Affaire Marion Fraisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'affaire Marion Fraisse est une affaire judiciaire française qui a pour origine le suicide par pendaison d'une collégienne française de treize ans, Marion Fraisse, le , à son domicile de Vaugrigneuse dans l'Essonne, à la suite d'un harcèlement scolaire de la part de ses camarades de classe[1].

Cette affaire a eu de nombreuses répercussions dans la lutte contre le harcèlement à l'école en France.

Faits[modifier | modifier le code]

Nora Fraisse, la mère de Marion, treize ans, retrouve aux côtés de sa fille défunte une lettre dénonçant ses camarades de classe ainsi que son téléphone, pendu à son lit. À la suite de cela, elle essaye de savoir ce qu'il s'est produit, ce qui a pu pousser sa fille à emprunter cette issue fatale.

Ce suicide intervient à quelques jours d'intervalle de celui de Matteo Bruno, élève au collège Saint-Exupéry à Bourg-Saint-Maurice, le .

Jugement[modifier | modifier le code]

Le , le tribunal administratif de Versailles juge l'État partiellement responsable du suicide de Marion Fraisse, estimant que le collège était mal organisé et qu'il n'a pas été fait à la suite des demandes de la famille, qui souhaitait que leur enfant change au moins de classe.

Conséquences et postérité[modifier | modifier le code]

Livre et téléfilm[modifier | modifier le code]

L'affaire donne lieu à un livre retraçant l'histoire de Marion, écrit par sa mère, Nora Fraisse, sous le titre Marion, 13 ans pour toujours[2],[3]. Publié le 21 janvier 2015 aux éditions Calmann-Lévy, l'ouvrage s'est vendu à près de 150 000 exemplaires. Son écriture a notamment été rendue possible grâce aux quelques informations révélées par les professeurs, ainsi que les parents d’élèves, qui ont été généralement réticents à évoquer les faits ayant pu conduire à cette tragédie. Nora Fraisse espère aussi que son livre « agira comme un détonateur et fera prendre pleinement conscience de la gravité du harcèlement entre élèves »[4].

Environ un an et demi plus tard, le livre est adapté en téléfilm par Bourlem Guerdjou [5]. Diffusé pour la première fois le 27 septembre 2016 sur France 3, le film est vu par 4,1 millions de téléspectateurs, recueillant ainsi 17,5 % de part d'audience. Il sera suivi d’un débat, dans un souci de sensibilisation et de pédagogie. Le DVD est sorti le 24 janvier 2017[6].

Association[modifier | modifier le code]

Une association, « Marion Fraisse, la main tendue », est créée par Nora Fraisse, devenue engagée dans la lutte contre le harcèlement scolaire[7]. Son siège principal se situe en région parisienne, mais elle est également présente au Luxembourg. Cette association est née de nombreux témoignages de victimes, de familles, d’enseignants ainsi que d'éducateurs désemparés face à des situations de harcèlement et de cyber-harcèlement. Son objectif est de prévenir le harcèlement et d'aider les victimes. Nora Fraisse en est la présidente, tandis que le père de Marion, David Fraisse, occupe la fonction de trésorier[8].

À la suite de cette affaire, la campagne nationale #NAH (« Non Au Harcèlement ») est créée au début de l'année 2014. Elle a pour objectif de sensibiliser les jeunes à la lutte contre le harcèlement scolaire et le cyberharcèlement.

Une journée est également instaurée, le , pour mieux prévenir et prendre en charge le harcèlement scolaire : la « Journée nationale Non au harcèlement » . Elle a désormais lieu chaque année au sein de tous les établissements scolaires français.

En 2015, Nora Fraisse publie également un autre ouvrage, intitulé Stop au harcèlement !, qui se présente comme un « guide pour combattre les violences à l'école et sur les réseaux sociaux »[9].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Souffre-douleurs, ils se manifestent, documentaire de Andréa Rawlins-Gaston, 2015[10]
    Nora Fraisse fait partie des personnes témoignant dans ce film sur le harcèlement scolaire.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Anne Vidali, « Marion, harcelée à en mourir », sur L'Express, (consulté le )
  2. Léa Bucci, « Marion, 13 ans pour toujours, le cri du cœur d'une mère contre le harcèlement scolaire », sur Madmoizelle, (consulté le ).
  3. Delphine Bancaud, « Marion, 13 ans, s'est suicidée après avoir été détruite à petit feu par ses harceleurs », sur 20 Minutes, (consulté le ).
  4. www 20minutes ch, 20 Minutes, 20 Min www.20min.ch, « «Va te pendre!»: Marion, 13 ans, se tue le lendemain », sur 20 Minutes (consulté le )
  5. Sophie Des Déserts, « Traitée de "pute", de "boloss" : Marion, 13 ans, s'est suicidée », sur Le Nouvel Observateur, (consulté le ).
  6. « Audiences : Blindspot (TF1) en tête, beau score pour Marion, 13 ans pour toujours (France 3) - audiences - Télé 2 semaines », sur www.programme.tv/news (consulté le )
  7. Nora Fraisse, « Harcelée à l'école, ma fille Marion a mis fin à sa vie. Nous faisons face au mur du déni », sur Le Nouvel Observateur, (consulté le ).
  8. « Association Marion La main tendue - La maison de Marion », sur Association Marion La main tendue (consulté le )
  9. « Stop au harcèlement », sur babelio.com (consulté le ).
  10. « Souffre-douleurs, ils se manifestent », sur film-documentaire.fr (consulté le ).