Écocentrisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'écocentrisme (du grec: οἶκος oikos, « maison » et κέντρον kentron, « centre ») est un terme utilisé par les philosophes environnementaux et écologistes pour désigner un système de valeurs centré sur la nature, par opposition à un système centré sur l'humain (c'est-à-dire anthropocentrique). L'écocentrisme est généralement issu d'une croyance ontologique et suivi d'une revendication éthique. La croyance ontologique nie qu'il existe des divisions existentielles entre la nature humaine et non humaine suffisantes pour prétendre que les humains sont soit (a) les seuls porteurs de valeur intrinsèque ou (b) possèdent une plus grande valeur intrinsèque que la nature non humaine. Ainsi, la revendication éthique ultérieure est pour une égalité de valeur intrinsèque à travers la nature humaine et non humaine, appelée égalitarisme biosphérique[1].

Origine du terme[modifier | modifier le code]

L'éthique écocentrique est conçue par Aldo Leopold[2] et affirme que toutes les espèces, y compris les humains, sont le produit d'un long processus évolutif et sont interdépendantes dans leurs processus de vie[3]. Les écrits d'Aldo Leopold et son idée de l'éthique et de la bonne gestion environnementale sont un élément fondateur de cette philosophie. L'écocentrisme se concentre sur la communauté biotique dans son ensemble et s'efforce de maintenir la composition de l'écosystème et les processus écologiques[4]. Le terme trouve également son expression dans le premier principe du mouvement de l'écologie profonde, tel que formulé par Arne Næss et George Sessions en 1984[5] qui rappelle que l'anthropocentrisme, qui considère l'homme comme le centre de l'univers et le sommet de toute création, est un adversaire redoutable de l'écocentrisme[6].

Contexte[modifier | modifier le code]

La pensée environnementale et les diverses branches du mouvement environnemental sont souvent classées en deux camps intellectuels : ceux qui sont considérés comme anthropocentriques, ou « centrés sur l'humain », dans leur orientation et ceux considérés comme biocentriques, ou « centrés sur la vie ». Cette division est décrite en d'autres termes comme écologie « superficielle » contre écologie « profonde » et comme « technocentrisme » contre « écocentrisme ». L'écocentrisme[7] peut être considéré comme un courant de pensée au sein de l'environnementalisme, le mouvement politique et éthique qui cherche à protéger et à améliorer la qualité de l'environnement naturel en modifiant les activités humaines nuisibles à l'environnement en adoptant des formes de politiques, économiques et l'organisation sociale et par une réévaluation du rapport de l'humanité à la nature. De diverses manières, l'environnementalisme prétend que les organismes non humains et l'environnement naturel dans son ensemble méritent d'être pris en considération lors de l'évaluation de la moralité des politiques politiques, économiques et sociales[8].

Relations aux philosophies similaires[modifier | modifier le code]

Biocentrisme[modifier | modifier le code]

  La distinction entre biocentrisme[9] et écocentrisme est mal définie. L'écocentrisme reconnaît les systèmes interactifs vivants et non vivants de la Terre plutôt que les seuls organismes terrestres — cas du biocentrisme — comme étant d'une importance capitale[10]. Le terme a été utilisé par les partisans du « biocentrisme de gauche », combinant une écologie profonde avec une position « anti-industrielle et anti-capitaliste » [11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Answers - The Most Trusted Place for Answering Life's Questions », sur Answers (consulté le )
  2. (en) Leopold, A., A sand county almanac, Oxford University Press,
  3. (en) Lindenmeyer, D. et Burgman, M., Practical conservation biology, Collingwood, Australie, CSIRO Publishing, (ISBN 0-643-09089-4)
  4. (en) Booth, D.E., « The economics and ethics of old growth forests », Environmental Ethics, no 14,‎ , p. 43-62
  5. (en) Arne Næss et George Sessions, A Deep Ecology Eight Point Platform,
  6. (en) « Ecocentrism and the Deep Ecology Platform Argumentative Essay 102996 », sur AcaDemon (consulté le )
  7. (en) Smith, « The role of environment clubs in promoting ecocentrism in secondary schools: student identity and relationship to the earth », The Journal of Environmental Education, vol. 50, no 1,‎ , p. 52–71 (ISSN 0095-8964, DOI 10.1080/00958964.2018.1499603, lire en ligne)
  8. (en) Encyclopædia Britannica, , « environmentalism »
  9. (en) Frim, « Humanism, Biocentrism, and the Problem of Justification », Ethics, Policy & Environment, vol. 20, no 3,‎ , p. 243–246 (ISSN 2155-0085, DOI 10.1080/21550085.2017.1374008, lire en ligne)
  10. (en) « ecocentrism | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le )
  11. (David Orton et al. )

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Bosselmann, K., When Two Worlds Collide: Society and Ecology, (ISBN 0-9597948-3-2)
  • (en) Eckersley, R., Environmentalism and Political Theory: Toward an Ecocentric Approach, State University of New York Press,
  • (en) Ned Hettinger et Bill Throop, « Refocusing Ecocentrism: De-emphasizing Stability and Defending Wilderness », Environmental Ethics, no 21,‎ , p. 3-21