Ajam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ajami (homonymie).
image illustrant l’islam image illustrant l’histoire
Cet article est une ébauche concernant l’islam et l’histoire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Carte du Proche-Orient présentant l'Iran sous l'appellation de « pays des ʿAjam » (bilad al-ʿAjam).
Tapis irakien
Carte de l'iran.

ʿAjam est un mot arabe, pluriel de ʿAjamīy[1], signifiant à l’origine « non-arabe », ou désignant une personne qui ne parle pas arabe, un « barbare » au sens du mot grec bárbaros (βάρβαρος). Selon Le Langage politique de l'Islam[2],[3], le mot ʿAjam a d'abord été utilisé pour désigner ceux que les Arabes, dans la péninsule arabique, voyaient comme des étrangers ou des rivaux.

Très tôt, ce terme a été appliqué à tous les peuples avec lesquels les Arabes avaient des contacts, parmi lesquels les Perses, Byzance et les Éthiopiens. Avec le temps, le terme s'est à nouveau spécialisé, pour désigner les Perses, sous l'angle ethnique presque exclusivement. Mais son usage a varié selon les endroits, dans la mesure où les premières conquêtes musulmanes ont étendu l'usage de la langue arabe, avec ou sans connotation péjorative.

À l'époque des califes, l’ʿajamīy était souvent synonyme d’« étranger ». Dans certains cas, il s'agissait d'un terme condescendant. Dans les parties orientales du Moyen-Orient, le mot était généralement appliqué aux Perses, tandis que dans Al-Andalus il désignait les locuteurs de langues romanes.

Autres usages du mot[modifier | modifier le code]

  • En Irak, le mot est utilisé pour désigner les chiites, généralement d'origine iranienne.
  • Parmi les Kurdes, ajam est utilisé pour se référer aux Iraniens.
  • En Andalousie, le mot est devenu aljamía[4] ce mot donne ensuite aljamiado qui qualifie entre autres une littérature utilisant l'écriture arabe pour les langues latines.
  • En Afrique de l’Est et à Zanzibar, le terme sert à désigner les Persans ayant émigré dans la région depuis le Fars et les villes du golfe Persique.
  • La géographie arabe de la période seldjoukide distingue l’ʿIrâq ʿarabî[5], « Irak arabe », c’est-à-dire la Jazīra (Mésopotamie), de l’ʿIrāq ʿAjamī[6], « Irak perse », c’est-à-dire le Jibāl.
  • L'écriture de certaines langues africaines comme le haoussa, le wolof et le peul utilise une variante de l'alphabet arabe[7] appelée alphabet ʿajami.

Remarque[modifier | modifier le code]

Une étymologie populaire persane veut relier le mot ʿajam désignant les Persans au nom du roi légendaire Jamshid, qui aurait vécu il y a 8 000 ans. Cette étymologie n'est pas évoquée par C. E. Bosworth dans l'Encyclopédia Iranica[8].

Le nom de Jamshid (en persan : Jamšīd, جمشيد) est parfois abrégé en Jam[9] (en persan : jam, جم). Ensuite l'article Wikipédia en persan consacré au mot ʿAjam décrit les étapes suivantes pour passer de Jam à ʿajam

  1. Ajout de l'article al- (ال) : jam devient al-jam (ajout abusif d'un article arabe avec un mot persan)
  2. Disparition du l ل de l'article : al-jam devient ajam (?)
  3. Passage de la lettre ʾalif (ا) à la lettre ʿayn (ع) : ajam devient ʿajam.

Cette « explication » ne semble pas consistante.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En arabe : ʿajamīy, عجميّ, « barbare ; étranger ; non-arabe ; (particulièrement) persan », au pl. ʿajam, عجم
  2. (en) Bernard Lewis, The Political Language of Islam, University Of Chicago Press, , 184 p. (ISBN 978-0-226-47693-3)
  3. A اعجام, iʿjām (v.n. 4 of عجم), Marking a consonant with diacritical points; speaking or writing Arabic incorrectly, Steingass, Francis Joseph, « A comprehensive Persian-English dictionary »
  4. Aljamía d'après Real Academia Española, « aljamía » viendrait de l’arabo-hispanique al'aǧamíyya, العجمية, et de l'arabe classique aʿǧamiyyah, اعجميّة, « étrangers ».
  5. En arabe ʿIrāq ʿarabī, العرق العربي, « Irak arabe ». En persan : ʿirāq rab, عراق رب
  6. En arabe : al-ʿirāq al-ʿajamīy, العراق العجمي, « l’Irak perse ; l’Irak non-arabe ». En persan : ʿirāq ʿajam, عراق عجم
  7. L'alphabet arabe est un abjad plutôt qu'un alphabet car il ne comporte pas de voyelle.
  8. (en) C. E. Bosworth, « ʿAjam », dans Encyclopædia Iranica en ligne
  9. Hayyim, Sulayman, « New Persian-English dictionary »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Janine et Dominique Sourdel, Dictionnaire historique de l'islam, PUF, coll. « Quadrige », , 1056 p. (ISBN 978-2-13-054536-1), p. 50-51, article ʿAjam