Absolutisme moral

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'absolutisme moral est une conception éthique selon laquelle les actions sont intrinsèquement bonnes ou mauvaises. Le vol par exemple peut être considéré comme étant toujours immoral, même si commis pour le bien-être des autres (le vol de nourriture pour nourrir une famille affamée par exemple), et même s'il est commis afin de promouvoir un tel bien. L'absolutisme moral s'oppose à d'autres catégories de théories normatives éthiques tel que le conséquentialisme qui soutient que la moralité (au sens large) d'un acte dépend des conséquences ou du contexte de la loi.

L'absolutisme moral est différent de l'universalisme moral (aussi appelé « objectivisme moral »). L'universalisme énonce simplement que ce qui est bon ou mauvais est indépendant de la coutume ou d'une opinion (par opposition au relativisme moral) mais pas nécessairement que ce qui est bon ou mauvais est indépendant du contexte ou des conséquences (comme dans l'absolutisme). L'universalisme moral est compatible avec l'absolutisme moral mais aussi de positions telles que le conséquentialisme. Louis Pojman donne les définitions suivantes pour distinguer les deux positions de l'absolutisme moral et de l'universalisme[1] :

  • Absolutisme moral : Il existe au moins un principe qui ne doit jamais être violé.
  • Objectivisme moral : La question se pose de savoir si une action donnée est moralement licite ou illicite : question qui ne dépend pas uniquement d'une coutume sociale ou de l'acceptation individuelle.

Les théories éthiques qui attachent une forte importance aux droits et devoirs - comme l'éthique déontologique de Kant - sont souvent des formes d'absolutisme moral comme le sont de nombreux codes moraux religieux.

Absolutisme moral et religion[modifier | modifier le code]

L'absolutisme moral peut être compris dans un contexte strictement séculaire, comme dans de nombreuses formes de rationalisme moral déontologique. Cependant, de nombreuses religions ont également des positions absolutistes relativement à leur système de moralité comme dérivant de commandements divins. elles considèrent par conséquent un tel système moral comme absolu, (généralement) parfait et immuable. Beaucoup de philosophies séculières prennent également une position moralement absolutiste, arguant que les lois absolues de la morale sont inhérentes à la nature des êtres humains, à la nature de la vie en général ou de l'univers lui-même. Par exemple, quelqu'un qui croit absolument dans la non-violence estime qu'il est erroné de recourir à la violence, même dans le cas de l'auto-défense.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pojman, L. P. : A Defense of Ethical Objectivism (p. 50)

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • [1] Christ in Creation and Ethical Monism d'Augustus Hopkins Strong, 1899.

Source de la traduction[modifier | modifier le code]