (1887-1888).

Il est inhumé à Paris le au cimetière du Père-Lachaise (9e division)[3].

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives départementales du Var, contrôle des actes et enregistrement, table des successions, cote 3 Q 5340, vue 65 / 185
  2. L'envoi de M. Fourié au Salon de 1887, Un repas de noces à Yport, compte parmi les tableaux qui ont fait sensation durant ces derniers temps. Le ministre des Beaux-Arts s'assura la propriété de la toile aussitôt l'ouverture du Salon, cité in Pierre Larousse, Grand dictionnaire du XIXe siècle.
  3. Archives de Paris, répertoire annuel d'inhumations 1935-1939, vue 18 / 31.
  4. « Fille d'Ève », notice sur la base Joconde.
  5. « La Mort de Madame Bovary », notice sur la base Joconde.
  6. Notice sur le site Mbarouen.fr.
  7. « Un repas de noces à Yport », notice sur la base Joconde.
  8. « La Mort de Mme Bovary », notice sur la base Joconde.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire Bénézit.
  • Marie-Hélène Desjardins, Des peintres au pays des falaises 1830-1940, Fécamp, Éditions des falaises, 2004, pp. 120 à 124.

Liens externes[modifier | modifier le code]